Reine Mézeray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mézeray.
Reine Mézeray
Cécile et Reine Mézeray, artistes lyriques du grand théâtre de Montpellier.jpg

Cécile et Reine Mézeray, artistes lyriques du grand théâtre de Montpellier, 1871.

Biographie
Nom de naissance
CostardVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
MézerayVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Fratrie
Cécile Mézeray
Caroline Mézeray (d)
Henriette Mézeray (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Tessiture

Reine Mézéray est une soprano française qui s'est produite en France et en Belgique au milieu du XIXe siècle. Soprano dramatique, elle a une voix de « Falcon »[note 1] très belle et très étendue.

Elle est l'une des filles du musicien Louis Charles Lazare Costard de Mézeray, chef d'orchestre du Grand Théâtre de Bordeaux. Ses sœurs Caroline [(d) Voir avec Reasonator], Henriette [(d) Voir avec Reasonator] et Cécile Mézeray étaient aussi des cantatrices professionnelles[1],[2]

Biographie[modifier | modifier le code]

Reine Mézeray tient l'emploi de « Falcon ». Elle chante avec sa sœur Cécile (chanteuse légére) au grand théâtre de Montpellier en 1875, le rôle de Valentine dans Les Huguenots, Le rôle de Léonore dans Le Trouvère , celui de Rachel dans La Juive[3], dans Robert le diable, dans le Bal masqué[4]. Elle chante à Vichy, dans le rôle de Valentine en 1976, à Nantes.

Fin 1876, elle intègre la troupe du théâtre royal d'Anvers comme « forte chanteuse »[note 2],[5] où elle chante dans Robert le diable, le rôle d’Hélène dans Jérusalem, Mignon dans l'opéra éponyme, Gilda dans Rigoletto, le rôle titre dans Carmen en 1877, dans La Juive en 1881.

En 1878, elle fait ses débuts au Grand-Théâtre de Lyon, où elle crée le rôle principal dans Étienne Marcel de Saint-Saëns en 1879. Elle chante Guillaume Tell et La Juive à Angers en 1880 et L'Africaine à Lyon en 1881.

Elle est engagé à Dijon en 1883[6], puis au Lyrique-Populaire[note 3],[7] fin 1883 et débute par le rôle de Léonore, du Trouvère[8] et de nouveau Carmen et aussi Léonore dans La Favorite au théâtre royal d'Anvers en 1886[9]

Création[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Références et notes[modifier | modifier le code]

Notes
  1. On dit d’une cantatrice possédant une voix de soprano dramatique qu’elle chante : « Falcon ».
  2. Cantatrice dramatique dans les troupes théâtrales et surtout dans les théâtres de province.
  3. « Opéra-Populaire », théâtre lyrique populaire (Théâtre du Château-d'eau, 50, rue de Malte), dirigé par Georges de Lagrené, de 1883 à 1885
Références
  1. Fétis F-J. Biographie universelle des musiciens, supplement, vol. 1, pp. 254–255. Paris, 1878.
  2. Édouard Féret, « Louis-Charles Costard de Mézeray », Statistique générale, topographique, scientifique, administrative, industrielle, commerciale, agricole, historique, archéologique et biographique du département de la Gironde., vol. 3, no 1,‎ 1878-1889, p. 450 (lire en ligne).
  3. « La Comédie » 18 juillet 1875 disponible sur Gallica
  4. « La Comédie » 18 aout1875 disponible sur Gallica
  5. « Le Monde artiste » 21 octobre 1876 disponible sur Gallica
  6. « Officiel-artiste » 1er avril 1883 disponible sur Gallica
  7. « Officiel-artiste » 11 novembre 1883 disponible sur Gallica
  8. « Courrier des theatres », Le Figaro,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  9. Gersdorff, Arthur, L'historique complet du Théâtre royal d'Anvers, 1834-1913, Anvers De Vos & van der Groen, (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]