Politique aux Maldives

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Politique des Maldives)
Aller à : navigation, rechercher

La politique aux Maldives est celle d'une république présidentielle, où le président est à la fois chef de l'État et chef du gouvernement. Le pouvoir exécutif est exercé par le gouvernement.

Histoire politique[modifier | modifier le code]

La constitution des Maldives fut approuvée en référendum en 1968, mettant fin au sultanat et introduisant la république. La constitution fut ensuite modifiée en 1970, 1972, 1975 et 1997. Ibrahim Nasir, Premier ministre sous le sultanat, devint président. Maumoon Abdul Gayoom lui succéda en 1978 et fut réélu en 1983, 1988, 1993, 1998 et en 2003.

Le , des indépendantistes tamouls du PLOTE tentèrent de renverser le gouvernement maldivien. Le coup d’État fut maîtrisé par l’armée indienne à la demande du président Gayoom. Plusieurs émeutes anti-gouvernementales, réclamant des réformes politiques, ont émaillé l’histoire du pays depuis 2003. En réponse, les partis politiques furent autorisés en 2005 mais les droits politiques restent faiblement protégés.

Une nouvelle constitution a été adoptée par le parlement en juin 2008 et promulguée par le président Gayoom le 7 août suivant.

Le , Maumoon Abdul Gayoom fut battu au second tour de l'élection présidentielle par son adversaire, Mohamed Nasheed.

En 2010, une réforme des collectivités locales crée 3 niveaux de conseils élus (villes, îles et atolls).

En février 2012, le président des Maldives Mohamed Nasheed, élu démocratiquement en 2008, est renversé par son vice-président, Mohammed Waheed Hassan. Ce coup d’Etat fait suite à des manifestations et des mutineries dans la police et l’armée qui ont contraint le président Nasheed à la démission[1].

Le , et après plusieurs reports du scrutin, les élections présidentielles se sont tenues. Elles ont porté au pouvoir Abdulla Yameen, le demi-frère de l’ancien président Maumoon Abdul Gayoom. Il devient le 6e président des Maldives[2].

Le 14 octobre 2016, les Maldives annonçaient leur retrait du Commonwealth en raison des considérations de l'organisme sur la position du territoire en regards des droits de l'homme[3].

Le , considérant les condamnations de plusieurs prisonniers, dont Mohamed Nasheed et Ahmed Adeeb Abdul Ghafoor, au motifs d'être « politiquement motivées », la Cour suprême décide de casser les jugements[4]. Le 5 février, Abdulla Yameen Abdul Gayoom, refuse d'appliquer la décision, malgré la demande de l'ONU[5] et fait remarquer que selon lui, la Cour suprême « n'est pas au-dessus des lois »[6], puis assiège les bureaux de la Cour suprême, qu'il accuse de vouloir le destituer[7], suspend le parlement, au sein duquel il vient de perdre la majorité après une autre décision de la Cour suprême ordonnant la réintégration des députés récemment passés dans l'opposition, limoge le chef de la police, fait arrêter l'ancien président Maumoon Abdul Gayoom, qui avait rejoint l'opposition en 2017[8], et décrète l'état d'urgence[9]. Dans la soirée, il fait également arrêter deux juges de la Cour suprême, dont son président Abdulla Saeed, et Ali Hameed[10]. Il justifie cela par une « conspiration » et un « coup d'État »[11]. Nasheed appelle alors l'Inde et les États-Unis, à intervenir[12]. Finalement, les trois juges de la Cour suprême restés en liberté décident d'annuler la décision[13]. L'ONU dénonce alors une « attaque contre la démocratie »[14].

Pouvoir exécutif[modifier | modifier le code]

Fonction Nom Parti Depuis
Président de la République Abdulla Yameen Abdul Gayoom Parti progressiste des Maldives
Vice-président de la République Abdulla Jihad Parti progressiste des Maldives

Depuis l'entrée en vigueur de la nouvelle Constitution le , le président et le vice-président de la République sont élus pour cinq ans au suffrage universel direct. Si le poste président devient vacant, le vice-président le remplace. Si le poste de vice-président devient vacant, le président nomme un nouveau vice-président.

Pouvoir législatif[modifier | modifier le code]

Le Majlis du peuple des Maldives compte une seule chambre de 50 membres, dont 42 sont élus pour cinq ans dans des circonscriptions à double siège, et 8 sont nommés par le président. Un atoll constitue une circonscription. L'Assemblée est élue territorialement par les 19 atolls constituant les unités administratives de base.

Partis politiques et élections[modifier | modifier le code]

Élections législatives du

Candidats Sièges
Indépendants supportant le gouvernement 28
Indépendants soutenus par le Parti démocratique maldivien 10
Autres 10
Membres nommés 8
Total 48

Le parlement des Maldives a approuvé l’introduction du multipartisme à l’unanimité le 2 juin 2005. Le Parti démocratique maldivien était déjà formé. Il fut suivi par le Parti populaire maldivien, le Parti démocratique islamique et le Parti Adhaalath.

Pouvoir judiciaire[modifier | modifier le code]

Le système judiciaire des Maldives repose essentiellement sur la charia. Les juges sont nommés par le président et dépendent du ministère de la justice. Chaque île habitée est dotée d’un chef chargé de veiller au respect de la loi.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coup d’État islamiste aux Maldives, Jean-Louis Le Touzet, le 9 février 2012, sur le site Liberation.fr
  2. « Maldives : Abdulla Yameen remporte l'élection présidentielle », RFI, 17 novembre 2013
  3. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées X
  4. « Maldives: l'opposant en exil Nasheed se présentera à la présidentielle », sur LExpress.fr (consulté le 3 février 2018)
  5. « ONU Info - Maldives : l'ONU appelle les autorités à respecter la décision de la Cour suprême », sur Centre d'actualités de l'ONU (consulté le 5 février 2018)
  6. Le Point, magazine, « Le président des Maldives décrète l'état d'urgence, un ex-président arrêté », sur Le Point (consulté le 5 février 2018)
  7. « La Cour suprême des Maldives accusée de vouloir évincer le président », sur RTBF Info (consulté le 5 février 2018)
  8. (en) Suhasini Haidar, « Maldivian arch-rivals Mohammad Nasheed and Maumoon Abdul Gayoom join forces. », sur The Hindu (consulté le 6 février 2018).
  9. « Maldives: état d'urgence déclaré pour 15 jours », sur Le Figaro (consulté le 5 février 2018)
  10. « Maldives : l'arrestation du président de la Cour suprême enfonce le pays dans la crise politique - France 24 », sur France 24 (consulté le 6 février 2018)
  11. « Maldives: le président dénonce une «conspiration» des juges », sur Le Figaro (consulté le 6 février 2018)
  12. Le Point, magazine, « Les Maldives s'enfoncent dans le chaos politique », sur Le Point (consulté le 6 février 2018)
  13. « Maldives: une crise très politique - Asie-Pacifique - RFI », sur RFI, RadioFranceInternationale, (consulté le 6 février 2018).
  14. « L'ONU parle pour les Maldives d'«attaque contre la démocratie» », sur Le Figaro (consulté le 7 février 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Harish Chandra Behera, Political system and governance in Maldives, Uppal Publishing House, New Delhi, 2011, 201 p. (ISBN 978-81-7658062-5)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :