République soviétique socialiste du Khorezm

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
République soviétique socialiste du Khorezm
(uz) خارزم شورا سوسیالیست جمهوریاتی
(ru) Хорезмская Социалистическая Советская Республика

 – 
(11 mois et 27 jours)

Drapeau
Drapeau
Blason
Armoiries
Devise en Ouzbek : بوتون دونیو پرولهتارلاری، بیرلاسهینگیز! (« Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! »)
Description de l'image Soviet Union - Khorezm PSR (1922).svg.
Informations générales
Statut République socialiste soviétique
Capitale Khiva
Langue(s) Ouzbek et russe
Monnaie Rouble du Khorezm (ru)
Tanga du Khorezm (en)
Sovznak (en)
Rouble soviétique
Fuseau horaire UTC +5
Démographie
Population > 800 000 hab.
Densité ≃ 13 hab./km2
Gentilé Khorezmien, Khorezmienne
Superficie
Superficie 62 200 km2
Président du Présidium du Comité exécutif central
(1er) 30 septembre 1923 – 26 mars 1924 Karim Safaroghli
26 mars – 17 septembre 1924 Sulton-Kari Dzhumaniyazov
(Der) 17 septembre – 27 octobre 1924 Nedirbay Aytakov (en)

La République soviétique socialiste du Khorezm (en abrégé RSS du Khorezm ou RSSK ; en ouzbek : خارزم شورا سوسیالیست جمهوریاتی, Xorazm Sho'ro Sotsialistik Jumhuriyati ; en russe : Хорезмская Социалистическая Советская Республика, Khorezmskaïa Sotsialistitcheskaia Sovietskaïa Respoublika, XССР) est l'État successeur[réf. nécessaire] de la République soviétique populaire du Khorezm (RSPK). Sa capitale était la ville de Khiva. Le nom de la république vient de l'ancienne région historique et géographique du Khorezm. Les plus grandes villes en dehors de la capitale étaient Daşoguz, Ourguentch, Kounia-Ourguentch, To‘rtko‘l, Noukous et Xoʻjayli.

Géographie[modifier | modifier le code]

Elle était bordée au nord par la mer d'Aral, au sud et à l'ouest par la région transcaspienne de la RSSA du Turkestan, à l'est par la région de Syr Darya de la RSSA du Turkestan et au sud-est par la RSP de Boukhara (rebaptisée RSS de Boukhara, le ). La RSSA du Turkestan faisait partie de la RSFSR.

Structure gouvernementale[modifier | modifier le code]

La RSP du Khorezm a été transformé en RSS du Khorezm lors du 4ème congrès des Soviets du Khorezm le . Le même jour, la Constitution de la République a été adoptée et il a été annoncé que la RSS du Khorezm ferait partie de l’URSS en tant que République de l’Union. Exactement un an plus tard, fin , l’Union soviétique a commencé la délimitation des frontières en Asie centrale, et le la RSS du Khorezm a été abolie, et son territoire divisé entre des républiques nouvellement formées sur la base de la nationalité : la RSS turkmène (81% du territoire de la RSS du Khorezm), la RSS ouzbèke (9%) et l'Oblast autonome karakalpak qui faisait partie de la RSSA kirghize (en) (rebaptisée RSSA kazakhe, le ) intégrée à la RSFSR.


Le parti au pouvoir dans la république était le Parti communiste khorezmien, qui disposait de ses propres forces armées. Il avait également sa propre monnaie, le rouble du Khorezm (ru), qui cohabitait avec le rouble de la RSFSR (Sovznak (en)) et le rouble de l’URSS, ainsi que le tanga du Khorezm (en).

Économie[modifier | modifier le code]

L’économie de la République était basée sur l’agriculture (principalement la culture des légumes et des fruits, du riz, du coton et du blé), la sériciculture, l’élevage (y compris de Astrakhans), la pêche (en mer d’Aral et sur le fleuve Amou-Daria), ainsi que l'artisanat et en particulier l’artisanat populaire, comme le tissage de tapis (en), la production de vaisselle et de produits en céramique. L’économie de la république était étroitement liée à celle de la RSSA du Turkestan, qui faisait partie de la RSFSR.

Population[modifier | modifier le code]

Les langues officielles de la RSS du Khorezm étaient l’ouzbek et le russe. La RSS du Khorezm, comme la RSP du Khorezm auparavant, était un État laïc, mais la grande majorité de ses habitants étaient des musulmans d'obédience sunnite. Une partie de la population était également chrétienne (principalement orthodoxe). Environ 800 000 personnes vivaient dans la République. La majorité d'entre elles était ouzbèke, mais il y avait aussi un nombre assez important de Karakalpaks, de Turkmènes, de Kazakhs, d'Iraniens, de Russes etc.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]