Rue Léon-Frot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Rue Léon Frot)
Aller à : navigation, rechercher
11e arrt
Rue Léon-Frot
Rue Léon-Frot vue depuis le boulevard Voltaire
Rue Léon-Frot vue depuis le boulevard Voltaire
Situation
Arrondissement 11e
Quartier Roquette
Début 195, boulevard Voltaire
Fin 158, rue de la Roquette
Morphologie
Longueur 1 505 m
Largeur 18 m
Historique
Création Ordonnance du 11 sept. 1816
Ancien nom Rue des Boulets
Rue de la Muette
Géocodification
Ville de Paris 5486
DGI 5554

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Léon-Frot

La rue Léon-Frot est une voie de circulation parisienne créée en 1944 par le changement de nom de la partie nord de la rue des Boulets.

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Rue du 11e arrondissement, entre le boulevard Voltaire et la rue de la Roquette. Ce site est desservi par les stations de métro Charonne et Rue des Boulets.

Description[modifier | modifier le code]

Partie septentrionale de la voie, au-delà de la rue de Charonne.

La rue Léon-Frot est globalement orientée selon un axe nord-sud et est séparée en deux par la rue de Charonne. Elle est prolongée au nord par la rue Saint-Maur et au sud par la rue des Boulets. La partie nord a la particularité de permettre l'accès à un système d'impasses, constitué de la rue Émile-Lepeu, du passage Alexandrine, du passage Gustave-Lepeu et de la rue Carrière-Mainguet. Cette partie de la rue est renommée pour ses bistrots et pour ses animations.

Histoire[modifier | modifier le code]

D'une longueur de 700 mètres, cette rue faisait partie de l’ancien chemin qui au XVIIe siècle conduisait de Saint-Denis à Saint-Maur-des-Fossés. Au début du XIXe siècle, l'actuelle rue Léon-Frot était décomposée en deux parties : rue de la Muette entre la rue de la Roquette et la rue de Charonne[1] ; rue des Boulets au-delà[2]. En 1868, la rue de la Muette est réunie à rue des Boulets[3].

La section de la rue des Boulets au nord du boulevard Voltaire est rebaptisée le 18 décembre 1944, en mémoire de Léon Frot (1900-1942), conseiller municipal du 11e arrondissement de Paris, otage fusillé par les Allemands le 13 janvier 1942.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

« La Fête à Léon »[modifier | modifier le code]

Chaque année depuis 2007, se déroule au mois de mai, une fête de la rue Léon-Frot et de ses passages : « La Fête à Léon[4] », durant laquelle, les riverains organisent des repas, des concerts et toutes sortes d'animations diverses (clowns, jongleurs, crieurs de rue, expo photos, ateliers et jeux divers…) dans la rue et les passages connexes qui sont décorés pour l'occasion. En mars 2009, des résidents du quartier créent une association dénommée « La Bande à Léon » dont le but est de servir de support logistique et administratif à la fête à Léon. Celle-ci a eu lieu en 2007, 2008, 2009 et 2010 (le 29 mai). Exceptionnellement elle n'a pas eu lieu en 2011, l'association décidant cette année de participer à la fête de quartier organisée par le centre d'animation Mercœur.

Vendanges de Charonne[modifier | modifier le code]

Le Bacchus de Charonne à l'angle des rues Léon-Frot et Émile-Lepeu.

Le Bacchus de Charonne, un bistrot à vins situé dans la rue Léon-Frot est renommé pour ses vignes situées sur ses façades. Chaque année ont lieu les vendanges de ces vignes qui produisent quelques litres de vin, cette manifestation est appelée les « Vendanges de Charonne ». En 2008, le bistrot a été orné d'un automate représentant Bacchus.

Sites particuliers[modifier | modifier le code]

  • Collège Alain-Fournier

L'écrivain Alain-Fournier habitait à proximité, rue de la Roquette, et fréquentait le lycée Voltaire, situé avenue de la République. En 1988 son nom a été donné à un collège situé au numéro 87 de la rue Léon-Frot. Le bâtiment était celui d'une école primaire qui avait été construite en 1910 sur un emplacement où se situait de 1636 à la Révolution l'ancien cimetière du couvent des Hospitalières de la Roquette[5]. L'école primaire avait été financée par un don de la veuve d'Alexandre Ledru-Rollin[6].

  • Le pan coupé

Ancien hôtel de passe au début du vingtième siècle, situé au coin de la rue Émile-Lepeu, il s'agit maintenant de l'un des plus anciens bars de la rue avec une clientèle d'habitués digne d'un roman d'Émile Zola.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, édition de 1844, p. 473 [lire en ligne]
  2. Ibid., p. 84 [lire en ligne]
  3. Adolphe Alphand (dir.), Adrien Deville et Émile Hochereau, Ville de Paris : Recueil des lettres patentes, ordonnances royales, décrets et arrêtés préfectoraux concernant les voies publiques, Paris, Imprimerie nouvelle (association ouvrière), , « Arrêté du 2 avril 1868 », p. 381
  4. Site officiel de « La Fête à Léon »
  5. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Les éditions de Minuit, Paris, 1985.
  6. Tel qu'indiqué sur une plaque apposée sur un mur du préau de l'école

Sources et références[modifier | modifier le code]