Pterophoridae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les Pterophoridae ou Ptérophoridés sont une famille de lépidoptères, qui est l'unique représentante de la super-famille des Pterophoroidea. Cette famille regroupe près de 1 300 espèces[1], reconnaissables à leurs ailes plumeuses divisées en lobes étroits. Ce sont de petits papillons crépusculaires à la trompe bien développée.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Du grec ancien signifie « celui qui porte la plume », du grec ancien « plume » et « qui porte ».

Description et écologie[modifier | modifier le code]

Les ailes antérieures de ces papillons sont généralement formées de deux nervures recourbées terminées par de fins filaments plus ou moins emmêlés. Cela les fait ressembler aux membres de la famille apparentée des Alucitidae, mais ces derniers ont des ailes plus symétriques. Les ailes postérieures ont une structure identique, mais comportent trois nervures. Certains genres ont des ailes de lépidoptère normales.

Au repos, les ailes des Pterophoridae sont presque perpendiculaires au corps. Cela donne à l'insecte l'aspect d'un brin d'herbe desséché, et lui permet d'échapper à ses prédateurs même en plein jour[réf. nécessaire]. Les larves de certaines espèces sont des foreuses de branches ou de racines, tandis que d’autres colonisent les feuilles.

Les ravageurs ptéridophytes les plus importants de cette famille sont Platyptilia carduidactyla, un parasite de l’artichaut, la chenille du géranium (Amblyptilia pica)[2] et la chenille du muflier (Stenoptilodes antirrhina). D’autres Pterophoridae sont utilisés en lutte biologique contre des plantes envahissantes. C'est le cas de Lantanophaga pusillidactyla, introduit sur certaines îles du Pacifique pour lutter contre le Lantanier, de Oidaematophorus beneficus, utilisé pour limiter la propagation d’Ageratina riparia, de Hellinsia balanotes, contre Baccharis halimifolia[3] et de Wheeleria spilodactylus, contre le Marrube blanc[4].

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Cette famille est divisée en sous-familles, tribus et genres, plus quelques espèces à part :
Sous-famille des Agdistinae en Europe et Amérique du Nord

Sous-famille des Ochyroticinae

Sous-famille des Pterophorinae Zeller, 1841

Sous-famille des Deuterocopinae Gielis, 1993

Sous-famille des Macropiratinae

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Erik J. van Nieukerken et al., « Order Lepidoptera Linnaeus, 1758. In: Zhang, Z.-Q. (Ed.) Animal biodiversity: An outline of higher-level classification and survey of taxonomic richness », Zootaxa, Magnolia Press (d), vol. 3148, no 1,‎ , p. 212–221 (ISSN 1175-5334 et 1175-5326, DOI 10.11646/ZOOTAXA.3148.1.41, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata.
  2. MDA (1980)
  3. Palmer, W.A. & Haseler, W.H. (1992)
  4. Baker, J. (2002)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Baker, J., Factors affecting the establishment of a classical biological control agent, the horehound plume moth (Wheeleria spilodactylus) in South Australia, Department of Applied and Molecular Ecology, Université d'Adélaïde, Australie, , thèse de Doctorat PDF (lire en ligne)
  • Michigan Department of Agriculture (MDA), Geranium Plume Moth Quarantine, , PDF (lire en ligne)
  • Palmer, W.A et Haseler, W.H., « Foodplant Specificity and Biology of Oidaematophorus balanotes (Pterophoridae): A North American Moth Introduced into Australia for the Control of Baccharis halimifolia », Journal of the Lepidopterists' Society, vol. 46, no 3,‎ , p. 195-202 (lire en ligne [PDF])