Robert Cohen-Solal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Robert Cohen-Solal
Robert Cohen-Solal en mai 2013
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Site web

Robert Cohen-Solal, né en 1943 à Alger, est un musicien français, compositeur de musique instrumentale et électroacoustique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Robert Cohen-Solal est né à Alger. À 4 ans, il découvre la musique classique et à 8 ans, le violon.

En 1956, sa famille décide de s'installer en France, à Nîmes où il continue les études de musique au conservatoire et à 18 ans il obtient un 1er prix de violon. Il s'installe à Paris sur les conseils de ses professeurs et se présente à l'examen d'entrée au conservatoire national supérieur de musique (CNSM). D'autre part, il intègre l'université de la Sorbonne en 1962 où il prépare un diplôme de philosophie. Mais il abandonne rapidement la musique classique et la Sorbonne, pour se consacrer uniquement à la musique expérimentale (qu'il découvre au cours d'un concert à la maison de la radio en 1964). C'est alors qu'il rejoint en tant que stagiaire le Groupe de recherches musicales (GRM). Il en devient ensuite collaborateur au secteur « musique d'application » et y restera, jusqu'en 1973, composant alors de nombreuses musiques de films de recherche (documentaires, émissions télé et courts-métrages comme ceux de Piotr Kamler, Peter Foldes, Pierre Demeure, François Jeze, le dessinateur Fred…).

Durant cette période, il côtoie les chercheurs, compositeurs, membres du GRM, ainsi que les réalisateurs œuvrant au Service de la Recherche. Il est l'assistant de Bernard Parmegiani et rencontre les compositeurs de passage au GRM (Pierre Henri, Luc Ferrari, Bruno Maderna et Iannis Xenakis, dont il est l'assistant pour le montage de l'enregistrement de Polytope 4…). Il est l'auteur notamment de la musique de la série des Shadoks[1], musique appartenant tantôt au domaine expérimental tantôt à un domaine plus conventionnel. Cependant cette musique n'est pas forcément représentative de son œuvre. C'est son frère Jean Cohen-Solal, également musicien (il joue entre autres les parties de flûte traversière des musiques instrumentales), qui a fait les voix des Shadoks.

À partir de 1973, Robert Cohen-Solal se retire dans une ferme isolée en Bourgogne et continue de composer pour l'audio-visuel, la danse contemporaine et le théâtre. En 1978, il retrouve le compositeur argentin Adolfo Resin qu'il a rencontré au cours du stage de 1965 au GRM. Ensemble ils rassemblent des amis musiciens et forment le groupe « Musique de la Rue » (composé de Jorge Migoya, Jean Cohen-Solal, Bruno Rousselet (de) et Christian Lété (de)) et pratiquent l'improvisation de la musique contemporaine en création collective, selon une méthode qu'Adolfo Reisin développé dans son pays, et qu'il a adapté pour les non-musiciens. Adolfo Reisin propose à la Protection maternelle et infantile (PMI) des stages destinés aux personnels des crèches pour animer des ateliers d'expression musicale avec des enfants. La Ville de Paris subventionne ces stages et animations auxquelles Robert Cohen-Solal s'implique des 1986 et jusqu'à l'arrêt des subventions en 1996.

De 1979 à 2003, il fait partie de la troupe de théâtre Graffiti dirigée par Philippe Goyard. Son implication dans les créations théâtrales le conduiront à collaborer avec Dominique Pitoiset, Jean-Paul Wenzel, Jean-Louis Hourdin et plus récemment avec François Chattot. Il vit à la campagne près de Dijon et continue de travailler pour le théâtre et sur des compositions.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Cohen-Solal, « Les Shadoks (50th Anniversary Edition) », sur WRWTFWW Records (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]