Reconnaissance internationale du Conseil national syrien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La reconnaissance internationale du Conseil national syrien (CNS)[1] est minimale puisque le conseil n'est actuellement reconnu que par 7 membres de l'ONU et l'Union européenne comme représentant légitime du peuple syrien au milieu de la guerre civile syrienne, dont trois des cinq membres permanents du Conseil de sécurité. Seule la Libye reconnaît le CNS comme le gouvernement légitime de la Syrie.

Position et reconnaissance internationales[modifier | modifier le code]

Le Conseil national syrien a demandé à être reconnu au sein de la communauté internationale, mais il ne veut pas non plus être considéré comme un gouvernement en exil[2].

Au , le Conseil national syrien est reconnu ou soutenu officiellement par 12 États membres de l'ONU, dont trois des membres permanents du Conseil de Sécurité : la France[3], les États-Unis[4], le Royaume-Uni[5], l'Espagne, la Bulgarie, la Tunisie, mais aussi le Conseil national de transition libyen[6]. La Belgique, le Canada, l'Allemagne, l'Italie, les Pays-Bas et la Turquie ne reconnaissent pas encore le CNS comme étant au moins un interlocuteur légitime, bien que le Conseil ait reçu le soutien du Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdoğan[7]. Les ministres des Affaires étrangères du Portugal, de la Russie et de la Norvège ont rencontré des représentants du CNS, mais ne l'ont pas encore reconnu ou soutenu officiellement à quelque titre que ce soit, ni n'ont rejeté le gouvernement Assad.

Le , les Amis de la Syrie reconnaissent le CNS comme « représentant légitime » des Syriens[8].

Carte des États qui ont / n'ont pas reconnu le Conseil national syrien
  •      Syrie.
  •      États qui ont reconnu diplomatiquement le CNS comme le seul gouvernement légitime de Syrie.
  •      États qui ont apporté un soutien/une reconnaissance officielle du CNS comme interlocuteur légitime.
  •      États qui ont apporté un soutien non officiel au CNS en tant qu'interlocuteur.
  •      États ayant des relations informelles avec le CNS
  •      États qui n'ont pas encore apporté leur soutien au CNS.

États membres de l'ONU[modifier | modifier le code]

Rang Entité Date/Statut de la reconnaissance Notes
1 Drapeau de la Libye Libye[6] Reconnu le 19 octobre 2011
(comme autorité légitime)
« Le Conseil national de transition a décidé, après une réunion aujourd'hui, de reconnaître le Conseil national syrien comme le seul gouvernement légitime de la Syrie » a déclaré un membre du CNT libyen Mussa al-Koni le 10 octobre 2011[9]. Koni also announced the closure of the Syrian Embassy in Tripoli[6]. On 19 October, the NTC formally announced its recognition of the SNC as Syria's "legitimate authority"[9]. The NTC promised the representatives of SNC to hand them over the embassy of Syria in Tripoli[10].

The Libyan NTC also announced that it had been in talks with the Syrian National Council and was considering supplying weapons and volunteer fighters of the Armée de libération nationale to the Free Syrian Army[11].

2 Drapeau de la France France[3] Reconnu le 23 novembre 2011 (*21 novembre 2011 dans la version anglaise*)
(comme interlocuteur légitime)
Reconnu le 24 février 2012
(comme représentant légal)
Alain Juppé annonce le (*21 novembre dans la version anglaise*) que le Conseil national syrien est « l'interlocuteur légitime » et qu'une reconnaissance formelle de l'organisation arriverait plus tard[12],[13]. La France reconnait le SNC comme représentant légal du peuple syrien le 24 février 2012.
3 Drapeau de l'Espagne Espagne[14],[15] Reconnu le 23 novembre 2011
(as representative of Syrian people)
La ministre des affaires étrangères Trinidad Jiménez a confirmé que le gouvernement espagnol tiendra compte du Conseil national syrien pour discuter des enjeux qui concernent la Syrie. De plus, les discussions avec le régime syrien sont fermées. Trinidad Jiménez a ajouté « L'Espagne soutient le Conseil national syrien comme principal interlocuteur du peuple syrien qui est en quête de liberté et de démocratie. »
4 Drapeau des États-Unis États-Unis[16] Reconnu le 5 décembre 2011
(comme représentant légitime)
Le secrétaire d’État américain, Hillary Clinton, a considéré le Conseil national syrien comme « le représentant légitime et principal des Syriens qui souhaitent une transition démocratique pacifique » et que les États-Unis « s'engageaient à aider cette transition » [17]
5 Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni[18] Reconnu le 24 février 2012
(Comme représentant légitime)
Le ministre aux Affaire moyen-orientales, Alistair Burt, a rencontré des membres du CNS à Paris le 12 octobre 2011. Burt a déclaré que « L'instauration du Conseil national syrien est un pas en avant pour le rassemblement d'un large éventail de représentants de l'opposition syrienne. »[19] Le mois suivant, le ministre des Affaires étrangères, William Hague a rencontré des représentants du CNS et du Comité de coordination nationale le 21 novembre. Hague a déclaré au sujet de la rencontre : « Nous continuerons nos contacts avec l'opposition syrienne. J'ai chargé un haut fonctionnaire de mener notre correspondance et notre coordination... Le message adressé au régime est que le reste du monde parle à l'opposition syrienne, que nous envisageons un avenir différent pour la Syrie, pour que le peuple syrien décide par lui-même ce que nous pensons que tant de Syriens veulent, c'est-à-dire un avenir libre et démocratique pour le peuple syrien. Et je pense que le régime d'Assad se rendra compte que de plus en plus de gouvernements à travers le monde sont prêts à travailler avec l'opposition, à élever le niveau de leur contact avec elle comme nous l'avons fait aujourd'hui afin de mettre la pression sur ce régime et son comportement totalement inacceptable. » Après une rencontre avec les Amis de la Syrie à Tunis, William Hague a dit que le Royaume-Uni reconnaîtrait le Conseil national syrien comme représentant légitime du peuple syrien[20]
6 Drapeau de l'Égypte Égypte[21] Reconnu le 24 février 2012
(Comme groupe d'opposition)
Le 24 février 2012, à la suite de l'inauguration du meeting Groupe des Amis de la Syrie à Tunis, le ministre des Affaires étrangères égyptien Mohamed Kamel Amr révèle que le gouvernement reconnaît tous les groupes d'opposition syrien.
7 Drapeau de l'Albanie Albanie[22] Recognised on 1 April 2012
(as representative of Syrian people)
During a meeting with the new ambassador of Qatar in Albania the Prime Minister of Albania, Sali Berisha said "The government of Albania is following with concern the events in Syria where the regime of Bashar al-Assad is using its power as a permit to kill the innocent civilians and the Syrian people."[23] The Ministry of Foreign Affairs of Albania on 18 February 2012 strongly condemns the violence already spread throughout Syria, as well as increasing the number of victims caused by the regime of Bashar Al Assad on the innocent population of his country[24]. The Ministry of Foreign Affairs supports the conclusions of the meeting of the Foreign Ministers of the European Union, held on 27 February in Brussels, on developments in Syria, as well as the additional sanctions that the European Union has adapted against the Assad regime, sanctions that aim to paralyze the apparatus and finances of the repressive machine against the Syrian people. The Albanian Foreign Ministry expresses sympathy and support for the progressive forces, which have embraced the aspiration to transform Syria into a democratic, open and pluralistic state, which respects the rights of all communities living in this country. By coordinating its contributions to those of the international community, the Republic of Albania joins the Friends of Syria Group, believing that this is the secure way to help the Syrian people[25]. During the meeting on 1 April 2012 Friends of Syria in Istanbul the Minister of foreign Affairs of the Republic of Albania, Edmond Haxhinasto too spoke in the meeting, emphasizing that the issue of human rights is not an internal affair belonging to the states, but a responsibility of all the international community. He expressed the need to intensify the pressure against the current regime of Damascus not just politically, but also through a concentrated action of all international mechanisms. Haxhinasto stressed the position of the Albanian Government to support the efforts of the UN, the EU, the Arab League and other international bodies in putting an end to the violence towards the civilian population from the Damascus regime, and establishing the conditions for a democratic process. He praised the Mission of the UN Special Envoy, Mr. Kofi Annan and his plan to stop the bloodshed and violence, achieve national reconciliation and establish a democratic government in Syria. In conclusion, Minister Haxhinasto underlined the support of the Albanian Government for the Syrian democratic opposition represented by the Syrian National Council, as well as its war for freedom, human dignity and progress[22].
8 Drapeau de la Turquie Turquie[7] Rejection of Assad government[7]
Formal relations from 14 December[26]
Verbal Support
On 15 November 2011, Recep Tayyip Erdoğan, the Prime Minister of Turkey, has expressed his support for the Syrian National Council, saying that "Turkey had lost confidence in the leadership of Bachar el-Assad," and that "the Syrian leader will pay the price sooner or later"[7]. On 14 December 2011, SNC opened its first office in Istanbul[26].
9 Drapeau de la Tunisie Tunisie Verbal recognition by strongest political party on 2 November[27]
Rejection of Assad government[27]
Informal relations
Verbal support & statement of future recognition
Rached Ghannouchi, president of Ennahdha, Tunisia's largest party stated on 2 November that SNC is the legitimate representative of Syria, at the same time he closed Syrian embassy in Tunis and ousted Syrian ambassador[27]. On 16 December, SNC hold three-day congress (its first international congress) in Tunis where Tunisia's newly-elected president, Moncef Marzouki, participated in the talks and had a press conference with SNC's president Burhan Ghalioun[28],[29]. On 19 December Burhan Ghalioun announced that the new Tunisian government will officially recognise the Council[30]. Tunisia expelled the Syrian embassador and withdrew its recognization of Bashar Assdad's government on February 4, 2012[31].
10 Drapeau de l'Italie Italie Informal relations[32],[33]
Verbal support
Rejection of Assad government
On 25 November Italian Foreign Minister, Giulio Terzi di Sant'Agata reiterated Italy's support to "organised opposition" in the shape of SNC[32]. On 11 December, Terzi met SNC's president Burhan Ghalioun and said Italy would intensify its contacts with SNC which grouped "an important segment" of the Syrian opposition.
11 Drapeau de la Bulgarie Bulgarie[34] Verbal support
Rejection of Assad government
Informal relations
Bulgarian Foreign Minister Nikolaï Mladenov announced that the Syrian National Council "is an important partner in dialogue on the future of Syria".
12 Drapeau du Canada Canada[35] Rejection of Assad government
Informal relations
Discussions on future assistance
Foreign Minister John Baird, in a 16 December speech in the House of Commons stated, ""Assad will fall. The government will fall. It's only a matter of time". Later that day, Baird met with a Syrian National Council delegation led by Council President Burhan Ghalioun. The council expressed its gratitude for Canada's assistance to the SNC, including international lobbying for new UN Security Council resolutions and its rejection of the Assad government. Discussions were held on Canada's participation in humanitarian assistance during a transitional period and in the rebuilding of a post-Assad Syria[36].
13 Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Verbal support
Rejection of Assad government
Informal relations
Minister of Foreign Affairs Uri Rosenthal met with Burhan Ghalioun, the leader of the Syrian National Council on 17 January 2012. Rosenthal has pledged to continue to increase pressure on the Assad government, specifically by promoting EU sanctions and UN Security Council resolutions toward this end. Rosenthal further stated, "It’s time for this to stop: Assad must step down and make way for a democratic Syria."[37] He went on to praise the courage of the Syrian demonstrators and the SNC's role in "representing Syrian issues at an international level."[38]
14 Drapeau de l'Allemagne Allemagne Verbal support
Rejection of Assad government
discussions on future assistance
Informal relations
In a 6 August 2011 interview, Foreign Minister Guido Westerwelle remarked that "I don't believe that Assad has a political future ahead of him which is supported by the Syrian people". The German foreign ministry is reportedly in talks with the Syrian opposition[39]. In November 2011, a Syrian National Council delegation met with Westerwelle and other high level foreign policy decision makers to brief them on developments in Syria. Westerwelle said "we cannot remain quiet to the human rights violations in Syria.” He then lauded the efforts of the National Council and discussed future cooperation with the SNC regarding the transition phase to democracy[40].
15 Drapeau de la Belgique Belgique[41] Verbal support
Informal relations
A group of Belgian Foreign Ministry officials, headed by Foreign Minister Didier Reynders met with a delegation of the Syrian National Council on 5 January 2012. At the meeting, Reynders informed the delegates that he would to refer the SNC requests for the establishment of a European assistance fund for the Syrian people to the European Union, and would work to "support the SNC's goals until they become a reality on the ground."
16 Drapeau du Portugal Portugal[42] Informal relations A Syrian National Council delegation, headed by Burhan Ghalioun, met on 3 January 2012 with Foreign Minister Paulo Portas in Lisbon. After a briefing on the current situation in Syria, Portas was requested by the delegation to formally reject the Assad regime, and to use Portugal's influence with Brazil to get the South American country to do the same.
17 Drapeau de la Norvège Norvège[43] Informal relations A Syrian National Council delegation visited Oslo and met with foreign ministry officials, along with political, and humanitarian groups to promote its cause from 9–11 December 2011. The council delegation met with the foreign minister, whom had a reaction to their requests that the delegation reported as "generally positive."
18 Drapeau de la Russie Russie[44] Informal relations The Syrian National Council sent a delegation to Moscow to meet with Foreign Minister Sergey Lavrov on 15 November 2011 in response to an official invitation. While in Moscow, the council met with high level Russian government officials, notably the Deputy Foreign Minister of Russia, Mikhail Bogdanov (en) ; and the Vice Chairman of the Russian Federation, Ilyas Umakhanov.
19 Drapeau de la Suède Suède[45] Verbal support
Informal relations
Asked about recognising SNC, Swedish Foreign Minister Carl Bildt commented: "We are talking to them, as we are talking to a lot of other people who have the ability to influence events in Syria. We will be discussing that further today."
20 Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite Informal relations
Verbal support
On 22 January 2012, A SNC delegation met with Saudi Foreign Minister Prince Saud Al-Faisal, who pledged "Saudi Arabia's support and commitment to stand by the Syrian people and to help alleviate their suffering in this crisis."[46] In a 27 January 2012 interview with the Kuwaiti Al-Rai newspaper, SNC Executive Council member Ahmad Ramadan reported that Prince Saud al-Faisal met a SNC delegation in Cairo the week previously. Saud informed them that Saudi Arabia will recognise the SNC as the "official representative of the Syrian people", at a yet unspecified date[47]. The UK newspaper, The Times reported that Qatar and Saudi Arabia are to begin funding the Syrian National Council and other armed groups fighting the Assad regime[48].
21 Drapeau du Qatar Qatar[48] Rejection of Assad government The UK newspaper, The Times reported that Qatar and Saudi Arabia are to begin funding the Syrian National Council and other armed groups fighting the Assad regime. Prime Minister and foreign minister Hamad ben Jassim Al Thani visited the United Nations to formally present UN Security Council Ambassadors with a plan for Assad to step down and reliquish power to his Vice-President in lieu of a transitional unity government. Speaking at a 10 March 2010 Arab ministerial meeting, Hamad advised the opposition to unify in order to "merge into one voice that expresses the aspirations of their people so that they can face the tyranny of the regime." Additionally, he called for recognition of the SNC as the legitimate representative of the Syrian people in his opening remarks[49].
22 Drapeau de l'Australie Australie Informal relations
Rejection of Assad government
On 20 January 2012, Foreign Minister Kevin Rudd publicly rejected the Assad regime in a joint press conference with French foreign Minister Alan Juppe. "Our view in Australia is that Assad must go."[50] On 24 January, Rudd met with UK foreign minister William Hague, and announced that he had met with Burhan Ghalioun, the President of the SNC, in the previous week[51].
23 Drapeau de l'Autriche Autriche[52] Informal relations
Rejection of Assad government
Vice Chancellor and Foreign Affairs Minister Michael Spindelegger met with SNC President Burhan Ghalioun on 9 December 2011. In a statement regarding the meeting, Spindelegger stated, "A regime that cracks down against its own people with inhumane violence has lost all its legitimacy. With his recent statements, President Assad has proven again that he is either a ruthless cynic or that he lives in a grotesque world of illusion. He must step down immediately, to finally allow for a peaceful transition to a new leadership“.
24 Drapeau de la République populaire de Chine Chine[53] Informal relations A high-level SNC delegation visited Beijing on 10 May 2012 and met with the Foreign Minister Yang Jiechi, the Deputy Foreign Minister, and the Director of External Communication for the Central Committee of the Chinese Communist Party. According to the SNC, Yang promised to "look into" issuing a permit for the SNC to open an official office in China.
25 Drapeau du Japon Japon[54] Informal relations On 11 May 2012, a SNC Delegation visited the Japanese Ministry of Foreign Affairs and SNC President Burhan Ghalioun held discussions with Foreign Mninister Koichiro Gemba. Later, Ghalioun met with Parliamentary Senior Vice-Minister for Foreign Affairs Ryuji Yamane (en) and former UN Under Secretary General Yasushi Akashi (en).

États non membres de l'ONU[modifier | modifier le code]

  • Drapeau du Kosovo Kosovo : Le 23 août 2011, le ministre des Affaires étrangères de la République du Kosovo déclare que le gouvernement et le peuple kosovars soutiennent « les efforts du peuple syrien alors qu'il lutte pour la liberté et la démocratie ». Il ajoute : « La République du Kosovo rejoint tous les pays démocratiques pour s'opposer à la violence et la répression contre les manifestants syriens. En ordonnant la répression de son propre peuple par des actes violents qui ont entraîné de nombreux morts, le président Assad a perdu le droit de gouverner le pays. Les Syriens ont le droit de mener leurs vies librement, en s'exprimant librement, et avec la garantie que les droits de l'homme seront respectés par le gouvernement. Le gouvernement de la République du Kosovo appelle à la fin de la violence contre les manifestants pacifiques en Syrie et soutient pleinement l'engagement des nations démocratiques à offrir un soutien au peuple syrien pour surmonter cette situation et réaliser ses aspirations à la liberté et à la démocratie »[55].

Régions autonomes[modifier | modifier le code]

Organisations internationales[modifier | modifier le code]

  • Drapeau de l’Union européenne Union européenne : le 10 octobre 2011, l'UE a officiellement annoncé son soutien au CNS et « salué leurs initiatives », mais sans reconnaissance[57]. Plus tard, lors d'une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE le 27 février 2012 à Bruxelles, l'UE a officiellement reconnu le Conseil national syrien comme « représentant légitime des Syriens recherchant un changement démocratique pacifique » en plus de l'annonce de nouvelles sanctions contre le gouvernement Assad[58]. Le CNS a salué l'initiative dans un communiqué de presse le 28 février 2012[59]. Le 2 mars 2012, l'UE reconnut officiellement le Conseil national syrien comme représentant légitime du peuple syrien.
  • Ligue arabe : Le 12 février, une résolution de la Ligue arabe appelant à « ouvrir les canaux de communication avec l'opposition syrienne et à lui fournir toute forme de soutien politique et matériel » fut adoptée[60].
  • International Union of Muslim Scholars (en) : le 15 octobre 2011, Youssef al-Qaradâwî, président de l'IUMS, reconnut le CNS comme le seul représentant de la Syrie[61].

Partis politiques[modifier | modifier le code]

  • Drapeau de l'Algérie Algérie : le 14 novembre 2011, Abbassi Madani, président du Front islamique du salut en Algérie reconnaît le CNS comme le seul représentant de la Syrie[62].
  • Drapeau de Bahreïn Bahreïn : le 7 mars 2012, le Conseil des Représentants de Bahreïn vote pour demander au gouvernement de reconnaître le Conseil national syrien comme représentant du peuple syrien[63].
  • Drapeau de l'Égypte Égypte : le 11 octobre 2011, l'Alliance démocratique pour l'Égypte (en) (le plus grand bloc politique) a affirmé son soutien au Conseil en tant que représentant légitime du peuple syrien[64].
  • Drapeau de la Jordanie Jordanie : le 15 novembre 2011, le Front islamique d'action, branche politique des Frères musulmans en Jordanie, reconnaît le CNS[65].
  • Drapeau du Koweït Koweït: le 28 octobre 2011, l'Assemblée nationale du Koweït demande au gouvernement koweïtien de reconnaître le CNS comme le seul représentant légitime du peuple syrien[66],[67]. Le 6 décembre 2011, l'émir du Koweït Al-Sabah dissout l'assemblée[68]. Cependant le 29 février 2012, le parlement suivant vote à 44 voix contre 5 (dont le vote favorable de tous les membres du gouvernement) d'approuver une nouvelle résolution non contraignante pour demander que le gouvernement reconnaisse le SNC[69].
  • Drapeau du Liban Liban : L'opposition de l'Alliance du 14-Mars "has praised" la « Lettre ouverte au peuple libanais » du Conseil national syrien du 26 janvier 2012. « Le Secrétariat général considère la déclaration du CNS comme un signe d'espoir et un pas courageux qui ouvre une nouvelle page dans les relations libano-syriennes sur la base de la souveraineté et de l'indépendance des deux pays… March 14 looks forward to further communication with the SNC. »[70] En outre, les deux plus grands partis organisés formant la coalition ont exprimé des réactions positives au communiqué du CNS :
    • Courant du futur : le plus important parti d'opposition du Liban réagit positivement aux propositions du CNS de revoir tous les actuels accords libano-syriens et la démarcation de la frontière entre les deux pays une fois au pouvoir. « La décision courageuse du Conseil ouvrira la voie à un nouveau chapitre des relations entre le Liban et la Syrie. Ces liens vont refléter correctement la relation fraternelle entre les deux pays. Le mouvement exprime son soutien complet aux choix du peuple syrien dans sa quête de liberté et de démocratie »[71].
    • Forces libanaises: le président du parti, Samir Geagea, observe que « la déclaration du CNS est une nouvelle passerelle pour corriger les liens entre le Liban et la Syrie. Ce qui est plus important est que les dispositions annoncées soient mises en œuvre. » Geagea a poursuivi en critiquant la façon dont le gouvernement libanais manipule le soulèvement syrien, notant en particulier que le ministre des Affaires étrangères Adnan Mansour « n'applique pas la politique de dissociation entre le Liban et la crise syrienne. Comment le gouvernement peut-il répondre à la politique de dissociation avec les plaidoyers de Mansour qui défendent le régime syrien lors de la réunion de la Ligue arabe sur la crise syrienne ? ». Il appelle le gouvernement à « prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger les civils » de violations des droits par les autorités de sécurité syriennes et a demandé au gouvernement de « demander au gouvernement syrien de s'excuser et de mettre un terme aux violations le long de la frontière, faute de quoi [il] recourirrait au Conseil de sécurité des Nations unies »[72]
  • Drapeau du Pakistan Pakistan: le 19 octobre 2011, Jamaat-e-Islami reconnaît le CNS et demande au gouvernement pakistanais et aux pays islamiques de faire de même[73].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. CNN Wire Staff, « Syrian activists form a 'national council' », CNN,‎ (consulté le 24 août 2011)
  2. « Syrian council wants recognition as voice of opposition », Reuters,‎ (consulté le 19 novembre 2011)
  3. a et b (en) Andrew Rettman, « France recognises Syrian council, proposes military intervention », EUObserwer,‎ (consulté le 24 novembre 2011)
  4. « Clinton to Syrian opposition: Ousting al-Assad is only first step in transition », CNN,‎
  5. « UK boosts Syria opposition ties, William Hague reveals », BBC,‎
  6. a, b et c « Libya NTC says recognises Syrian National Council », Khaleej Times,‎ (consulté le 10 octobre 2011)
  7. a, b, c et d Greg Jaffe, « Turkish PM: Lost Confidence in Syrian Leadership », Voice of America,‎
  8. CNS, représentant légitime des Syriens, Le Figaro, 1er avril 2012.
  9. a et b Greg Jaffe, « New Libyan government recognizes Syrian opposition council », The Washington Post,‎ (consulté le 24 octobre 2011)
  10. (en) İpek Yezdani, « Syria dissidents secure Libya embassy promise », Hürriyet Daily News,‎ (consulté le 23 octobre 2011)
  11. http://www.smh.com.au/world/libya-to-arm-rebels-in-syria-20111126-1o088.html%7Cname = Libya to arm syrian rebels| accessdate = November 27, 2011| date = 27 novembre 2011| agency = Sydney Morning Herald
  12. Le Figaro - 23 novembre 2011
  13. « Le conseil national syrien est « légitime » aux yeux de Juppé », L'Express,‎ (lire en ligne)
  14. (en) « Spain considered Syrian National Council, representative for the dialogue with the Syrian people », LCC Syria,‎ (consulté le 28 novembre 2011)
  15. (en) « Spain Considers the SNC the Representative of the Syrian People », Syrian National Council,‎ (consulté le 28 novembre 2011)
  16. « Clinton to Syrian opposition: Ousting al-Assad is only first step in transition », CNN,‎
  17. Karen DeYoung, « Clinton meets with Syria opposition », Washington Post,‎
  18. (en) « UK Recognizes Syrian Opposition », International Business Times,‎
  19. (en) « Foreign Office Minister meets Syrian National Council members », UK Foreign and Commonwealth Office,‎ (consulté le 23 janvier 2012)
  20. (en) « Foreign Secretary meets Syrian opposition », UK Foreign and Commonwealth Office,‎ (consulté le 23 janvier 2012)
  21. (en) « Egypt: Foreign Minister - Country Directly Concerned About Syria », allAfrica.com,‎ (consulté le 7 mars 2012)
  22. a et b Minister Haxhinasto participates in the meeting of the “Friends of the Syrian People” Group,Ministry of Foreign Affairs of the Republic of Albania, 2012-04-01
  23. PM Berisha receives new ambassador of State of Qatar Yossef Bin Hassan Bin Yousef Al Saai, Council of Ministers of the Republic of Albania, 2012-02-14
  24. Statement of Ministry of Foreign Affairs for approval of the Resolution for Syria in the General Assembly of UN, Ministry of Foreign Affairs of the Republic of Albania, 2012-02-18
  25. Albania joins the International Group of “Friends of Syria”, Ministry of Foreign Affairs of the Republic of Albania, 2012-02-28
  26. a et b (en) « Syria's opposition opens office in Turkey », Al Jazeera,‎ (consulté le 21 décembre 2011)
  27. a, b et c (en) « تونس تؤيد المجلس الوطني السوري باعتباره ممثلا شرعيا », RT News,‎ (consulté le 21 décembre 2011)
  28. (en) « Moncef Marzouki appelle à l'attachement au caractère pacifique de la révolution syrienne » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Agence Tunis Afrique Presse, 16 décembre 2011, consulté le 2011-12-21
  29. (en) « Syrian National Council Holds First Congress in Tunis », Tunisia Live,‎ (consulté le 21 décembre 2011)
  30. (en) « Tunisian Government to Recognize Syrian Political Opposition », Tunisia Live,‎ (consulté le 21 décembre 2011)
  31. (en) « Tunisia expels Syrian ambassador over 'bloody massacre' », Haaretz,‎ (consulté le 4 février 2011)
  32. a et b (en) « Syria: Terzi, Italy support for organised opposition », ansamed.info,‎
  33. (en) « Italy seeks tougher sanctions against Syrian regime – FM », Kuwait News Agency,‎
  34. (en) « UN Human Rights Council strongly condemns abuses by Syrian authorities », Sofia Echo,‎ (consulté le 28 novembre 2011)
  35. « Canada imposing further sanctions on Syria », Canadian Broadcasting Company,‎ (consulté le 21 janvier 2012)
  36. (en) « SNC Delegation Meets Canada's Minister of Foreign Affairs » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Syrian National Council, 20 décembre 2011, consulté le 2012-01-21
  37. (en) « Rosenthal meets with Syrian opposition leader », Netherlands Ministry of Foreign Affairs,‎ (consulté le 28 novembre 2011)
  38. (en) « The Netherlands Confirms to the SNC that it will Maintain Pressure on the Syrian Regime » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Syrian National Council, 17 janvier 2012, consulté le 2012-01-21
  39. (en) « Syria Aug 6, 2011 -16:18 », Al Jazeera,‎ (consulté le 23 janvier 2012)
  40. (en) « The Syrian National Council meets with the foreign ministers of Germany and Russia » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Syrian National Council, 15 novembre 2011, consulté le 2012-01-23
  41. (en) « SNC delegation visits Belgium » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Syrian National Council, 7 janvier 2012, consulté le 2012-01-21
  42. (en) « SNC Meets with the Foreign Minister of Portugal » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Syrian National Council, 5 janvier 2012, consulté le 2012-01-21
  43. (en) « SNC Delegation Meets Norwegian Foreign Ministry » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Syrian National Council, 8 décembre 2011, consulté le 2012-01-21
  44. (en) « SNC Delegation Meets with the foreign ministers of Germany and Russia » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Syrian National Council, 15 novembre 2011, consulté le 2012-01-23
  45. (en) « European Union hails Syria opposition group », Telegraph,‎ (consulté le 28 janvier 2012)
  46. (en) « SNC Delegation Meets with Saudi Foreign Minister » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Syrian National Council, 23 janvier 2012, consulté le 2012-01-24
  47. (en) « Saudi to recognise Syrian National Council », Khaleej Times Online,‎ (consulté le 27 janvier 2012)
  48. a et b (en) « Saudi Arabia to recognize, fund Syrian National Council; Russia rejects Syria resolution », Al-akhbar,‎ (consulté le 28 janvier 2011)
  49. (en) « UPDATE 1-Qatar calls for recognising Syrian opposition », Reuters Africa,‎ (consulté le 12 mars 2011)
  50. (en) « Rudd says Syria's Assad must go », The Australian,‎ (consulté le 27 janvier 2012)
  51. (en) « Transcript of joint Australia-UK Ministerial Meeting (AUKMIN) press conference », The Hon. Kevin Rudd, Australian Minister of Foreign Affairs,‎ (consulté le 27 janvier 2012)
  52. (en) « Spindelegger: Consensus and commitment to democracy are keys to success for the Syrian opposition », Austrian Foreign Ministry,‎ (consulté le 24 janvier 2012)
  53. (en) « SNC Delegation Visits China » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Syrian National Council, 10 mai 2011, consulté le 2012-09-02
  54. (en) « SNC Delegation Visits Japan » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Syrian National Council, 11 mai 2012, consulté le 2012-09-02
  55. (en)Ministry of Foreign Affairs condemns the violence in Syria, Ministry of Foreign Affairs of the Republic of Kosovo, 23 août 2011
  56. Syrian National Council, « SNC Delegation Visits the Kurdistan Region in Iraq » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 16 janvier 2012, consulté le 22 janvier 2012
  57. « سورية: ترحيب اوروبي بتشكيل المجلس الوطني لكن لا اعتراف », BBC,‎ (consulté le 22 décembre 2011)
  58. thejournal.ie, « EU ministers recognise Syrian National Council as legitimate representatives »,‎ (consulté le 29 février 2012)
  59. Syrian National Council, « SNC Welcomes EU’s Recognition of the SNC » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 28 février 2012, consulté le 29 février 2012
  60. « Arab League backs Syria opposition, calls for peacekeepers », Reuters,‎
  61. « "علماء المسلمين" يعترف بالمجلس الوطني السوري », ONISLAM,‎ (consulté le 22 décembre 2011)
  62. « الجبهة الاسلامية للإنقاذ تعلن رسميا اعترافها بالمجلس الوطني الانتقالي السوري نقيض الموقف المخزي للسلطة الجزائرية », sur OUJDA City,‎ (consulté le 22 décembre 2011)
  63. « Bahrain's parliament pushes for Syrian National Council recognition », Gulf News,‎ (consulté le 7 mars 2012)
  64. « Egypt’s largest political bloc recognizes Syria’s opposition council », Al Arabiya,‎ (consulté le 12 octobre 2011)
  65. « "العمل الاسلامي" يطالب بدعم الشعب السوري ويدين اقتحام السفارة الاردنية بدمشق », Jabha,‎ (consulté le 22 décembre 2011)
  66. « اعتراف النواب الكويتيون بالمجلس الوطني الانتقالي 28 10 2011 », Youtube,‎ (consulté le 22 décembre 2011)
  67. « نواب في مجلس الأمة يريدون الاعتراف بمجلس اسطنبول وسوريون يطلبون من دولة الكويت تربية "أطفال السياسة" », Al Watan,‎ (consulté le 22 décembre 2011)
  68. « Kuwait's emir dissolves parliament », CNN,‎ (consulté le 22 décembre 2011)
  69. « Kuwaiti MPs vote to recognize Syrian council », Al Arabiya News Channel,‎ (consulté le 7 mars 2012)
  70. « March 14 commends SNC statement on Syrian-Lebanese ties », NOW Lebanon,‎ (consulté le 29 janvier 2012)
  71. « Mustaqbal: Syrian National Council’s Letter to Lebanese Paves Way for New Phase of Ties », Naharnet,‎ (consulté le 27 janvier 2012)
  72. « Geagea commends SNC statement on ties with Lebanon », Said Online,‎ (consulté le 27 janvier 2012)
  73. « الجماعة الإسلامية الباكستانية تعترف بالمجلس الوطني السوري وتدعو باكستان وحكومات العالم الإسلامي للاعتراف به. », AL Mokhtsar,‎ (consulté le 22 décembre 2011)