Christian Friedrich Daniel Schubart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Christian Friedrich Daniel Schubart

Christian Friedrich Daniel Schubart, né le à Obersontheim en Souabe et mort le à Stuttgart, est un poète allemand, organiste et compositeur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il entra à l'université d'Erlangen en 1758 comme étudiant en théologie. Il mena une vie dissolue, et après un séjour de 2 ans fut rappelé à la maison par ses parents. Après avoir tenté de gagner sa vie comme tuteur privé et comme assistant prédicateur, ses talents musicaux lui firent obtenir la charge d'organiste à Geislingen, et plus tard à Ludwigsburg ; mais en raison de sa vie sauvage et blasphématoire, qui se trouve exprimée dans une parodie de la litanie, il fut expulsé du pays.

Il visita ensuite alternativement Heilbronn, Mannheim, Munich et Augsbourg. Dans cette dernière il fit un très long séjour, débuta sa Deutsche Chronik (Chronique allemande) (1774-1778) et suppléa à l'insuffisance de sa subsistance en récitant les toutes dernières œuvres de poètes en vue. En raison d'une amère attaque sur les Jésuites, il fut expulsé d'Augsbourg et se sauva à Ulm, où il fut arrêté en 1777 et confiné dans la forteresse d'Hohenasperg (en) en tant que prisonnier politique.

Là, il rencontra un traitement clément, et il passa le temps par une étude des œuvres mystiques et en composant des poèmes. Son Sümtliche Gedichte parut en 2 volumes à Stuttgart en 1785-1786 (nouvelle édition par G. Hauff, Leipzig, 1884, dans Reclams Universal-Bibliothek) ; dans cette collection la plupart des morceaux sont caractérisés par l'emphase de la période du "Sturm und Drang". Il dicte à travers une fissure du mur de sa cellule à un autre prisonnier son traité Ideen zu einer Aesthetik der Tonkunst (Idées pour une esthétique de la musique).

Il fut libéré en 1787, par Frédéric le Grand, roi de Prusse, et exprima sa gratitude dans l'Hymnus auf Friedrich den Grossen (L'Hymne à Frédéric le Grand). Schubart était dès lors appointé comme directeur musical et gérant du théâtre de Stuttgart, où il continua sa Deutsche Chronik et débuta son autobiographie, Schubarts Lebenr und Gesinnungen (2 volumes, 1791-1793), mais il décéda avant son accomplissement à Stuttgart. Son Gesammelte Schriften und Schicksale parut en 8 volumes (Stuttgart, 1839-1840).

Franz Schubert composa son célèbre Lied Die Forelle (La Truite) à partir de l'un de ses poèmes du même nom.

Beethoven, Haydn, puis Schumann manifesteront du respect et de l'intérêt pour ses idées esthétiques.

Sources[modifier | modifier le code]

  • D. F. Strauss, Schubarts Leben in seinen Briefen (2 volumes, 1849 ; seconde édition, 1878)
  • G. Hauff, Christian Daniel Schubart (1885)
  • E. Nagele, Aus Schubarts Leben und Wirken (1888)
  • Le sens de la musique. Anthologie réalisée, annotée et commentée par Violaine Anger, Paris, Éditions Rue d'Ulm, coll. « Aesthetica », 2005, Volume I

Liens externes[modifier | modifier le code]