Rosa Albach-Retty

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Rosa Albach-Retty
Rosa Albach-Retty.jpg
Rosa Albach-Retty (1902)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 105 ans)
BadenVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Rosa RettyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Enfant
Autres informations
Distinctions
Albachretty grab.jpg
Vue de la sépulture.

Rosa Albach-Retty, née à Hanau en Allemagne, le et morte à Baden en Autriche, le (à 105 ans), est une comédienne autrichienne, grand-mère de l'actrice Romy Schneider.

Biographie[modifier | modifier le code]

Rosa Clara Franziska Helene Retty naît le à Hanau en Hesse. Son père d'origine hongroise[1] est (de) Rudolf Retty (1845 à Lübeck - 1913 à Leipzig), acteur et réalisateur allemand[2], et son grand-père (de) Adolf Hermann Retty (1821 à Königsberg en Prusse - 1885 à Hambourg) était enseignant et parfois acteur.

Rosa Retty vers la fin du XIXe

Elle étudie au Berliner Lessingtheater et au Deutschen Volkstheater à Vienne. En 1891, elle obtient son premier engagement stable au Deutches Theater de Berlin. En 1903, elle entre au prestigieux Wiener Burgtheater comme membre permanent et obtient le titre de comédienne de Cour en 1928[3] ; des décennies durant, elle sert les plus grands auteurs[1],[4].

Elle épouse le 4 décembre 1899 un officier impérial, Karl Albach, dont elle accole le nom au sien, se faisant appeler dorénavant Rosa Albach-Retty. Son mari renonce par amour à sa carrière militaire et devient par la suite avocat puis comédien.

En 1930, Rosa fait sa première apparition cinématographique - sans abandonner le théâtre - quand elle est engagée avec la jeune Hedy Lamarr par le réalisateur allemand Georg Jacoby pour tourner le film Geld auf der Strasse[5].

Liens avec le nazisme[modifier | modifier le code]

La proximité de Rosa Albach-Retty avec le régime nazi est bien documentée ; elle et son mari soutiennent des membres des SS, elle est membre du Front patriotique et comme des millions d'Allemandes, elle est une admiratrice avouée d'Hitler[6]. Ses amitiés et sa célébrité lui permettent de faire partie de la (de) « Liste des privilégiés divins » des nationaux-socialistes, selon Geobbels, ainsi que son fils Wolf, membre de la SS depuis 1933, en tant qu'artistes au service de la propagande nazie[6].

Sa dernière apparition au cinéma sera pour le remake de 1955 Der Kongreß tanzt dirigé par Franz Antel[7]. Elle quitte également le théâtre en 1958[1].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Même après la guerre et la fin du régime nazi, et malgré sa compromission, elle ne perd rien de l'estime dans laquelle on la tient, comme le prouvent les récompenses qu'on lui offre après 1945.

En 1958, Rosa Albach-Retty reçoit la médaille Josef-Kainz de la ville de Vienne, prix décerné aux artistes les plus méritants[4] ; elle est titulaire de la Croix d'honneur autrichienne pour la science et l'art de 1ère classe en 1963 ; un bâtiment municipal viennois porte son nom : le Rosa-Albach-Retty-Hof dans le 19e arrondissement de Döbling, construit dans les années 1970 ; à l'occasion du centenaire de l'artiste, le Kunsthistorisches Museum la ville de Vienne lui consacre une exposition spéciale en 1974 ; lui est également décernée la Grande décoration en argent pour les services à la République d'Autriche, en 1977 ; Vienne lui offre une « tombe d'honneur », où les restes de son fils mort en 1967 seront transférés ainsi que ceux d'autres membres de leur famille, qui se trouve au cimetière central de Vienne (groupe 32 C, numéro 50)[3].

Descendance[modifier | modifier le code]

Le fils de Rosa et Karl, Wolfgang Helmut Albach, deviendra également acteur sous le nom de Wolf Albach-Retty (1906-1967) et épousera la comédienne allemande Magda Schneider, de même que leur petite-fille Rosemarie Albach sous le nom de Romy Schneider et que leur arrière-petite-fille, Sarah Biasini.

Fin de vie[modifier | modifier le code]

Rosa Albach-Retty décède le à Baden, en Autriche, à l'âge de cent cinq ans, peu de temps après avoir publié son autobiographie faite des souvenirs de sa longue vie mouvementée So kurz sind 100 Jahre (Si courts sont cent ans) pour son centième anniversaire, enregistrée en 1978 par Gertrud Svoboda-Srncik[3].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « CULTURE - Une actrice mythique qui avait de qui tenir », sur lepetitjournal.com, (consulté le 23 octobre 2020)
  2. (de) Deutsches Bühnen-jahrbuch: Theatergeschichtliches jahr- und adressenbuch, F.A.Günther & sohn a.-g., (lire en ligne)
  3. a b et c « Rosa Albach-Retty », sur www.steffi-line.de, (consulté le 23 octobre 2020)
  4. a et b Philippe Pelletier, « Rosa Albach-Retty - CinéArtistes.com », sur www.cineartistes.com (consulté le 23 octobre 2020)
  5. Ruth Barton, Hedy Lamarr: The Most Beautiful Woman in Film, The University Press of Kentucky, 312 p., 2012.
  6. a et b (de) « LEGENDEN : Diva mit Nazi-Trauma? - DER SPIEGEL 38/2008 », sur www.spiegel.de, (consulté le 23 octobre 2020)
  7. « Rosa Albach-Retty », sur IMDb (consulté le 23 octobre 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]