Porte Trigémine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Porte Trigémine
Image illustrative de l'article Porte Trigémine
La porte Trigémine sur une gravure de Friedrich Polack.
Arr l.png P. Lavernale60x15transparent spacer.svgP. Flumentana Arr r.png

Lieu de construction Mur Servien, Aventin
Date de construction IVe siècle av. J.-C.
Ordonné par Sénat romain
Type de bâtiment Porte fortifiée
Le plan de Rome ci-dessous est intemporel.
Murservien planrome2.png
Porte Trigémine
Tracé du mur servien et localisation de la Porte Trigémine (en rouge)

Coordonnées 41° 53′ 12″ N 12° 28′ 48″ E / 41.886651, 12.47998741° 53′ 12″ Nord 12° 28′ 48″ Est / 41.886651, 12.479987  
Liste des monuments de la Rome antique

La Porte Trigémine (latin : Porta Trigemina ou Porta Minucia) est une des portes du mur servien, située entre la Porte Lavernale et la Porte Flumentana.

Localisation[modifier | modifier le code]

La porte, une des plus mentionnées par les auteurs antiques, se trouve au pied de l'Aventin, près du forum Boarium et du pont Sublicius, à l'endroit où la voie venant du port fluvial de Rome, (Emporium), pénètre dans l'enceinte fortifiée du mur Servien[1],[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Article connexe : Arc de Lentulus et Crispinus.

La porte est mentionnée lors des travaux d'agrandissement de l'Emporium en 174 av. J.-C.[3] Selon Plaute, de nombreux mendiants viennent s'installer à l'extérieur de la porte[a 1]. L'installation d'une statue de Lucius Minucius à proximité conduisent certains auteurs à baptiser la porte Porta Minucia[a 2],[4].

La porte a peut-être été reconstruite durant le principat d'Auguste et prend la forme d'un arc de triomphe érigé en 2 ap. J.-C. par les consulaires Titus Quinctius Crispinus Sulpicianus et Lucius Cornelius Lentulus[3]. La porte Trigémine ainsi reconstruite est peut-être représentée sur un relief, aujourd'hui perdu mais mentionné dans le Codex Coburgensis[5].

Description[modifier | modifier le code]

Le nom de la porte proviendrait du fait qu'elle comprend trois ouvertures pour fluidifier un important passage provenant de l'Emporium et de la via Ostiensis[1]. Une autre explication serait qu'elle est fait de trois portes successives.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Sources antiques :
  • Sources modernes :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Samuel Ball Platner et Thomas Ashby, A topographical dictionary of Ancient Rome, Oxford University Press,‎
  • Eva Margareta Steinby (dir.), Lexicon Topographicum Urbis Romae, vol. III, Rome, Edizioni Quasar,‎
    • (it) Filippo Coarelli, « Porta Trigemina », dans LTUR,‎ , p. 332-333
    • (it) M. Andreussi, « Murus Servii Tullii », dans LTUR,‎ , p. 322
  • (en) Dorian Borbonus et Lothar Haselberger, « Porta Trigemina », Digital Augustan Rome,‎ (lire en ligne)

Article connexe[modifier | modifier le code]