Principauté de Bitlis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
La ville de Bitlis. Du Caucase au Golfe Persique, 1892

La principauté de Bitlis est un émirat kurde qui a existé de 1182 à 1847. Sa capitale était Bitlis (en kurde Bidlîs ou Bêdlîs ; en arménien Բիթլիս ou Բաղեշ, Baghesh, ou Բաղաղեշ, Baghaghesh), dans le sud-est de l'actuelle Turquie.

Historique[modifier | modifier le code]

Abdullah Preziosi, Kurde de Bitlis, tableau de 1852
Bitlis dans l'eyalet de Van (en rose, en haut). Colton, 1856
Château de Bitlis en 2010

Bitlis est une des principautés issues de la fédération tribale de Rojaki (ou Rozagi, Rozikhi). Après la victoire du Rojaki sur le roi David III d'Ibérie au Xe siècle, les Kurdes occupent Bitlis et le Sassoun. La principauté passe plus tard sous la domination de la dynastie turkmène des Aq Qoyunlu (1467–1495) puis sous la monarchie iranienne des Séfévides (1507–1514).

En 1514, après la bataille de Tchaldiran où les Ottomans battent la Perse séfévide, Sharaf Beg de Bitlis est un des premiers à se rallier aux Ottomans, contre son frère, Khalid Beg, qui gouvernait Bitlis comme vassal des Perses ; Khalid Beg tombe aux mains de Sélim qui le fait exécuter à Merenda et Sharaf Beg se déclare vassal de l'Empire ottoman. Les fils de Khalid Beg tentent trois fois de reprendre Bitlis avec l'aide des Perses, sans succès. La soumission de Sharaf Beg est suivie par celle des autres chefs kurdes grâce à la diplomatie d'Idris-i Bidlisi (Idriss de Bitlis), cousin de la famille princière et conseiller kurde du sultan Sélim Ier. Idriss convainc Sharaf Beg et ses autres alliés kurdes de soutenir les Ottomans lors du siège de Diyarbakır par les Perses[1]. En 1531, le prince Sharafkhan tente de s'allier aux Séfévides mais il est assassiné en 1532. Le chroniqueur Sharafkhan Bidlisi (en) (1543-1603) est le fils du prince Shamsuddin et le petit-fils de Sharafkhan ; exilé par le chah séfévide Ismaïl II, il se réfugie dans le Nakhitchevan puis auprès du sultan ottoman Mourad III qui le nomme prince de Bitlis en 1583.

Grâce à la longue rivalité entre Ottomans et Séfévides, marquée par une série de guerres ottomano-persanes, les princes de Rojaki peuvent maintenir une relative indépendance. Abdal Khan devient prince de Bitlis au milieu du XVIIe siècle. Le voyageur français Jean-Baptiste Tavernier présente Abdal Khan comme un prince indépendant, ne reconnaissant ni l'autorité du sultan ottoman ni celle du chah séfévide, tandis que le voyageur ottoman Evliya Çelebi le décrit comme un amateur des « mille arts » (Hazārfann). En 1655, il dirige la révolte de Rozhiki contre le pouvoir ottoman.

Au XIXe siècle, après la révolte de Bedirxan Beg, les principautés kurdes sont soumises par le pouvoir ottoman. Bitlis est rattachée à l'eyalet de Van en 1847 puis au vilayet d'Erzurum en 1867 avant de devenir, en 1875, le centre du vilayet de Bitlis.

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. J. de Hammer, Histoire de l'Empire Ottoman depuis son origine jusqu’à nos jours, t. 1, Paris, 1840, p. 426-428.