Bernard Parmegiani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bernard Parmegiani
Description de cette image, également commentée ci-après

Bernard Parmegiani

Informations générales
Naissance
Paris, Drapeau de la France France
Décès
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale compositeur, musicien
Genre musical Musique concrète, Musique électroacoustique, musique acousmatique

Bernard Parmegiani (, Paris, mort le à Paris[1]), est un compositeur français de musique électroacoustique. Il a fait partie du groupe de recherches musicales (GRM) de 1960 à 1992.

Biographie[modifier | modifier le code]

Parmegiani passe son enfance entre deux pianos : celui de sa mère, professeure, et celui de son beau-père, soliste international. Il apprend la prise de son radiophonique en qualité d'assistant opérateur, puis complète cet enseignement au Service Cinéma des Armées. Il devient alors ingénieur du son à la RTF Télévision. Parallèlement il étudie le mime avec Jacques Lecoq[2]. Cette expérience lui fait prendre conscience du découpage de l'espace par son corps qu'il applique alors dans sa composition musicale : le "découpage de l'espace par le son spatialisé" à l'aide de haut-parleurs.

Alors qu'il réalise ses premiers bidouillages à la Maison des Lettres, il rencontre Pierre Schaeffer qui l'entraîne au Studio d'Essai et l’encourage à suivre le stage de musique électro-acoustique. À son issue il intègre le groupe de recherches musicales (GRM) dont il devient membre permanent de 1959 à 1992. Tout en participant à la recherche musicale, Parmegiani entreprend une œuvre solitaire de compositeur qui n'aura cesse d'affiner son instrument : le son. En 1975, il achève le De Natura Sonorum qui deviendra une œuvre de référence pour la musique électro-acoustique, mais aussi pour la jeune génération "électro".

Dans les années 70, l'ère des médias électroniques imaginée par Marshall McLuhan est dans l'air du temps, Parmegiani étend alors ses recherches à l’art vidéo et crée ses propres images. Il réalise L’Œil écoute (1973), L'Écran transparent (WDR, 1976), Jeux d’Artifices (INA, 1979), une façon pour lui de se pencher sur le lien entre l'œil et l'oreille, car « peut-être qu'à trop regarder, l'homme finit par ne plus écouter. Et, l'œil, devenu le promeneur solitaire n'a d'oreille que pour ce qui l'agresse ».

Son catalogue ne comprend pas moins de 147 opus (pièces pour concert dont certaines comportent plusieurs versions différentes, théâtre musical, collages sonores, œuvres radiophoniques. Il collabore également avec des chorégraphes, cette expérience l’incite à créer lui même des actions musicales où l’apparition du son dans l’espace scénique est l’occasion d’un jeu tour à tour humoristique et dramatique. Il faut ajouter à cela des musiques de films (courts et longs métrages, cinéma d'animation ou expérimental comme Le Socrate du peintre de Robert Lapoujade ou Plus vite de Peter Foldés), des téléfilms, des musiques de scène (danse, théâtre et mime), des génériques de télévision, des indicatifs radio, un sonal d'aéroport. En 1993, il crée Fabriquasons, son studio indépendant.

Son nom reste attaché à quelques premières :

  • Jazzex (1966) première œuvre pour bande enregistrée et instrumentistes de jazz en direct.
  • L'instant mobile (1966) première œuvre du GRM entièrement électronique.
  • Capture Éphémère (1967) première œuvre composée en 4 pistes
  • L'Œil écoute, première utilisation musicale du synthétiseur analogique du GRM
  • Kaléidophone (1978) première utilisation musicale du magnétophone 8 pistes.

Deux œuvres des années 1970 sont à même de résumer sa personnalité créatrice : son De natura sonorum, polyptyque encensé par les amateurs de musique sur support, et l'indicatif de l'aéroport Charles-de-Gaulle, trois secondes de sons électroniques qui s'envolent comme un avion. Diffusé in situ, de 1971 à 2005, ce sonal a sans doute battu tous les records d'audience en musique contemporaine.

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

  • 1961 : Alternance
  • 1964 : Violostries
  • 1966 : Jazzex
  • 1967-1968 : L'Instant mobile, Capture éphémère
  • 1968 : Pop eclectic
  • 1969 : Du pop à l'âne
  • 1970 : Pop secret, L'Œil écoute
  • 1971 : L'Enfer (d'après la Divine Comédie), La Roue Ferris
  • 1972 : Pour en finir avec le pouvoir d'Orphée
  • 1973 : Et aprèsrien du tout
  • 1974 : Chants magnétiques
  • 1975 : De Natura Sonorum
  • 1977 : Dedans-Dehors
  • 1980 : L'Écho du miroir
  • 1984 : La Création du monde
  • 1985-1986 : Exercismes 1 - 2 - 3
  • 1987 : Rouge-mort Thanatos
  • 1991 : Le Présent composé
  • 1992 : Entre-temps
  • 1992 : Plain-temps
  • 1995 : Génériques potentiels
  • 1996 : Sonare
  • 2002 : La mémoire des sons
  • 2004 : Espèces d'espace (d'après Georges Perec)
  • 2013 : De Natura Sonorum (Recollection GRM : réédition en double vinyle aux Editions MEGO)

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 1979 : grand-prix de l'Académie du disque français
  • 1981 : Prix de la SACEM
  • 1990 : Victoires de la musique dans la catégorie « création de musique contemporaine de l’année » pour La création du monde
  • 1991 : Prix magister, concours internationaux de Bourges
  • 1993 : Prix Ars Electronica (en) dans la catégorie « computer music »
  • 2006 : Qwartz Pierre Schaeffer
  • 2008 : Grand Prix de l'Académie Charles Cros pour le coffret de 12 Cd édité par l'INA/GRM

Bibliographie:

  • L'envers d'une œuvre. De Natura Sonorum de Bernard Parmegiani, Philippe Mion, Jean-Jacques Natiez, Jean-Christophe Thomas, INA/GRM/Buchet Chastel, Paris, 1982.
  • Bernard Parmegiani, Portraits Polychromes INA/GRM, Paris, 2011.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Suzana Kubik, « Bernard Parmegiani est mort », France Musique,‎
  2. (en) « Bernard Parmegiani 1927–2013 », The Wire,‎

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :