Rochus Misch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Misch.
Rochus Misch
Defaut 2.svg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Stare Siołkowice (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 96 ans)
BerlinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Conflit

Rochus Misch, né à Stare Siołkowice (en)[N 1] le et mort à Berlin le , est un SS-Oberscharführer[N 2] de la 1re division SS Leibstandarte Adolf Hitler durant la Seconde Guerre mondiale. Il a servi comme garde du corps, estafette et standardiste auprès d'Adolf Hitler de 1940 à 1945.

Avant sa mort en 2013, il était l'un des deux derniers survivants du Führerbunker de Berlin, parmi ceux qui y étaient présents lors des derniers jours de la guerre en Europe, aux côtés de Hitler.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et jeunesse[modifier | modifier le code]

Rochus Misch est né en Silésie, région faisant alors partie de l'Empire allemand, qui deviendra polonaise après 1945.

Son père, soldat, meurt quelques heures avant sa naissance au cours de la Première Guerre mondiale. Sa mère meurt en 1920, alors qu'il n'a que deux ans et demi. Élevé par ses grands-parents, il suit une formation de dessinateur après le collège.

En 1936, lors des Jeux olympiques de Berlin, le jeune Misch prend place au premier rang, à l'extérieur, devant l'entrée du stade. Il y voit le Führer pour la première fois et est fasciné, comme beaucoup de ses compatriotes.

Parcours dans la SS[modifier | modifier le code]

L'année suivante, Misch est appelé au service militaire. Il intègre la Verfügungstruppe, une unité de la SS destinée aux opérations militaires[N 3]. Il est incorporé dans le régiment « Leibstandarte-SS-Adolf Hitler » (LSSAH), également chargé de la protection d'Adolf Hitler. En , l'Allemagne attaque la Pologne : son régiment fait partie du 13e corps d'armée. Le soldat Misch est blessé près de Varsovie le .

Alors qu'il est en convalescence, il est recruté pour le service personnel du Führer en tant que garde du corps, estafette et standardiste. C'est ainsi qu'il intègre, en , la garde personnelle de Hitler (en allemand : Führerbegleitkommando), le FBK, et s'installe dans les appartements de la chancellerie du Reich à Berlin.

Au début de l'année 1945, la fin du IIIe Reich est proche. Dès la mi-, Hitler, ses derniers fidèles, ses secrétaires et ses gardes se terrent dans le Führerbunker. Le SS Misch a alors la charge du standard téléphonique.

Rochus Misch déclare avoir croisé le Führer pour la dernière fois le , peu avant son suicide : « C'était vers 11 heures. Il passe devant moi, s'arrête, me jette un coup d'œil avant de faire demi-tour et disparaître ».

Il observe comment, dans son petit espace, Magda Goebbels, la femme du ministre de la Propagande, habille ses six enfants avant de les empoisonner. Il croise Joseph Goebbels, qui lui lance, avant de se suicider à son tour : « Nous avons appris à vivre, nous allons donc bien savoir comment mourir. Vous pouvez maintenant disposer. C'est fini. »

Captivité et retour à Berlin[modifier | modifier le code]

Misch est capturé par les troupes soviétiques le puis emprisonné à la prison de la Loubianka à Moscou. Après avoir passé neuf ans dans des prisons du Kazakhstan et de Sibérie, il revient à Berlin en 1954 ; avec l'aide financière d'un fonds gouvernemental, destiné à aider à la réinsertion des soldats ayant subi une longue détention, il rachète l'année suivante une petite boutique de peinture et de décoration d’intérieur qu'il fait prospérer.

Avec un ami, Adolf Kleinholdermann, il entreprend également de vendre du beurre de cacahuète aux forces d’occupation américaines à Berlin. Cette activité est florissante mais Gerda, son épouse depuis 1942, lui conseille de rester dans son affaire initiale de décoration.

En 1975, Gerda, est élue au parlement de Berlin où elle siège plusieurs années.

En 1985, âgé de 68 ans, Misch prend sa retraite dans sa maison du quartier de Berlin-Rudow. Son épouse meurt en 1998, après avoir été atteinte de la maladie d'Alzheimer.

Rochus Misch a affirmé n'avoir jamais été membre du parti nazi (NSDAP).

En , après la mort de l'estafette Armin Lehmann, Misch était avec Günther Schwägermann l'un des deux derniers survivants du bunker de Hitler.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie-Sources[modifier | modifier le code]

Le journaliste Nicolas Bourcier a écrit le livre J'étais garde du corps d'Hitler (Le Cherche Midi, 2006) à partir des entretiens qu'il a eus avec Rochus Misch en 2004 et 2005.

À la lecture de cet ouvrage, l'historien Stephan Martens a souligné que « Misch [avait] une mémoire sélective » et à quel point selon lui « recueillir sans distance un tel témoignage [posait] un problème éthique » [1].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Rochus Misch erzählt (DVD) — Le , la compagnie Keystone Animation Ltd. a publié un documentaire qui présente les confidences de Rochus Misch. Celui-ci fait visiter la Chancellerie et le bunker à l'aide d’une animation 3D. Ce DVD est produit par l'historien allemand Christoph Neubauer dans le cadre de la série Albert Speers Berlin (en français : « Le Berlin d’Albert Speer »). Cette série reproduit les quartiers de Berlin en 3D tels qu'ils avaient été édifiés selon les plans de l'architecte et ministre du Führer, Albert Speer. Une version anglaise du dernier DVD devait également être produite.

Liens externes[modifier | modifier le code]

(en) « Hitler bodyguard Rochus Misch, last witness to Fuehrer's final hours, dies at 96 », sur Fox News,‎ (consulté le 6 septembre 2013)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Aujourd'hui dans le powiat d'Opole en Pologne. À l'époque de l'Empire allemand, le bourg s'appelait « Alt Schalkowitz ».
  2. Équivalent en français d'adjudant.
  3. Qui devient la Waffen-SS en 1940.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Stephan Martens, « Hitler banalisé », L'Express,‎ (lire en ligne).