Prince de Bretagne (marque)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Prince de Bretagne
logo de Prince de Bretagne (marque)

Création Voir et modifier les données sur Wikidata
Slogan Défendons le goût du fraisVoir et modifier les données sur Wikidata
Siège social Saint-Pol-de-LéonVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Fruits et légumes et secteur agroalimentaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Site web princedebretagne.comVoir et modifier les données sur Wikidata

Prince de Bretagne est une marque déposée en 1970, propriété de Cerafel (un groupement d'agriculteurs de la Bretagne en France) qui vise à promouvoir les productions légumières de la Ceinture dorée en mettant à disposition des filières cette marque régionale. Cette marque est exploitée aujourd'hui par sept coopératives agricoles industrielles membres de l'association d'organisations de producteurs Cerafel.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1961, le paysan léonard Alexis Gourvennec fonde la Sica (société d'intérêt collectif agricole) du pays de Léon[1] puis, en 1964, le Comité économique régional agricole de fruits et légumes (Cerafel) de Bretagne[2]. Il est à l'origine de la création de la marque Prince de Bretagne en 1970[3]. À cette époque, les dirigeants du comité souhaitent promouvoir le positionnement haut de gamme de leurs produits, d'où l'idée et le nom de « Prince de Bretagne »[4].

La marque commercialise notamment des légumes frais (choux-fleurs, artichauts, oignons...) en France et à l'étranger (Grande-Bretagne, Allemagne, États-Unis...)[5].

En 2009, le Comité économique régional agricole de fruits et légumes de Bretagne est transformé en Association d'organisations de producteurs (AOP multi-produits et territorial)[6].

La marque fait partie du groupement Coopagri Bretagne, qui fusionne en 2010 pour former la coopérative Triskalia[7].

Dans les années 2010, la section Bio se développe fortement, passant de 7 000 tonnes en 2008[4] à 20 000 tonnes de légumes bio produits par an en 2018[8].


Données[modifier | modifier le code]

Le Cerafel regroupe en 2018[8] 2 600 exploitations agricoles (dites « légumières » par l'administration française)[9] contre près de 10 000 il y a une décennie pour une production annuelle de l'ordre 600 000 tonnes de légumes par an[10] : gamme de près de 50 espèces légumières produites dans la Bretagne Nord (29-22-35). Cette organisation professionnelle agricole représente également 60 horticulteurs et 400 producteurs de plants de pommes de terre, regroupés au sein de sept coopératives bretonnes : la Sica, Socoprim, la Bretonne et Triskalia dans le Finistère, l’Union des coopératives de Paimpol et de Tréguier dans les Côtes-d’Armor, Terres de Saint-Malo en Ille-et-Vilaine, Bretagne plants Hanvec[8]. L'export pèse autour de 30 % des volumes produits avec une destination majeure qui est l'Allemagne[4]. Les agriculteurs en lien avec le Cerafel représentent 12 000 emplois : environ 9 000 en production, 3 000 dans la filière de conditionnement et de commercialisation.


Communication[modifier | modifier le code]

Le voilier prince de Bretagne est un trimaran de 80 pieds conçu pour la course au large ; il fait partie de la classe Ultime et est le fruit d'une collaboration entre Lionel Lemonchois et Prince de Bretagne [11].

Ce trimaran, barré par le binôme Lionel Lemonchois et Bernard Stamm, était en troisième position de l’épreuve au moment de son démâtage produit le 16 novembre 2017 à l'approche de l'arrivée de la Transat Jacques-Vabre 2017.

Le site CourseAuLarge annonce, en mars 2018, que Prince de Bretagne a décidé d’arrêter sa communication dans la voile. Le voilier est aujourd'hui à vendre au prix d'un 1,2M€[12].


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Alexis Gourvennec, figure du syndicalisme agricole », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  2. « Alexis Gourvennec, paysan directeur général », sur Le Figaro, (consulté le 13 août 2018)
  3. Catherine Coroller, « Alexis Gourvennec, la grosse légume. Depuis 40 ans, il est le «patron» des maraîchers finistériens. », Libération,‎ (lire en ligne)
  4. a b et c « À qui appartient... Prince de Bretagne ? », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  5. Jacques Pinard, « L'avenir d'une région d'industries alimentaires anciennes : la Bretagne », Hommes et Terres du Nord,‎ , p. 260 (lire en ligne)
  6. Solenne Durox, « En Bretagne, le combat des paysans contre la grande distribution », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  7. Laurence Girard, « Le mariage entre D’Aucy et Triskalia donne naissance à un géant breton », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  8. a b et c « Cérafel. Marc Keranguéven, nouveau président », sur letelegramme.fr, .
  9. « Prince de Bretagne cultive l'image de ses légumes », sur www.lesechos.fr, (consulté le 13 août 2018)
  10. E. L., « Des marques 100 % Breizh ou presque », L'Express,‎
  11. Article du journal L’Equipe « Le trimaran Prince de Bretagne a démâté » du 16 novembre 2017 : https://www.lequipe.fr/Voile/Actualites/Le-trimaran-prince-de-bretagne-a-demate/851115
  12. Article site internet CourseAuLarge.com du 3 avril 2018 : http://www.courseaularge.com/prince-de-bretagne-a-vendre-12me.htm

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]