Procuste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes.

Thésée et Procuste, kylix attique à figures rouges, 440-430 av. J.-C., British Museum (Vase E 84)
Thésée et Procuste, kylix attique à figures rouges, 500-490 av. J.-C., musée du Louvre (G 104)

Dans la mythologie grecque, Procuste (déformation de Procruste, en grec ancien Προκρούστης / Prokroústês, littéralement « celui qui martèle pour allonger ») est le surnom d'un brigand de l'Attique nommé Polypémon (Πολυπήμων / Polupếmôn, « le très nuisible »). Il a pour autre surnom Damastès (Δαμαστής / Damastếs, « le dompteur »)

Mythe[modifier | modifier le code]

Fils de Poséidon, il est marié à Sillée et est le père nourricier de Sinis (lui aussi fils de Poséidon).

Dans sa Bibliothèque historique, Diodore de Sicile nous a transmis la courte légende suivante :

« Après cela, [Thésée] tua Procuste qui demeurait à Corydalle dans l'Attique. Procuste contraignait les voyageurs à se jeter sur un lit ; il leur coupait les membres trop grand et qui dépassaient du lit ; et étirait les pieds de ceux qui étaient trop petits[1]. C'est pour cette raison qu'on l'appelait Procuste. »

Une version plus ancienne lui prête deux lits : un petit pour les grands prisonniers, un grand pour les petits. La valeur du mythe se renforce quand le lit devient unique et ne correspondant à aucune taille, pas même celle de Procuste, ce qui le rend essentiellement symbolique.[réf. nécessaire]

Interprétations[modifier | modifier le code]

Dans les Mémorables, Xénophon représente Procuste, qu’il confond avec la violence faite aux étrangers, dont il fait un modèle[2]. Procuste est devenu le symbole du conformisme et de l'uniformisation. On parle couramment de « lit de Procuste » pour désigner toute tentative de réduire les hommes à un seul modèle, une seule façon de penser ou d'agir, et de « Procuste » pour leur auteur.


Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Hamilton 1967, p. 181
  2. Xénophon, Mémorables, II, 38, 5.

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :