Cette page est semi-protégée.

Quintette en la majeur de Schubert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Quintette en la majeur, D. 667 « La Truite » est le seul quintette avec piano composé par Franz Schubert.

L'œuvre a été composée en 1819, alors que Franz Schubert n'avait que 22 ans[1] ; cependant, elle ne fut pas publiée avant 1829, soit un an après sa mort[2]. L'effectif instrumental est original : il comporte un piano, un violon, un alto, un violoncelle et une contrebasse (et non pas un quatuor à cordes comprenant nécessairement deux violons, accompagné d'un piano). Cependant, Franz Schubert ne fut pas le premier à composer pour une telle formation, puisque Johann Nepomuk Hummel l'avait déjà retenue en 1802 pour son unique quintette avec piano.

Si la pièce est connue sous le nom « La Truite », c'est que son quatrième mouvement est une série de variations sur le thème d'un lied de Schubert, Die Forelle (la truite), lui-même inspiré d'un texte de Schubart. Le quintette aurait été écrit pour Sylvester Paumgartner, un riche mécène et un violoncelliste amateur, qui aurait aussi suggéré à Schubert d'introduire les variations sur le lied[1]. Par ailleurs, plusieurs autres pièces de Schubert contiennent des variations sur ses lieder : le quatuor Der Tod und das Mädchen, les Variations pour flûte et piano « Trockne Blumen » (D. 802), la Fantaisie en do majeur pour violon et piano (D. 934) et la fantaisie « Wanderer ».

Le sextolet ascendant, qui fait partie de l'accompagnement du lied, est utilisé comme fil conducteur tout au long du quintette, et des variantes apparaissent dans chaque mouvement, à l'exception du Scherzo; il est généralement introduit par le piano[1].

Structure et analyse de l'œuvre

Le quintette est divisé en cinq mouvements :

  1. Allegro vivace en la majeur (forme sonate).
  2. Andante en fa majeur (la sus-dominante mineure de celle de l'œuvre) puis celui-ci change d'octave pour le la bémol majeur
  3. Scherzo : Presto en la majeur
  4. Thema e variazioni : Andantino – Allegretto en ré majeur (la sous-dominante de celle de l'œuvre)
  5. Allegro giusto en ré majeur (la sous-dominante de celle de l'œuvre) puis celui-ci change d'octave pour le la majeur

Allegro vivace


	\new PianoStaff <<
		\new Staff = "r" <<
			\clef "violin"
			\key a \major
			\new Voice {
				\voiceOne
				\relative {
					< a e' cis' a' >4\f\accent r r2
					s1
					e'2( dis
					e2 < e a >)
					<< { \grace { b'16( cis } d2\accent )( cis4 b) } \\ gis1 e >>
					<< e2. { <gis b>2( <a cis>4) } >>
				}
			}
			\new Voice {
				\voiceTwo
				\relative {
					<a~ a'~>2^(_( \tuplet 3/2 { <a a'>8 <cis cis'> <e e'> } \tuplet 3/2 { < a a'> <cis cis'> <e e'> }
					<a a'>4)) r r2
					cis,,2\pp( b
					cis1)
					b2\accent( cis4 d)
					d2( cis4)

				}
			}
		>>
		\new Staff = "l" <<
			\clef "bass"
			\key a \major
			\new Voice {
				\relative { a,,1\f( a\p)( a\pp) ( a) ( a) ( a2.) }
			}
		>>
	>>

Incipit du quintette

Comme dans beaucoup d'œuvres du style classique, l'exposition du thème alterne entre la tonique et la dominante. Cependant, le langage harmonique de Schubert est innovant, et il emploie beaucoup les médiantes et les sus-dominantes. Cela se confirme dès le début : au bout d'une dizaine de mesures, un changement de tonalité brusque du la majeur au fa majeur (la sus-dominante mineure) se produit. Le développement de la mélodie commence de la même manière, avec modulation abrupte du mi majeur (à la fin de l'exposition) au do majeur. Si le développement harmonique est tout d'abord lent, il s'accélère; lorsque le morceau revient au premier thème, l'harmonie subit des modulations ascendantes d'un demi-ton. Par la suite, la récapitulation débute dans la sous-dominante, ce qui enlève la nécessité de moduler au moment de la transition vers le second thème – un phénomène fréquent dans les morceaux en forme sonate de la période précoce de Schubert[1]. La récapitulation est semblable à l'exposition, sauf qu'elle omet les premières mesures et une autre brève partie juste avant le thème de clôture.

Andante

Pièce en fa majeur. Ce mouvement comporte deux parties symétriques, l'une étant transposée de l'autre, à l'exception de quelques détails, notamment quelques modulations différentes pour permettre au mouvement de finir dans sa tonalité de départ. Chacune de ces parties est l'enchaînement de trois thèmes. Dans ce mouvement, l'harmonie tonale se remarque par la tonalité modulée de demi-ton en demi-ton, de manière ascendante, comme ceci : fa majeur, fa dièse mineur, sol majeur, la bémol majeur, la mineur, fa majeur (quelques courtes modulations intermédiaires ont été omises). Une telle structure est très originale au regard de l'harmonique classique.

Scherzo : Presto

Pièce en la majeur. Ce mouvement contient aussi des nuances médiantes, comme la fin de la première partie du scherzo, qui est en do majeur, soit la médiante mineure.

Thema e variazioni : Andantino – Allegretto

Pièce en ré majeur (sous-dominante). Il s'agit d'un thème et variations sur l'air de Die Forelle, un lied de Franz Schubert, qui donne son surnom au quintette. Technique typique pour Franz Schubert (en contraste avec le style de Beethoven)[3], les variations ne déforment pas le thème original, mais font varier la manière de le décorer, et se concentrent sur le changement de mode également. Dans les premières variations, le thème passe d'un instrument à un autre (le violoncelle et la contrebasse ont le thème ensemble, avec un ornement riche au piano, et en tierces à l'alto et au violon). Dans la 5e variation, qui suit la traditionnelle variation en mode mineur, Schubert innove, en modulant, non pas en tonique, mais en sus-dominante, pour revenir au thème principal, au début de la sixième variation. Cette structure se retrouve dans l'octuor en fa majeur, D. 803 (4e mouvement), dans la sonate pour piano, D. 845 (2e mouvement), et dans l'impromptu en si bémol majeur, D. 935 no 3 « Rosamunde ». La dernière variation est très ressemblante au lied original, avec le même accompagnement au piano, sur un motif musical qui représente une truite faisant des apparitions à la surface de l'eau (notes montantes et descendantes).

Finale : Allegro giusto

Ce final est en deux parties symétriques, comme c'est le cas du second mouvement (mais le chromatisme original est absent cette fois-ci). Dans le finale, la deuxième partie est l'exacte transposition de la première, à des changements d'octave près. Comme la première partie est répétée, le même motif se répète trois fois pendant le mouvement. Certains interprètes choisissent de ne pas faire la répétition pour éviter une certaine lourdeur. Si ce mouvement est dépourvu du chromatisme de l'andante, son harmonie est toutefois très innovatrice : la première partie se termine en ré majeur (la sous-dominante), ce qui est contraire aux canons du classicisme jouant sur l'alternance tonique - dominante (ou plus rarement, médiante et sus-dominante)[4],[5].

Références

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Trout Quintet » (voir la liste des auteurs).

  1. a, b, c et d Chusid, Martin (1997). "Schubert's chamber music: before and after Beethoven". In: Cristopher H. Gibbs [ed.], The Cambridge Companion to Schubert, Cambridge University Press: 174-192
  2. Gibbs, Cristopher H. (1997). "German reception: Schubert's 'journey to immortality'". In: Cristopher H. Gibbs [ed.], The Cambridge Companion to Schubert, Cambridge University Press: 241-253
  3. (en) Jeffrey Perry, « The Wanderer's Many Returns: Schubert's Variations Reconsidered », Journal of Musicology, no 9/2,‎ , p. 374–416
  4. Rosen, Charles (1988). Sonata Forms, revised edition. W. W. Norton and Co
  5. Charles Rosen (trad. de l'anglais par Marc Vignal), Le style classique : Haydn, Mozart, Beethoven [« The Classical Style... »], Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des idées », 1978 (1re éd. 1971), 592 p. (ISBN 2070297446, OCLC 757203188) Rééd. coll. « Tel », 2000.

Liens externes