Porte Fontinale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Porte Fontinale
image illustrative de l’article Porte Fontinale
Vestiges identifiés à la Porte Fontinale.

Lieu de construction Mur Servien, entre le Champ de Mars et le Forum Romain
Date de construction IVe siècle av. J.-C.
Ordonné par Sénat romain
Type de bâtiment Porte fortifiée
Le plan de Rome ci-dessous est intemporel.
Murservien planrome2.png
Porte Fontinale
Tracé du mur servien et localisation de la Porte Fontinale (en rouge)

Coordonnées 41° 53′ 42″ nord, 12° 29′ 03″ est
Liste des monuments de la Rome antique

La Porte Fontinale (latin : Porta Fontinalis) est une des portes du mur servien, située entre la Porte Carmentale et la Porte Sanqualis à Rome.

Localisation[modifier | modifier le code]

La porte, qui n'est mentionnée que par deux auteurs antiques[a 1],[a 2], se situe sur la pente nord-est du Capitole, sur l'ensellement reliant cette colline au Quirinal[1] et séparant le Champ de Mars de la dépression où se trouve le Forum Romain[2]. La porte marque la fin de la via Flaminia qui débouche sur le Clivus Argentarius[1]. Une source qui jaillit près du Tullianum non loin dont l'eau rejoint la Cloaca Maxima est peut-être à l'origine du nom de la porte[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 193 av. J.-C., les édiles Marcus Aemilius Lepidus et Lucius Aemilius Paullus font bâtir un porticus Aemiliana[3] qui relie la porte à l'autel de Mars sur le Champ de Mars[a 3], à l'ouest de la via Lata[2]. Le portique est destiné à couvrir le trajet des censeurs entre l'Atrium Libertatis, situé juste à l'intérieur des murs, jusqu'à l'autel de Mars où se termine le recensement des citoyens romains[3].

Des inscriptions mentionnant cette porte[a 4] montrent qu'elle est toujours debout, totalement ou partiellement, sous l'Empire et qu'il s'agit d'un point de repère connu de la topographie romaine[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Sources modernes :
  1. a, b et c Gallia 2008.
  2. a, b et c Platner et Ashby 1929, p. 408.
  3. a et b Richardson 1992, p. 303.
  • Sources antiques :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Samuel Ball Platner et Thomas Ashby, A topographical dictionary of Ancient Rome, Oxford University Press,
  • Eva Margareta Steinby (dir.), Lexicon Topographicum Urbis Romae : Volume Terzo H - O, Edizioni Quasar, , 512 p. (ISBN 88-7140-096-8)
    • (it) Filippo Coarelli, « Porta Fontinalis », dans LTUR III, , p. 328-329
    • (it) M. Andreussi, « Murus Servii Tullii », dans LTUR III, , p. 322
  • (en) Andrew B. Gallia, « Porta Fontinalis », Digital Augustan Rome,‎ (lire en ligne)
  • (en) Lawrence Richardson, A New Topographical Dictionary of Ancient Rome, Johns Hopkins University Press, , 488 p. (ISBN 0801843006)

Article connexe[modifier | modifier le code]