Robert Ryman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ryman.
Robert Ryman
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Robert Ryman en 2010.
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Représenté par
Xavier Hufkens (en), Pace Gallery (en), Konrad Fischer Galerie (d), Peter Blum Gallery (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu de travail
Conjoint
Lucy Lippard (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Cordy Ryman (en)
Will Ryman (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Robert Tracy Ryman est un artiste américain né le à Nashville et mort le à Greenwich Village[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1953, Robert Ryman déménage de Nashville pour s'installer à New York, avec l'intention de devenir saxophoniste professionnel de jazz. Rapidement, pour boucler les fins de mois, il prend un travail durant la journée en étant gardien de musée. Il rencontre alors Sol LeWitt et Dan Flavin, qui travaillent à ses côtés au MoMA. Il rencontre également l'artiste Roy Lichtenstein durant les années 1950.

Il est captivé par les récentes acquisitions du musée, les travaux des peintres expressionnistes abstraits Mark Rothko, Willem de Kooning, Clyfford Still, Jackson Pollock et Barnett Newman. Attiré par la peinture, il achète des fournitures au marchand de couleur local et commence à expérimenter dans son appartement en 1955.

Ryman a sa première exposition personnelle à la galerie Paul Bianchini en 1967 à l'âge de 36 ans. Sa première exposition muséale a lieu en 1971 au musée Solomon R. Guggenheim de New York.

Il était en relation avec l'ancien conservateur Orrin Riley, qui lui donnait souvent des conseils sur les matériaux et comment les utiliser sur les différents supports.

Il était membre de l'American Academy of Arts and Letters depuis 1994.

Œuvre[modifier | modifier le code]

L'œuvre de Ryman s'identifie aux mouvements des œuvres monochromes, du minimalisme et de l'art conceptuel. La plupart de ses œuvres sont expressionnistes abstraites, variations autour de la couleur blanche, peintes sur des toiles ou des surfaces en métal.

Bien qu'il soit classé dans le mouvement du minimalisme, l'artiste préfère être authentifié comme un « réaliste » car il n'est pas intéressé par la création d'illusions, mais seulement par la présentation des matériaux qu'il a utilisés dans ses compositions. Durant toute sa vie, il n'a cessé d'expérimenter les différents supports (toiles, métal aluminium, plexiglas, vinyl, carton ondulé, journal, fibre de verre, papier fait main, etc.) en peignant, dessinant avec de la caséine, de la gouache, des acryliques, des encaustiques, des pastels, des crayons gras, des graphites, des émaux. Ryman s'est aussi pratiqué les techniques de l’estampe : gravure, aquatinte, lithographie, sérigraphie.

Ryman a toujours dit que les titres de ses œuvres n'ont aucun sens, et que ceux-ci existent comme une forme d'identification.[réf. nécessaire] D'ailleurs, il leur préfère le terme de « nom » car il ne crée une œuvre que par rapport à la peinture et les matériaux qu'il utilise. Les « noms » de ses peintures viennent souvent de ses fournisseurs ou fabricants et sont des mots qui n'ont pas de signification particulière.

Prix[modifier | modifier le code]

  • 2005 : Prix Haftmann, décerné par la fondation suisse Roswitha-Haftmann à un « artiste vivant ayant produit une œuvre de première importance »

Expositions et collections[modifier | modifier le code]

De 1975 à la fin des années 1990, Ryman a suspendu ses œuvres au mur avec des accrochages métalliques. Il dessinait ses systèmes spécifiquement pour chacune de ses pièces et les faisait réaliser par un fabricant de métal.

En 1992, une grande rétrospective de son œuvre est présentée au MoMA et à la Tate Gallery.

Le Hallen für Neue Kunst (en) à Schaffhausen en Suisse a la plus importante collection de ses œuvres et en expose en permanence 29 d'entre elles datant de 1959 à 2007.

En France, l'un de ses plus célèbres collectionneurs français fut le réalisateur et producteur de cinéma Claude Berri[2] qui l'exposa à deux reprises dans son espace RENN.

Références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Frémon, Robert Ryman, L’Échoppe, 1991

Filmographie[modifier | modifier le code]

Ryman fut interviewé à deux reprises à la télévision par l'écrivain et producteur Barbaralee Diamonstein. Une fois pour le livre et la production vidéo Inside New York's Art World en 1979 et à nouveau pour Inside the Art World en 1993.

Liens externes[modifier | modifier le code]