Prothèse du genou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Modèle de prothèse du genou

Une prothèse du genou est un implant articulaire interne qui remplace les surfaces articulaires défaillantes du genou, dans le but de permettre de nouveau un appui stable, la flexion et l'extension, et de récupérer un bon périmètre de marche.

Statistiques[modifier | modifier le code]

La prothèse de genou (PG ou PTG) est l'une des opérations les plus communément pratiquées : environ 40 000 prothèses de genou sont posées chaque année en France, Outremer compris.

En 2008, aux États-Unis, 650 000 prothèses de genou ont été implantées[1], chiffre traduisant un taux d'accroissement annuel de 10 % au cours de la décennie 1990.

À titre de comparaison, « seulement » 139 000 prothèses de hanche (PTH) sont implantées, chiffre traduisant un taux d'accroissement annuel, également moins élevé (AAOS Bull 1999)[réf. souhaitée].

À titre d'exemple insulaire, en Guadeloupe, depuis plus de deux décennies, si l'on admet que le pays est 1 000 fois moins peuplé et plus jeune que les États-Unis, les statistiques d'activité de reconstruction articulaire de genoux et hanches sont, depuis le début de la décennie 1980, régulièrement comparées aux chiffres américains, connus et divisés par 1 000. Les résultats de prothèse de genou (PTG et « uni ») à 10 et 15 ans, voire 20 ans seraient comparables, voire surpasseraient les meilleurs résultats de la PTH.

Les objectifs assignés à la prothèse de genou (PTG) sont de trois ordres : soulagement des douleurs, restauration des axes du membre et restauration de l'amplitude des mouvements du genou.

Les contraintes techniques sont importantes : la PTG se doit tout particulièrement d'autoriser flexion et extension tout en résistant aux mouvements anormaux tels que varus, valgus ou translation excessive.

La précision des coupes osseuses et de la préparation des parties molles sont les principaux gages de bons résultats de la PTG[réf. souhaitée].

Indications[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La prothèse du genou n'est en principe, proposée et mise en place qu'en cas de lésions graves : arthrose évoluée, polyarthrite rhumatoïde, destructions d'origine traumatique.

Il n'y a pas de place pour la chirurgie préventive au vu de radios en matière de prothèse articulaire, mais trop tarder aboutit aussi, à l'inverse, à une sédentarisation excessive (avec ses conséquences : hypertension, diabète, obésité, etc.) en majorant le risque opératoire et la complexité des suites.

Technologie[modifier | modifier le code]

L'implant est constitué de métal (alliage acier chrome cobalt, titane) et de polyéthylène (versant tibial).
La fixation à l'os utilise soit du ciment chirurgical (polyméthyl métacrylate) soit un système de fixation sans ciment.

Considérations d'ordre technique[modifier | modifier le code]

Les prothèses de genou peuvent être regroupée en deux principales catégories[2]:

  • les prothèses à glissement: l'implant fémoral glissant sur l'implant tibial, se déclinant elle-même en plateau fixe ou mobile, ultracongruant et/ postero-stabilisée.
  • les prothèses contraintes: il existe une charnière entre l'implant fémoral et l'implant tibial.

Une troisième catégorie intermédiaire existe:

  • les prothèses semi-contraintes: coques entre l'implant fémoral et tibial.

Geste chirurgical volontiers qualifié de « majeur »[modifier | modifier le code]

Examens et bilan pré-opératoire[modifier | modifier le code]

Radiographies[modifier | modifier le code]

Déviations angulaires irréductibles et rétractions, raideur[modifier | modifier le code]

Instabilité grossière ligamentaire[modifier | modifier le code]

Maladies vasculaires : artères, etc.[modifier | modifier le code]

État de la peau[modifier | modifier le code]

Désaxations des gros os de jambe et de cuisse et déformation de hanches (controlatérale aussi)[modifier | modifier le code]

Calques préopératoires numérisés[modifier | modifier le code]

Antécédents d'opération(s) à ce genou[modifier | modifier le code]

Grosses pertes de substance osseuse[modifier | modifier le code]

Préparation à l'opération[modifier | modifier le code]

L'intervention chirurgicale, peut être précédée d'une stimulation par érythropoïétine.

Instruments chirurgicaux : ancillaire[modifier | modifier le code]

Antibiothérapie dite « préventive »[modifier | modifier le code]

Installation de l'opéré(e)[modifier | modifier le code]

Technique opératoire[modifier | modifier le code]

La prothèse est en principe posée dans un environnement aseptique strict.

L'intervention chirurgicale dure environ une heure et 30 minutes, durée variable en fonction de l'expérience de l'équipe et de l'habileté du chirurgien et de l'importance des déformations du genou.

Équilibrage par résection mesurée ou par création de perte de substance en flexion  ?[modifier | modifier le code]

Préparation de l'extrémité inférieure du fémur aux coupes osseuses[modifier | modifier le code]

Résection du tibia[modifier | modifier le code]

Respect ou non du ligament croisé postérieur[modifier | modifier le code]

Équilibrage du genou[modifier | modifier le code]

Équilibrage des ligaments[modifier | modifier le code]

Écarts en flexion et en extension[modifier | modifier le code]

Rotules[modifier | modifier le code]

Fermeture[modifier | modifier le code]

Ostéotomie de la tubérosité tibiale antérieure[modifier | modifier le code]

Soins péri-opératoires[modifier | modifier le code]

L'hospitalisation dure volontiers moins de huit jours (gonarthrose évoluée unilatérale), mais plus si le chirurgien le juge prudent. L'opéré appuie complètement au plus tard à 48 heures sauf exception. Le traitement anticoagulant en post opératoire est la règle, plus ou moins intensif ou « curatif » en fonction des antécédents et de la mobilité globale du patient, et ce, en prévention de la maladie thrombo-embolique. Les techniques modernes de prise en charge, telles que la récupération rapide après chirurgie permettent de réduire la durée de séjour à 4 jours et parfois même moins. Certains patients peuvent même bénéficier de prise en charge en chirurgie ambulatoire pour les prothèses uni-compartimentales du genou, voire pour des prothèses totales du genou. Cela passe par une mobilisation très précoce de l'articulation, elle-même conditionnée par un traitement parfait de la douleur. L'utilisation de l'infiltration peropératoire d'un mélange d'antalgique, d'anti-inflammatoire et d'adrénaline est un facteur facilitant l'obtention de cette antalgie quasi parfaite et tend donc à se diffuser.

Rééducation[modifier | modifier le code]

La rééducation précoce par des kinésithérapeutes/physiothérapeutes est recommandée. Elle débute dès le lendemain de l'intervention en l'absence de complications, au plus tard dans les deux semaines pour être qualifiée de précoce et être plus efficace en termes de qualité et rapidité de récupération.

Les kinésithérapeutes, en collaboration avec les patients, réalisent un bilan pour déterminer les objectifs de la prise en charge qui sont généralement :

  • la récupération des amplitudes articulaires du genou en flexion et extension ;
  • la récupération de la force musculaire des muscles du membre inférieur ;
  • la surveillance de la non apparition de complications et de la diminution des douleurs ;
  • la reprise des activités de la vie quotidienne puis sportive.[3]

Le séjour en centre de rééducation (ou soin de suite et de réadaptation) n'est pas nécessaire si les suites sont simples[4]. A la sortie de l'hôpital, les soins de rééducation se déroulent à domicile ou en cabinet.

Complications[modifier | modifier le code]

Complications dites « non mécaniques »[modifier | modifier le code]

Ce sont :

Complications mécaniques[modifier | modifier le code]

Les problèmes qui peuvent se présenter sont essentiellement :

  • l'usure de la prothèse (plus précisément du polyéthylène)
  • le déscellement de la prothèse d'autant moins à redouter que l'indication de l'opération et sa mise en œuvre sont de qualité (expérience du chirurgien).

Orthopédie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carr AJ, Robertsson O, Graves S et al. Knee replacement, Lancet, 2012;379:1331-1340
  2. Sulimovic S, Sedel L., « Revue de prothèses totales de genou multidirectionnelles », sur pepite.univ-lille2.fr (consulté le )
  3. Kate G. Henderson, Jason A. Wallis et David A. Snowdon, « Active physiotherapy interventions following total knee arthroplasty in the hospital and inpatient rehabilitation settings: a systematic review and meta-analysis », Physiotherapy, vol. 104, no 1,‎ , p. 25–35 (ISSN 1873-1465, PMID 28802773, DOI 10.1016/j.physio.2017.01.002, lire en ligne, consulté le )
  4. Haute autorité de santé (HAS). Orientation en rééducation après prothèse totale de genou. 2008. Lire en ligne