Carignan (Ardennes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Carignan.
Carignan
L'Église Notre-Dame
L'Église Notre-Dame
Blason de Carignan
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Ardennes
Arrondissement Sedan
Canton Carignan (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes des Portes du Luxembourg
Maire
Mandat
Denis Lourdelet
2014-2020
Code postal 08110
Code commune 08090
Démographie
Gentilé Yvoisien
Population
municipale
2 954 hab. (2014 en diminution de 6,73 % par rapport à 2009)
Densité 211 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 38′ 00″ nord, 5° 10′ 07″ est
Altitude Min. 161 m
Max. 293 m
Superficie 14,01 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte administrative des Ardennes
City locator 14.svg
Carignan

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte topographique des Ardennes
City locator 14.svg
Carignan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Carignan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Carignan

Carignan, anciennement Yvoy ou Yvois jusqu'en 1662, est une commune française située dans le département des Ardennes, en région Grand Est.

Jusqu'au milieu des années 1950, sa langue véhiculaire a été le lorrain. Ses habitants sont appelés les Yvoisiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Carignan
Tétaigne Osnes Matton-et-Clémency
Euilly-et-Lombut Carignan Les Deux-Villes
Vaux-lès-Mouzon Sailly Blagny

La commune est proche de la frontière belge, située à quelques kilomètres au nord-est : Matton-et-Clémency est une commune frontalière.

Géologie et relief, hydrographie[modifier | modifier le code]

Le point culminant du territoire de la commune se situe au Mont-Tilleul qui culmine à 293 m. La partie habitée de la commune se situe au pied de ce Mont-Tilleul, et est à une altitude variant entre 165 et 190 m[1].

Le territoire de la commune est sur des terrains liasiques. Les versants des collines reposent sur des sols calcaires, sableux, à bélemnites. Dans le fond des vallées, ces calcaires sont recouverts d'alluvions[1].

Le sud de la commune est traversé par la Chiers, un affluent de la Meuse. Les principales voies de communication suivent le cours de la Chiers. Le ruisseau de l'Aulnois sépare Carignan du hameau de , et d'anciennes installations industrielles (une foulerie, et une tréfilerie)[1]. Il est rejoint par le ruisseau de Matton, lui-même alimenté par le ruisseau des Deux-Villes.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la route départementale D8043, ancienne route nationale 381, qui longe la Chiers, et par la départementale D19. La D8043 conduit d'un côté à Sedan, et de l'autre à Montmédy. La D19 relie notamment la commune à Mouzon (au sud-ouest) et mène dans le sens inverse à Florenville, en Belgique.

La gare de Carignan est une gare ferroviaire française de la ligne de Mohon à Thionville. Elle est desservie pour les voyageurs par des trains TER Champagne-Ardenne qui effectuent des missions entre les gares d'Épernay, ou de Reims, et de Carignan, ou de Longwy, ou de Metz[2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Le cœur de la commune correspond à la cité historique, délimitée par des remparts au XVIIe siècle dont il reste quelques vestiges. Au centre de cette partie historique se dresse la collégiale Notre-Dame. La zone habitée s'est étendue après la Seconde Guerre mondiale, de façon significative jusqu'à la fin des années 1960, surtout en direction de Sedan, vers le Nord-Ouest et vers l'ancienne commune de , devenu un hameau rattaché à Carignan, avec une continuité des habitations presque complète entre Carignan et Wé. Des lotissements ont également été créés dans les décennies suivantes, notamment dans la direction inverse, de Blagny[1].

D'anciens bâtiments industriels subsistent sur la Chiers, en dehors des anciens remparts, jouxtant la campagne, dont un moulin à blé qui enjambe la rivière et qui a cessé son activité en 1972[3], une filature de laine cardée arrêtée à la fin des années 1960[4], une usine de sélection de semences, s'élevant sur quatre niveaux, fermée peu après 1945[5], et une tréfilerie sur le ruisseau de l'Aulnois, en activité jusqu'en 1957 puis transformée en ferme[6].

Logements[modifier | modifier le code]

Selon les statistiques de l'INSEE de 2013, 91 % des logements sont des résidences principales, 8 % sont vacants et 1 % sont des logements occasionnels ou des résidences secondaires. Deux tiers de ces logements sont des maisons, le dernier tiers étant des appartements. La construction des résidences principales a été finalisée à 51,8 % dans la période de 1946 à 1970, qui correspond également à une période de croissance démographique[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le bourg est attestée sous le nom Epoisso au IVe siècle, du mot gaulois epo (cheval). Puis le nom d'Evosio est mentionné vers 540, pour donner Ivoy au XVIIe siècle[8].

La prévôté d'Yvoy, aussi orthographié Yvoi, Ivois, Ivoi, Ivoix, en allemand ispch[9], change de nom lorsque Louis XIV l'érige en duché en faveur d'Eugène-Maurice de Savoie, prince de Carignan en Piémont. Pendant la Révolution, la municipalité reprend le toponyme Ivoy[10],[11].

Les habitants de Carignan sont appelés les Yvoisiens.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Le nom Eposio ou Epoisso, d'origine celtique (Epo=cheval), permet d'envisager une occupation humaine antérieure à la période romaine. Le site de Carignan est occupé au moins depuis l'époque romaine. Il est connu des Romains sous le nom d'Epoisso Vicus. C'est aussi une étape sur la voie romaine de Reims à Trèves et il figure comme telle dans L'Itinéraire d'Antonin. Pendant la reconstruction en 1949, après la Seconde Guerre mondiale, des vestiges architecturaux gallo-romains ont été mis au jour parmi lesquels une sculpture de Mercure tenant Bacchus et deux grands chapiteaux corinthiens. S'y ajoute la vaste villa de Maugré, au nord-est de la cité, le long du ruisseau de Matton, fouillée de 1976 à 1986[1].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La cité est le chef-lieu du pagus Eponensis/Evodiensis. Elle est visitée par l'archevêque Maximin de Trèves au IVe siècle, et par Martin de Tours en 385 ou 386. Au VIe siècle, dans son Histoire des Francs, Grégoire de Tours raconte sa rencontre avec saint Walfroy à Yvois (Eposium Castrum). La ville possède un atelier monétaire mérovingien. Un comté d'Yvois, certainement héritier direct du pagus, est mentionné au Xe siècle[1].

En , Yvois accueille une entrevue entre le roi Robert II le Pieux et l'empereur Henri II du Saint-Empire[1].

Au XIe siècle, Yvois fait partie du comté de Chiny, qui est probablement la continuation du comté d'Yvois. Elle en est la ville la plus importante, et une prévôté d'Yvois recouvre la cité et plusieurs villages des environs. Les comtes y séjournent souvent et elle est, jusqu'au XIIIe siècle, la véritable capitale du comté. Les comtes font frapper la majeure partie de leurs monnaies à Yvois et une manufacture de draps y est fondée en 1304. En 1340, la ville et sa prévôté sont vendues à Jean l'Aveugle, comte de Luxembourg. Devenu duché, le Luxembourg s'agrandit par l'achat du comté de Chiny, en 1364, par Venceslas Ier de Luxembourg[12] avant d'appartenir aux ducs de Bourgogne.

Article détaillé : prévôté d'Yvois.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

La prévôté d'Yvois fait ensuite partie intégrante des Pays-Bas espagnols et Yvois est l'une des plus importantes places fortes du sud-Luxembourg. La France s'en empare après la siège de 1542 et en 1552 (le 23 juin, après un siège de six jours)[13]. Mais elle fait retour à l'Espagne en 1559 (traité du Cateau-Cambrésis). Ses fortifications sont alors démantelées puis reconstruites, sans doute au début du XVIIe siècle. Au cours de la guerre de Trente Ans, après avoir été assiégée deux fois en 1637 et 1639, par les troupes françaises du maréchal de Châtillon, la ville est rasée sur ordre de Richelieu et le site reste longtemps quasi-abandonné.

Yvois est annexée par la France en 1659 (article XXXVIII du traité des Pyrénées). En 1662, le territoire d'Yvois, correspondant approximativement à l'actuel canton de Carignan, est érigé en duché de Carignan par Louis XIV au profit d'Eugène-Maurice de Savoie, comte de Soissons, prince de Carignan en Piémont et la ville perd son nom pour devenir Carignan[1]. A la veille de la Révolution de 1789, le duché compte environ 9000 habitants.

La famille de Savoie conserve le duché jusqu'en 1751, date à laquelle il est vendu à Louis Jean Marie de Bourbon, duc de Penthièvre. Sa fille reçoit le duché en dot lorsqu'elle épouse Philippe d'Orléans dit Philippe-Égalité qui en est le dernier possesseur[1].

Grâce à ses industries, la ville se développe au cours du XIXe siècle. On y trouve un moulin, un laminoir, d'autres usines métallurgiques, une briqueterie et une filature. La ligne de chemin de fer de Sedan à Montmédy est ouverte en 1861. Napoléon III fait un bref séjour à Carignan le avant de gagner Sedan.

Depuis 1914[modifier | modifier le code]

Pendant la Première Guerre mondiale, Carignan subit l'occupation allemande pendant quatre années. Le Dr Gairal, qui est maire de la commune, décède en déportation.

Lors de la Deuxième Guerre mondiale, la population quitta la ville devant l'avancée des forces allemandes et se retrouve dans l'ouest du pays. Les évacués peuvent regagner la ville après l'armistice.

Pendant ce temps, le , les Français font sauter les ponts sur la Chiers avant l'arrivée des Allemands. Ceux-ci, du VII. Armee-Korps d'Eugen Ritter von Schobert arrivent le au soir et tentent le lendemain matin de franchir la rivière entre Carignan et Tétaigne, depuis Carignan c'est la 71. Infanterie-Division (de Karl Weisenberger) qui attaque, ce qui provoque la réaction de l'artillerie française, notamment celle du III/20e régiment d'artillerie nord-africaine[14]. Ces tirs touchent en particulier Carignan où les Allemands essayent de réparer le pont Alix[14]. Le lieutenant Watelet du II/136e régiment d'infanterie de forteresse, unité qui défend le secteur face à Carignan, témoigne « nos 75 arrosent copieusement Carignan. Les toitures s'effondrent, des incendies se déclarent ici et là. Le spectacle est hallucinant »[14]. L'attaque allemande échoue[14]. Dans la nuit, sur ordre de Charles Huntziger, chef de la 2e armée dont elles dépendent, les unités françaises évacuent leurs positions sur la Chiers en aval de l'ouvrage de La Ferté[14] où se poursuivront les combats. La ville est alors détruite à près de 90 %.

Article connexe : Percée de Sedan.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Le parti socialiste a tenu la mairie de Carignan de 1937 à 2008, excepté durant la Seconde Guerre mondiale et le régime de Vichy. En 2008, une liste se disant apolitique et classée divers droite est devenue majoritaire[15], et a confirmé en 2014 en réunissant 69 % des voix.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Maires de Carignan
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1815 1828 Jean François Dominique
de Spinette
  Ancien officier d'infanterie

Maître de forges
Chevalier de Saint-Louis

1828 1829 Jacques-André Rouyer   Maître de forges
1829 1830 Jean-Joseph Henry   Maître de forges
1830 après 1871 Phocion Hablot   Notaire
Conseiller général
Chevalier de la Légion d'honneur
1874 1878 Antoine-Philippe Dumont   Notaire
1878 1884 Ludovic Benoist   Notaire
1884 1898 Jean Visseaux   Meunier
1898 1916
(démis par les Allemands)
Jean-Jules Gairal   Médecin
Conseiller général
Déporté en Allemagne, décédé au camp de Celle (Hanovre) le 15 mars 1917
1916 1920
(décès)
Charles Visseaux   Minotier
Chevalier de la Légion d'honneur
1928 1931 Raimon   Grainetier
1928 1931 Emile Nivoix Radical-socialiste Vétérinaire
Conseiller d'arrondissement
Conseiller général
1931 1937
(décès)
Emile Melcion   Pharmacien.
1937 1940 Georges Rennesson[16] SFIO Menuisier. Maire jusqu'à l'Armistice de 1940 où il est relevé de ses fonctions par le Régime de Vichy
 ?  ? Bouquet[16]   désigné par l'occupant allemand
 ? 1944 Jean Colle[16]   Grainetier
Nommé par le préfet († assassiné le 21 août 1944)
1944 1971 Georges Rennesson[16] SFIO puis PS Menuisier
1971 1977 Edmond Pierron PS Directeur d'école honoraire
1977 1995 Michel Rambourg PS Professeur de CES
1995 2001 Manuel Tejedo-Cruz PS  
2001 2006 Jean Henry   Premier adjoint puis maire par intérim
en cours
(au 30 avril 2014)
Denis Lourdelet[17]   Gérant de société

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Carignan appartient au département des Ardennes, au sein de la région Grand Est, et à la communauté de communes des Portes du Luxembourg. C'est un chef-lieu de canton. D'un point de vue électoral, ce canton de Carignan fait partie de la troisième circonscription des Ardennes.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Allemagne Weinsberg (Allemagne)

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Carignan forme avec les communes voisines de Blagny et d'Osnes une petite agglomération urbaine, l'unité urbaine de Carignan, qui avec 4 596 habitants en 2008 la classe au dixième rang départemental après celle de Fumay et avant celle de Nouvion-sur-Meuse.


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[19].

En 2014, la commune comptait 2 954 habitants[Note 1], en diminution de 6,73 % par rapport à 2009 (Ardennes (département) : -1,26 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 373 1 313 1 394 1 468 1 382 1 673 1 792 1 812 1 839
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
2 051 2 089 2 113 2 098 2 149 2 123 2 224 2 164 2 134
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
2 216 1 987 2 257 2 338 2 472 1 712 2 720 3 403 3 674
1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2014 -
3 724 3 646 3 359 3 259 3 188 3 178 2 987 2 954 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune compte une école maternelle, une école primaire et un collège[21],[22].

Santé[modifier | modifier le code]

Grâce à la communauté de communes des Portes du Luxembourg, une maison de santé a ouvert ses portes le 29 février 2016, regroupant en un lieu des médecins généralistes, des infirmières libérales, des orthophonistes, et la Croix-Rouge française[23],[24].

Sports[modifier | modifier le code]

Plusieurs clubs de sports existent sur la commune, notamment de gymnastique (étoile gymnique de Carignan)[25], de tennis (Club Tennis Yvois Carignan), de tir à l'arc (Arc Club Carignan Mouzon ou ACCM), de boxe (Boxing Club), de football (Football Club Blagny Carignan) et de football en salle avec le COSEC.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

La commune compte, en 2013, 1 283 ménages fiscaux, et 42,5 % de ces ménages sont imposés[26].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2013, les actifs ayant un emploi représentent 57,2 % de la population des 15-64 ans pour 59,5 en 2008. Les chômeurs représentent 11,5 % de cette population en 2013 pour 8,8 % en 2008. L'indicateur de concentration d'emploi est de 49,7 en 2013, ce qui signifie que la zone d'emploi offre un peu moins d'un emploi pour deux habitants actifs[26].

La répartition par catégories socioprofessionnelles de la population active est la suivante pour cette commune :

Répartition de la population active par catégories socioprofessionnelles

  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d'entreprise
Cadres, professions
intellectuelles
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Carignan en 2013 0,7 % 8,4 % 9,3 % 19,0 % 29,1 % 33,5 %
Carignan en 2008 0,9 % 7,1 % 10,7 % 20,2 % 24,2 % 36,9 %
Sources des données : INSEE[26]

Entreprises par secteur d'activité[modifier | modifier le code]

Au 1er janvier 2015, Carignan compte 228 établissements actifs : 7 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 22 dans l'industrie, 9 dans la construction, 147 dans le commerce-transports-services divers et 43 relatifs au secteur administration publique, enseignement, santé, action sociale. Le secteur industriel qui moins de 10 % des établissements réunie 50 % des emplois. Deux de ces entreprises ont plus de 50 salariés , La Foulerie (fabrication de pièces métalliques pour le marché du roulement à billes), et Amphenol Air (fabrication de systèmes d'interconnexion électriques, d'accessoires de câblagee et d'attachement)[26].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Parmi les monuments de la ville de Carignan peuvent être évoqués :

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

La chapelle Saint-Pierre de Wé
  • La collégiale Notre-Dame, édifiée au Moyen Âge, remanié plusieurs fois. Quatre fenêtres gothiques ea été fondé en 1982. Ct un portail Renaissance. Le clocher est une copie de celui de 1681. L'édifice est classé monument historique en 1990[28].
  • La chapelle Saint-Pierre du hameau de Wé qui relevait du prieuré des Jésuites de Muno (Belgique). Reconstruite au XVIIIe siècle, elle contient de beaux retables baroques en bois avec chronogrammes.

Autres[modifier | modifier le code]

Un Cercle historique et artistique yvoisien a été créé en 1982. C'est une association loi 1901[29].

Un centre culturel est aménagé dans un ancien supermarché, à l'initiative de la municipalité, pour regrouper un pôle pour la petite enfance, un relais d'assistance maternelle, le club de maquette de Carignan, et une médiathèque[30],[31].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Géry de Cambrai (vers 540-619 ?), évêque de Cambrai, saint thaumaturge fêté le 11 août, y est né.
  • Nicolas Bernard Guiot de Lacour (1771-1809), général de la Révolution et de l’Empire, est né à Carignan. Mortellement blessé à Wagram, son nom est gravé sur l'Arc de triomphe de l'Étoile et son buste figure dans la galerie des batailles du château de Versailles.
  • Jean-Baptiste L'Écuy (1740-1834), dernier abbé général de l'ordre des Prémontrés avant la Révolution, est né à Carignan.
  • Mathias Chardon (1695-1771), moine bénédictin à Saint-Arnould de Metz et historien de la liturgie catholique, y est né.
  • Jules Visseaux (1854-1934), sculpteur primé à Paris en 1889, y est né.
  • Jeanne Mélin (1877-1964), pacifiste, féministe, écrivaine et femme politique, candidate à la présidence de la République en 1946 contre Vincent Auriol, est née à Carignan.
  • Jules Mazé (1865-1951), romancier, poète, historien, critique d'art et journaliste, y est né.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Carignan

Les armes de Carignan se blasonnent ainsi :

d’azur à la fasce d’or chargé d’un cœur du champ[32].

