Rue Montgallet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montgallet.
12e arrt
Rue Montgallet
Vue du haut de la rue
Vue du haut de la rue
Situation
Arrondissement 12e
Quartier Picpus
Début Avenue Daumesnil
Fin Rue de Reuilly
Morphologie
Longueur 343 m
Largeur 13 m
Historique
Création Antérieure
au XVIIe siècle
Dénomination 1709 (en tant que
« rue Mangallée »)
Géocodification
Ville de Paris 6424
DGI 6495

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Montgallet
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Montgallet est une voie située dans le quartier de Picpus du 12e arrondissement de Paris. Elle débouche sur l'avenue Daumesnil et croise la rue de Charenton. Depuis le début des années 2000, la rue est marquée par la présence de boutiques dédiées à la vente de matériel informatique.

Odonymie[modifier | modifier le code]

Alors que ça n'était qu'un chemin champêtre, elle porte déjà le nom de rue des Six-Chandelles au XVIIe siècle, puis de rue du Bas-Reuilly en 1672[1], du fait de sa position dans la campagne qui environne le lieu-dit Reuilly, aujourd'hui étendue du quartier de Reuilly. Elle aurait ensuite été désignée sous le nom de petite rue de Reuilly. Les premières formes de l'odonyme actuel, qui est le nom d'un propriétaire foncier local, sont attestées au début du XVIIIe siècle : rue Mangallée en 1709, rue Maugallée à la même époque, rue Mont Gallet en 1760. La forme actuelle rue de Montgallet date de 1775[2]. Cela en fait un odonyme extrêmement ancien pour une voie d'un quartier périphérique de Paris.

Histoire[modifier | modifier le code]

La voie, très ancienne, est déjà tracée sur le plan de Jouvin de Rochefort de 1672.

Sites particuliers[modifier | modifier le code]

Boulangerie au n°19, classée monument historique (fin XIXe siècle)

Au no 19, une ancienne boulangerie est classée monument historique[3].

La rue, et ses environs, est connue pour regrouper une importante communauté de vendeurs de matériels informatiques d'origine asiatique depuis l'installation, en 1995, de l'enseigne Surcouf qui quitte l’avenue Philippe-Auguste pour l'avenue Daumesnil avoisinante et crée un pôle d'attraction dont les petits revendeurs ont profité.

Ces vendeurs sont souvent moins chers que les grands magasins parce qu'ils négocient certains arrivages (y compris en trans-frontières). En contrepartie, le choix qu'on y trouve est lui aussi tributaire dans une certaine mesure de ces arrivages. Les marges effectuées par les vendeurs sont également moins importantes que dans les autres grands magasins spécialisés dans l'informatique.

Les prix pratiqués peuvent varier dans la journée. Aussi les boutiques affichent-elles volontiers leurs prix en vitrine afin que chacun puisse comparer facilement. Plusieurs sites web permettant de comparer les prix proposés par les différents établissements pour un produit donné ont d'ailleurs été développés. Ils permettent d'observer l'évolution des prix d'un produit selon le moment de la journée. Les informations prodiguées sont toutefois spéculatives : les boutiques doivent en effet avoir un compte afin de pouvoir rendre compte de leur prestation. Aussi, dans la pratique, l'information n'y est pas des plus fiables[4].

Le 6 mars 2006, la gendarmerie nationale effectue une « descente » dans quatorze magasins d'informatique pour démanteler un réseau d'importation de CD et DVD vierges, ces magasins baissant leurs prix en échappant notoirement à la TVA et la taxe sur la copie privée[5].

En mars 2012, Surcouf se place en cessation de paiement, et le tribunal de commerce de Lille la place en redressement judiciaire avec une période d'observation de 6 mois. Le 10 octobre 2012, devant l'absence d'offres de reprise, le tribunal prononce la liquidation judiciaire de la société.

Le 10 novembre 2012, le magasin Surcouf de l'avenue Daumesnil ferme définitivement ses portes après 17 ans de présence dans le quartier. Le local est désormais occupé par une enseigne de bricolage.[6]

Accès[modifier | modifier le code]

La rue Montgallet est accessible à proximité par la ligne de métro (M)(8) à la station Montgallet, dont l'accès en surface se situe au niveau de la Rue de Reuilly. Les lignes de bus RATP 29 46 desservent respectivement le secteur aux arrêts Charles Bossut et Montgallet.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Apparitions dans des films[modifier | modifier le code]

L'intersection de la rue Montgallet et de la rue de Charenton apparait brièvement dans l'épisode 5 de la saison 2 de la série Falco.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]