Lantana camara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lantana camara, le lantanier ou camara commun, également appelé galabert à La Réunion, est une espèce d'arbustes de la famille des Verbenaceae. Il est originaire des Antilles[1] ou d'Amérique centrale, mais est de nos jours pantropical[2]. Il fait partie des 100 pires espèces envahissantes selon l'UICN[3].

Description[modifier | modifier le code]

Fruits toxiques de Lantana camara.

Aspect général[modifier | modifier le code]

Fleurs de L. camara avec une araignée-crabe blanche (Misumenoides formosipes), en bas à droite, en attente d'une proie.

Lantana camara est un arbrisseau buissonnant sarmenteux épineux, arrondi ou étalé. Il atteint une hauteur de 0,5 à 3 m[4].

Tiges[modifier | modifier le code]

La tige est quadrangulaire, dotée de nombreuses épines en crochet orientées vers le bas[4].

Feuilles[modifier | modifier le code]

Ses feuilles de couleur vert sombre et dentées sont composées et opposées. A l'instar des tiges, les feuilles dégagent une forte odeur lorsqu'elles sont froissées[4].

Fleurs[modifier | modifier le code]

Son inflorescence est en panicules de couleurs multiples. Sa période de floraison s'étend du printemps à l'automne. Ses fleurs sont jaunes ou roses[1].

Fruits[modifier | modifier le code]

Ses fruits sont des drupes de petite taille et sont groupés, mais non soudés entre eux. Ils sont de couleur noire à maturité. Ils sont toxiques lorsqu'ils sont verts. En Inde, l'espèce porte des fruits toute l'année, ce qui semble avoir un impact sur les communautés d'oiseaux[5].

Habitat et aire de répartition[modifier | modifier le code]

Cette espèce a été introduite par les jardins botaniques ou comme plante ornementale sur divers continents, où - en zone tropicale - elle s'est naturalisée, mais son aire d'origine est le territoire comprenant le Mexique, l'Amérique centrale, les Grandes Antilles, les Bahamas, la Colombie et le Venezuela[6]. Elle est considérée comme indigène dans la vallée inférieure du Rio Grande (Texas) aux États-Unis[7].

Toxicité[modifier | modifier le code]

Outre une propension à occuper la niche écologique d'autres espèces, cette plante produit des fruits très toxiques encore verts, avant leur maturité, pour l'homme et de nombreux animaux qui les ingèrent[8]. Son feuillage produit des triterpénoïdes : des composées organiques à 30 Carbones pentacycliques qui le rendent hépatotoxique et induit une photosensibilité chez les animaux de pâturages (moutons, chèvres, bovins[9] et chevaux[10]), avec des pertes importantes par mortalité aux États-Unis, en Afrique du Sud, Inde, Mexique et Australie[9].

Invasivité et impacts écologiques[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Des lantaniers originaires des Antilles se sont propagés et naturalisés aux États-Unis, surtout sur le littoral atlantique, de la Floride à la Géorgie, où le climat est proche de son climat natal (chaleur et humidité)[11]. Elle est classée parmi les pires espèces envahissantes et toxiques en Floride, et est devenu un problème au Texas et à Hawaï[11],[12].

Répartition actuelle[modifier | modifier le code]

Le lantanier a couvert de vastes zones en Inde, en Australie et dans une grande partie de l'Afrique[13], jusque dans les trouées de forêt d'Afrique tropicale (Ouganda…), et jusque sur les plateaux du Kenya dans les zones ne recevant pourtant que peu de pluies. Dans les forêts, elle s'avère d'autant plus invasive que la trouée dans la canopée est vaste ou mise en connexion avec d'autres[14].

Zones de prédilection[modifier | modifier le code]

Lantana camara se propage le long des sentiers et des lisières de champs déserts, dans les exploitations agricoles et les coupes à blanc.

Caractéristiques favorisant l'invasivité[modifier | modifier le code]

Les graines étant dispersées par les oiseaux, quand la plante est introduite quelque part, elle peut se propager rapidement si le milieu lui convient. Elle est résistante au feu, et se développe rapidement sur les zones brûlées, devenant même un sérieux obstacle à la régénération naturelle d'espèces indigènes importantes, dont en Asie du Sud l'arbre Shala (Shorea robusta), avec des problèmes documentés dans au moins 22 pays[réf. souhaitée].

Moyens de lutte[modifier | modifier le code]

Des dispositifs de lutte biologique au moyen d'insectes et de rouilles ont été mis en place avec succès en Nouvelle-Calédonie, où les populations de Lantana camara ont bel et bien régressé[15].

Usages[modifier | modifier le code]

Artisanat[modifier | modifier le code]

Cette espèce peut être utilisée pour son bois (tables et chaises fabriquées à partir des tiges, balais par assemblage de ses petites branches)[16].

Propriétés médicinales[modifier | modifier le code]

L'extrait méthanolique des feuilles de Lantana camara semble faciliter la cicatrisation d'ulcères gastriques et empêcher le développement d'ulcères duodénaux chez le rat[17]. Des extraits des feuilles fraîches ont un effet antibactérien et sont traditionnellement considérées au Brésil comme ayant des vertus antipyrétique, carminatives et utiles pour le traitement d'infections respiratoires[18].

Ornement[modifier | modifier le code]

Lantana camara a été introduit en Nouvelle-Calédonie en 1863 pour former des haies ornementales. De nos jours, elle se retrouve souvent dans les jardins calédoniens malgré son statut de plante envahissante et le fait que sa détention soit interdite[2].

Horticulture[modifier | modifier le code]

Le lantanier peut être planté à l'extérieur ou à l'intérieur[1]. Le plein soleil favorise sa floraison[1]. Quand les conditions de milieu s'y prêtent, cette plante peut cependant devenir invasive et poser des problèmes de toxicité pour la faune herbivore, y compris domestique, ou pour les enfants.

Dans les serres, Lantana camara est connu pour attirer les mouches blanches.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Jardins et décors : fleurs d'été, page 37
  2. a et b Bernard Suprin, Mille et une plantes en Nouvelle-Calédonie, Nouméa, Editions Photosynthèse, , 382 p. (ISBN 9782952731638), p. 241
  3. « 100 of the World's Worst Invasive Alien Species », sur http://www.iucngisd.org, Global Invasive Species Database (consulté le 17 février 2019)
  4. a b et c Groupe espèces envahissantes, Plantes envahissantes pour les milieux naturels de Nouvelle-Calédonie, Nouméa, Agence pour la prévention et l'indemnisation des calamités agricoles ou naturelles (APICAN), , 222 p., page 130
  5. Aravind, NA, Dinesh Rao, KN Ganeshaiah, R Uma Shaanker & JG Poulsens (2010). "Impact of the invasive plant, Lantana camara, on bird assemblages at Malé Mahadeshwara Reserve Forest, South India" ; Tropical Ecology ; 51 (2S): 325–338
  6. "Lantana camara L.". Germplasm Resources Information Network. Département de l'Agriculture (USA). 2007-05-29. Consulté 2010-08-28.
  7. Hagne, Martin (2009-01-01). "Native Lantana Species of the LRGV" (PDF). The Sabal (Native Plant Project) 26 (1): 3.
  8. Florida Exotic Pest Plant Council (2005). "Florida Exotic Pest Plant Council: Lantana camanara" (PDF). Florida Exotic Pest Plant Council. Consulté le 19 septembre 2007.
  9. a et b Barceloux, Donald G. (2008). Medical Toxicology of Natural Substances: Foods, Fungi, Medicinal Herbs, Plants, and Venomous Animals. John Wiley and Sons. p. 867–868. (ISBN 9780471727613).
  10. Burns, Deborah (2001). Storey's Horse-Lover's Encyclopedia: an English & Western A-to-Z Guide. Storey Publishing. p. 302. (ISBN 9781580173179).
  11. a et b Floridata LC (2007). "Lantana camara". Floridata LC. Consulté 2007-09-19
  12. Florida Exotic Pest Plant Council (2005) ; "Florida Exotic Pest Plant Council: List of Invasive Species". Florida Exotic Pest Plant Council. Consulté 2007-09-19
  13. ISSG database: Lantana camara (Consulté 2009/04/30)
  14. Ørjan Totland, Philip Nyeko, Anne-Line Bjerknes, Stein Joar Hegland et Anders Nielsen ; Does forest gap size affects population size, plant size, reproductive success and pollinator visitation in Lantana camara, a tropical invasive shrub ? ; Forest Ecology and Management Volume 215, Issues 1-3, 25 août 2005, pages 329-338 doi:10.1016/j.foreco.2005.05.023 (Résumé)
  15. « Lantana camara L. - VERBENACEAE - Dicotylédone », sur http://idao.cirad.fr,
  16. Khanna, L. S.; Prakash, R. (1983). Theory and Practice of silvicultural Systems. International Book Distributions. 400 pages.
  17. R. Sathisha, Bhushan Vyawaharea, and K. Natarajanb "Antiulcerogenic activity of Lantana camara leaves on gastric and duodenal ulcers in experimental rats" Journal of Ethnopharmacology, Volume 134, Issue 1, 8 mars 2011, pages 195-197 doi:10.1016/j.jep.2010.11.049 |
  18. Barreto F, Sousa E, Campos A, Costa J, Rodrigues F., "Antibacterial Activity of Lantana camara Linn and Lantana montevidensis Brig Extracts from Cariri-Ceará, Brazil. J Young Pharm. 2010 1;2(1):42-44

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Jean Trudel, Jardins et décors : fleurs d'été, Saint-Laurent (Québec), Livre-Loisirs Ltée, 65 p. (ISBN 9782892102376) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :