Politique à Singapour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La politique à Singapour a pour cadre un système républicain à régime parlementaire qui, comme beaucoup de pays dans le monde actuellement, est réparti en trois pouvoirs : le législatif, l'exécutif et le judiciaire.

Le pouvoir législatif[modifier | modifier le code]

Il réside dans un parlement unicaméral, qui comprend 84 membres élus pour un mandat maximum de cinq ans.

La Chambre basse est constituée de 87 à 89 députés élus. Ils sont élus au scrutin majoritaire uninominal à un tour dans les circonscriptions ou un seul siège est à pourvoir et au scrutin majoritaire plurinominal à un tour dans les circonscriptions où 3 à 6 sièges sont à pouvoir. Un nombre de 6 sièges peuvent être attribués aux membres des 6 principaux partis de l'opposition perdants, s'ils ont obtenu au moins 15 % des suffrages. Ces sièges sont attribués à des personnes qui ne représentent pas une circonscription. Ces derniers peuvent participer aux délibérations du parlement, mais ils n'ont pas le droit de vote sur les projets de loi importants. Le président peut nommer jusqu'à 12 députés.

Le pouvoir exécutif[modifier | modifier le code]

Il est exercé par le président de Singapour qui est le chef de l'État, s’appuyant sur un système de parti dominant, ainsi que par le gouvernement dirigé par le Premier ministre.

Le président :

  • est élu au suffrage universel[1].
  • a un mandat qui ne présente pas de limite.
  • est assisté d'un conseil aviseur. Dans ce conseil, on trouve d'anciens premiers ministres.
  • détient plusieurs pouvoirs. Ces derniers sont inférieurs à ceux du président d'une république présidentielle ou semi-présidentielle.
  • nomme les membres du gouvernement.
  • détient un droit de véto[2] sur le budget des grandes entreprises publiques.
  • nomme les dirigeants.
  • est responsable de l'application de la loi sur la sécurité intérieure.

Le gouvernement:

  • est constitué par les membres du parti qui a remporté la majorité des sièges lors des élections législatives.

Le pouvoir judiciaire[modifier | modifier le code]

L’instance judiciaire supérieur est formé par la Cour suprême constituée de :

Constitution[modifier | modifier le code]

La constitution de Singapour adoptée en 1965 est toujours en vigueur.

Elle est démocratique:

  • Le régime du pays est caractéristique d'une république parlementaire monocaméral[3].
  • Il y a une séparation des pouvoirs entre le législatif, l'exécutif et le judiciaire.
  • C'est un État qui se caractérise par sa laïcité.
  • Plusieurs dispositions de la constitution reconnaissent les droits et libertés démocratiques du pays.

Élections[modifier | modifier le code]

Les électeurs ont un droit de vote qui s'exerce à 21 ans minimum. Ils doivent être tous des résidents de Singapour depuis au moins 10 ans. Tous ceux qui répondent aux critères d'électeurs à Singapour sont dans l'obligation d'aller voter sous peine de sanction. Cette règle, qui a été introduite en 1959[4] rend le taux de participation très élevé à Singapour.

Partis politiques[modifier | modifier le code]

Depuis 1959, toutes les élections à Singapour ont été remportées avec une très importante majorité par le People's Action Party (PAP)[5]. Il n'y a jamais eu de crise en 1959 par alternance des partis au pouvoir. De 1968 à 1984, aucun sièges n'a été obtenu par les partis d'opposition. Depuis cette date, ce sont seulement quelques sièges qui sont gagnés parmi les partis d'oppositions.

Le PAP est un parti fondé par Lee Kuan Yew en 1954. Il a remporté pour la quatorzième fois d'affilée les élections législatives en septembre 2015, en obtenant 83 des 89 sièges en jeu au Parlement (101 sièges, dont 89 de députés élus)[3].

Démocratie[modifier | modifier le code]

Singapour n'est pas considéré comme étant un régime totalement démocratique. Il est considéré comme étant un régime hybride, pour plusieurs raisons:

  • L'État contrôle beaucoup trop la société civile (médias d'informations et répression des dissidents).
  • La peine de mort est fréquente et peut être appliquée pour certains crimes[6].
  • La liberté d'expression est menacée par le régime. Les médias internationaux et l'opposition politique sont visés par cette menace[7].
  • Les manifestations, tells que les grèves, ne sont pas autorisées.
  • La détention sans procès pour une période indéterminée des dissidents.

Singapour est un régime néanmoins stable et légitime. Certains Singapouriens sont critiques à l'égard du régime mais la majorité de ces derniers sont satisfait de celui-ci.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Singapour Pouvoir exécutif - Gouvernement », sur www.indexmundi.com (consulté le 24 juin 2017)
  2. « Singapour | LegiGlobe », sur legiglobe.rf2d.org (consulté le 24 juin 2017)
  3. a et b « Présentation de Singapour », sur France Diplomatie : : Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères (consulté le 24 juin 2017)
  4. Isobel Leybold-Johnson, swissinfo.ch, « Le dernier canton où le vote est obligatoire », SWI swissinfo.ch, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  5. « UNdata | country profile | Singapore », sur data.un.org (consulté le 24 juin 2017)
  6. « Singapour, une démocratie autoritaire /  Blogue sur l'Asie du Sud-Est », sur redtac.org (consulté le 24 juin 2017)
  7. « Singapour. Un projet de loi menace la liberté d'expression », sur www.amnesty.org (consulté le 24 juin 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gérard Marie Henry, Singapour : un modèle de démocratie ?, Studyrama, Levallois-Perret, 2014, 364 p. (ISBN 978-2-7590-2706-4)
  • (en) Stephan Ortmann, Politics and change in Singapore and Hong Kong : containing contention, Routledge, London, New York, 2010, 228 p. (ISBN 978-0-415-55291-2)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :