Polyclès Langlois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Polyclès Langlois
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 58 ans)
SèvresVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domiciles
Activités
Père
Fratrie

Polyclès Langlois du Pont de l’Arche né à Pont-de-l'Arche le et mort à Sèvres le est un graveur, dessinateur et peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils et élève d’Eustache-Hyacinthe Langlois du Pont de l'Arche, Polyclès Langlois suit des cours à l’École de dessin de Rouen. Il expose au Salon de 1861 une Vue de Saint-Ouen et une Vieille Rue du vieux Rouen[1].

Il dessina surtout des vues des monuments de Rouen puis travailla à la manufacture de Sèvres.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Incendie de la flèche en 1822[2].
  • Fontaine de la Croix de Pierre de Rouen, eau-forte, 1834[3] ;
  • Samuël Bochart, né à Rouen, 1835.
  • Vue de Jumièges, 1835.
  • Rouen, vue du quai de Paris, la cathédrale à l'arrière-plan, 1838[4].
  • Figures dehors un château dans un paysage vert, huile sur toile, 26 × 21 cm.
  • Château d'Hautot à M. le baron Lézurier de La Martel, Hautot-sur-Seine, dessin au crayon noir.
  • Vieille tour normande, 1842, aquarelle sur papier, 18 × 13 cm.
  • Cul-de-lampe de l'église de Pont-de-l'Arche, 1843, lithographie[5].
  • Tour du beffroi à Évreux, 1843.
  • Rouen, le pont suspendu, aquarelle sur papier, 28 × 43 cm.
  • Église de Caudebec (pays de Caux), 1845, dessin.
  • Aux portes de la ville, 1850, gouache sur papier.
  • La Grosse Horloge.
  • Saint-Amand.
  • Porche de l’église de Louviers.
  • Tour de l’horloge.
  • Quatre vues de Rouen et de Basse-Normandie, aquarelles.
  • Souvenir de Rouen, dessin au crayon noir.
  • Maison de la rue Impériale à Rouen, dessin à la mine de plomb.
  • Marché de la Basse-Vieille-Tour, à Rouen, dessin à la mine de plomb.
  • Vue de l’église Saint-Ouen, à Rouen, dessin au crayon noir.
  • Composition, dessin an crayon noir.
  • Maisons de Rouen, dessin à la mine de plomb.
  • L'Abbatiale Saint-Ouen de Rouen vue depuis les ponts du Robec[4].
  • Marché à Falaise, gouache sur papier, musée des Beaux-Arts de Bernay.
  • Marché au poisson à Évreux, dessin au crayon[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alfred Darcel, Les Artistes normands au Salon de 1861, Rouen, D. Brière, 1861.
  2. Jacques Le Maho , Anne-Marie Carment-Lanfry, La Cathédrale Notre-Dame de Rouen, « Du XVIe siècle à nos jours », pp. 53-74, fig. 21 (en ligne sur books.openedition.org).
  3. Revue de Rouen et de Normandie, 1834
  4. a et b Voyages pittoresques : Normandie 1820-1909, Milan, Silvana editoriale, , 543 p. (ISBN 978-88-366-1368-7, OCLC 690603127), p. 275
  5. Revue de Rouen et de la Normandie, .
  6. Helen Lecarpentier, « Marché au poisson à Évreux, dessiné d'après nature par Polyclès Langlois », dans 1000 ans de Normandie, Gand, Snoeck, (ISBN 978-94-6161-367-7), p. 224-225.

Liens externes[modifier | modifier le code]