Robert Cailliau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cailliau.
Robert Cailliau
Robert Cailliau On Desk.jpg
Robert Cailliau assis à côté d'un Macintosh affichant NCSA Mosaic.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Influencé par
Site web
Distinctions

Robert Cailliau, né le à Tongres, est un ingénieur et informaticien belge qui a codéveloppé le World Wide Web avec Sir Tim Berners-Lee.

Biographie[modifier | modifier le code]

Robert Cailliau suit des études d'ingénieur en mécanique des fluides à l'Université de Gand, puis une spécialisation en informatique à l'Université du Michigan[1].

Son service militaire se déroule en tant qu'infirmier à l’Ecole Royale Militaire de Bruxelles avant d'y être programmateur informatique et tester des jeux vidéo de guerre[2].

À partir de 1974, il est embauché au CERN à Genève pour travailler sur le système de contrôle d’un accélérateur de particules. En 1990, il rejoint son collègue Tim Berners-Lee sur un projet de système hypertexte destiné à améliorer le partage des documents au CERN. Contrairement à d'autres personnes contactées par Tim Berners-Lee, il s'enthousiasme immédiatement pour le projet[1]. Il collabore à la seconde version du document décrivant le projet dont le résultat sera le World Wide Web.

Il collabore également au développement et à la promotion des prototypes de logiciel pour le Web créés par Tim Berners-Lee sur NeXTSTEP. En 1992, il commence le développement du premier navigateur Web pour Macintosh, avant que NCSA Mosaic ne prenne le pas. En décembre 1993, il lance les « Web Conferences »[3].

Il est actuellement membre actif de Newropeans pour lequel il publie le une proposition pour une politique européenne de la société de l'information[4].

Décorations[modifier | modifier le code]

Préoccupations[modifier | modifier le code]

Interviewé le , il exprime sa vision du futur. Trois grands sujets l'interpellent : le réchauffement climatique, l'explosion démographique, l'intelligence artificielle. Avec le temps, l'idéalisme de Robert Cailliau s'est transformé en son contraire : le cynisme[5].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Tim Berners-Lee, Mark Fischetti, Weaving the Web: the past, present and future of the World Wide Web by its inventor, Londres, Texere, [détail de l’édition] (ISBN 1-58799-018-0) p. 27-28
  2. Quentin Jardon, « Robert Cailliau, l'oublié du Web - Épisode 1 L'évangélisation * 24h01 », 24h01,‎ (lire en ligne)
  3. (en)International World Wide Web Conferences, sur le site iw3c2.org
  4. (en)European Information Society: Newropeans wants an avant-garde role for the EU, sur le site newropeans-magazine.org
  5. Quentin Jardon, « Robert Cailliau, l'oublié du Web », Le Soir,‎ , p. 19

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]