Pierre Patte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pierre Patte
Biographie
Naissance
Décès
Lieu de travail
Activité
"Plan d'un Théatre suivant les Principes", Patte, 1782

Pierre Patte est un architecte français né en 1723 et mort à Mantes-la-Jolie en 1814.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierre Patte fait ses études sous la direction de Germain Boffrand.

Il fut le premier architecte de Christian IV, duc des Deux-Ponts-Birkenfeld, de 1756 à 1775, succédant à Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne. Il réalisa la décoration de son hôtel parisien de la rue neuve Saint-Augustin en 1767, ex-hôtel de Lorge. La planche de la chambre de parade fut publiée dans le tome V du Cours d'architecture de Blondel.

Assistant de Jacques-François Blondel, il termine son Cours d'architecture après la mort de celui-ci en 1774 et se charge de le faire éditer. Il est lui-même l'auteur d'un ouvrage intitulé Monuments érigés en France à la gloire de Louis XV (1765).

Il invita à penser la ville comme un ensemble, et fut l'un des premiers à présenter sur un plan de ville des sections montrant les immeubles et le système d'égouts en coupe.

À Paris, il propose l’ouverture de voies rectilignes traversant les anciens quartiers et le déménagement des cimetières et des hôpitaux hors de la ville. Dénonçant « l'espace chaotique et embrouillé, amas de maisons pèle-mêle où il semble que le hasard seul ait présidé », il envisage en 1765 la destruction de l’île de la Cité. Ces conceptions préfigurent les grands travaux réalisés par le baron Haussmann.

Il est l'auteur de projets pour la reconstruction de l'Opéra de Paris.

A compter des années 1770, il fut l'architecte du duc de Charost, Armand-Joseph de Béthune. Il rebâtit en 1777 son hôtel parisien près de Saint-Sulpice et oeuvra sur sa terre normande de Bolbec (église Saint-Michel et hôtel).

Il est surtout réputé pour son oeuvre de théoricien de l'architecture, ses compétences de graveur et d'auteur d'estampes d'architecture. Il collabora à de nombreux ouvrages de son temps dont l'Encyclopédie.

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Abregé de la vie de Monsieur Boffrand, 1754
  • Discours sur l'architecture, où l'on fait voir combien il seroit important que l'étude de cet art fit partie de l'éducation des personnes de naissance ; à la suite duquel on propose une manière de l'enseigner en peu de temps, 1754
  • Monumens érigés en France à la gloire de Louis XV, précédés d'un tableau du progrès des arts et des sciences sous ce règne, ainsi que d'une description des honneurs et des monumens de gloire accordés aux grands hommes... et suivis d'un choix des projets qui ont été proposés pour placer la statue du roi dans les différens quartiers de Paris, 1765 disponible sur Gallica
  • De la Manière la plus avantageuse d'éclairer les rues d'une ville pendant la nuit, en combinant ensemble la clarté, l'économie et la facilité du service, 1766, lire en ligne
  • Mémoire sur l'achèvement du grand portail de l'église de Saint-Sulpice, 1767
  • Mémoires sur les objets les plus importans de l'architecture, 1769 disponible sur Gallica
  • Mémoire sur la construction de la coupole, projettée pour couronner la nouvelle église de Sainte-Geneviève à Paris, 1770 disponible sur Gallica
  • Description du théâtre de la ville de Vicence en Italie, chef-d'œuvre d'André Palladio, levé et dessiné par M. Patte, 1780
  • Essai sur l'architecture théâtrale, ou De l'ordonnance la plus avantageuse à une salle de spectacles, relativement aux principes de l'optique et de l'acoustique, 1782 disponible sur Gallica
  • Mémoires qui intéressent particulièrement Paris, 1800
  • Les Véritables jouissances d'un être raisonnable vers son déclin, avec des observations sur les moyens de se conserver sain de corps et d'esprit jusqu'à l'âge le plus avancé, 1802
  • Fragments d'un ouvrage très important, qui sera mis sous presse incessamment, intitulé : L'Homme tel qu'il devrait être, ou la Nécessité démontrée de le rendre constitutionnel, pour son bonheur, et d'établir, par des lois vraiment conformes à sa nature, l'empire absolu que doit avoir son moral sur son physique, 1804

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Cachau, "Le château de Christian IV, duc des Deux-Ponts, à Jägersburg. Un château français en Allemagne (1752-1756)", Francia, n° 39, 2012, p. 135-165.
  • Philippe Cachau, Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne, dernier des Mansart (1711-1778), thèse d'histoire de l'art, Paris-I, 2004, t. I et II (château de Jägersburg).
  • Mathieu Mae, Pierre Patte : sa vie et son œuvre, Paris, Alcan / Presses universitaires de France, 1940.

Liens externes[modifier | modifier le code]