Ce blason ne date que de 1824 et a été attribué par Louis XVIII. De 1341 à 1659, la ville s'est servie du blason accordé en 1341 par Jean l'Aveugle : écu à quatre parties (écartelé) : Aux I et IV, d'argent au lion armé et lampassé de gueules à queue fourchue; aux II et III, burelé d'argent et d'azur à dix pièces, au lion armé et lampassé de gueules à queue simple.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i Stéphane Gaber, « Carignan », Revue Historique Ardennaise, t. XII,‎ , p. 177-190
  2. Site SNCF TER Champagne-Ardenne, Informations pratiques sur les gares et arrêts  : Gare de Carignan lire (consulté le 1er février 2012)
  3. Maya Bennani, Bruno Decrock, François Griot et Julien Marasi, Patrimoine industriel des Ardennes, Éditions Dominique Guéniot, , 288 p. (ISBN 978-2-87825-458-7, lire en ligne), « Moulin à blé, actuellement centrale hydroélectrique », p. 61
  4. Maya Bennani, Bruno Decrock, François Griot et Julien Marasi, Patrimoine industriel des Ardennes, Éditions Dominique Guéniot, , 288 p. (ISBN 978-2-87825-458-7, lire en ligne), « Filature de laine cardée Bloch », p. 60-61
  5. Maya Bennani, Bruno Decrock, François Griot et Julien Marasi, Patrimoine industriel des Ardennes, Éditions Dominique Guéniot, , 288 p. (ISBN 978-2-87825-458-7, lire en ligne), « Usine de sélection de semences (graineterie) Denaiffe, puis Etablissements Biette », p. 62
  6. Maya Bennani, Bruno Decrock, François Griot et Julien Marasi, Patrimoine industriel des Ardennes, Éditions Dominique Guéniot, , 288 p. (ISBN 978-2-87825-458-7, lire en ligne), « Usine de transformation des métaux, puis usine liée au travail du bois, puis fonderie d'aluminium, actuellement ferme », p. 62-63
  7. « Dossier complet, commune de Carignan. Logement en 2013 », sur le site de l'INSEE
  8. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Librairie Droz, (lire en ligne), p. 139
  9. Augustin Calmet - Notice de la Lorraine qui comprend les duchés de Bar et de Luxembourg.
  10. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Michel Tamine, « Changer le nom des villes et des villages », dans Gérard Gayot (dir.), Révolution en Ardenne, de l'Argonne au Namurois, Éditions Terres Ardennaises, , p. 107-128
  12. Jean Bertholet, Histoire ecclésiastique et civile du duché de Luxembourg et comté, t. 6, Luxembourg, André Chevalier, (lire en ligne), p. 267-268
  13. Claude-François Lambert, Histoire et règne de Henri II, roi de France, t. 1, Paris, Claude-Jean-Baptiste Bauche, (lire en ligne), p. 374-377
  14. a, b, c, d et e Jean-Yves Mary, Le Corridor des Panzers, t. I, Bayeux, Heimdal, , p. 324-330
  15. « Denis Lourdelet, le maire surprise », L'Avenir,‎ (lire en ligne)
  16. a, b, c et d Source : Histoire et vie de Carignan, Marcel François aux éditions Labruyère
  17. Conseil général des Ardennes consulté le 23 juin (fichier au format PDF)
  18. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  21. « Coordonnées des écoles », sur Carignan. Site officiel (consulté le 25 juin 2017)
  22. « Notre école », sur ecoledecarignan.free.fr (consulté le 25 juin 2017)
  23. « Ouverture Maison de Santé de Carignan », portesduluxembourg.fr,‎ (lire en ligne)
  24. « Les Portes du Luxembourg ouvrent une deuxième maison de santé à Carignan », L'Union,‎ (lire en ligne)
  25. « Étoile gymnique Carignan », sur champagneardenne-ffgym.com
  26. a, b, c et d « Dossier complet. Commune de Carignan (08090) », sur site de l'INSEE
  27. Notice no PA00078357, base Mérimée, ministère français de la Culture
  28. Notice no PA00078356, base Mérimée, ministère français de la Culture
  29. « Le Cercle historique et artistique yvoisien » (consulté le 25 juin 2017)
  30. Boris Marois, « La création du centre culturel de Carignan, entre gros œuvre et paperasse », L'Union,‎ (lire en ligne)
  31. Boris Marois, « Le chantier du centre culturel de Carignan est lancé », L'Ardennais,‎ (lire en ligne)
  32. Banque du Blason

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Delahaut Charles Joseph, Annales civiles et religieuses d'Yvois Carignan et de Mouzon, Paris, T. Desoer, 1822 [1].
  • Gaber Stéphane, Histoire de Carignan et du pays d'Yvois, Charleville Mézières, Éd. de la société d'études ardennaises, 1976. Préface de René Taveneaux.
  • Gaber Stéphane, Les Fortifications de Carignan, Carignan, Cercle historique et artistique yvoisien, 1991.
  • Gaber Stéphane, Vingt siècles d'histoire au pays d'Yvois-Carignan, Carignan, Cercle Historique et Artistique Yvoisien, 2009.
  • Huart Désiré, Les Patois de l'est-sedanais: en particulier des cantons de Mouzon-Carignan et quelques villages limitrophes de la Meuse et de Belgique Charleville-Mézières, Ardenn'offset, 1988.

Liens externes[modifier | modifier le code]