Jules Visseaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jules Visseaux
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Une des deux écrevisses monumentales du bassin de la Chasse dans le parc du château de Trévarez, Saint-Goazec. Œuvre de Florian Kulikowski et Jules Visseaux, 1903.

Jules Édouard Visseaux, né à Carignan (Ardennes) le 23 septembre 1854 et décédé à Paris le 7 novembre 1934 est un sculpteur français primé à Paris en 1889.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jules Visseaux est issu d'une vieille famille ardennaise. Il est le fils de Jean Baptiste Visseaux (1813-1871) et de Julie, née Deloye, sœur du sculpteur Deloye.

Une famille d'influence[modifier | modifier le code]

Il a un lien de parenté avec Jean Visseaux (1830-1898), industriel ardennais, conseiller de canton, et le fils de ce dernier, Jules-Ernest Visseaux (1864-1920), chevalier de la Légion d'honneur et tous deux maires pendant deux décennies de Carignan, sa ville natale. Il est également cousin de l'aviateur Henry Visseaux (1873-1949), un des premiers à recevoir le brevet de pilotes d'aéroplanes Sommer en 1910, lui-même cousin maternel de l'aviateur Roger Sommer.

Sa sœur Maria, a été nommée légatrice universelle de la ville de Carignan, dont une rue porte son nom.

Sa fille Julie a épousé son ami, le peintre et lithographe anglais Albert de Belleroche.


Œuvres[modifier | modifier le code]

Connu pour ses bronzes, il a été primé par l'exposition universelle internationale de Paris en 1889[1].

Au château de Craon (53), où il œuvra avec les architectes Alfred Coulomb (1838-1929) et son associé le nantais André-Louis Chauvet, il réalisa la rampe en fer forgé, peint et doré, d'un escalier monumental de style louis XVI (1898)[2].

Vers 1911 il réalisa pour le fronton de l'hôtel Errazuriz à Buenos-Aires (actuel Musée national des Arts Décoratifs) une copie de la composition pour un de ceux du ministère de la Marine (ancien Garde-Meuble royal) de Paris.

Il travailla également avec l'architecte Ogden Codman (en)[3].


Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Claude Renard, L'âge de la fonte: un art, une industrie, 1800-1914 ; suivi d'un dictionnaire des artistes, Éditions de l'Amateur, , 319 p., p. 308
  2. « Château de Craon »
  3. (en) Pauline C. Metcalf, Ogden Codman and the Decoration of Houses, Boston Athenaeum, , 208 p. (lire en ligne)