Pierre Lherminier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pierre Lherminier
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 90 ans)
NeversVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Pierre Marie ThévenetVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Historien du cinémaVoir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie

Pierre Lherminier est un historien français du cinéma né le à Oullins et mort le à Nevers[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Frère de René Thévenet, Pierre Lherminier naît Pierre Thévenet le à Oullins. Il fait ses débuts en participant à la constitution de l'Annuaire bibliographique du cinéma et de la télévision en France (Contact Organisation, 1953) et en créant, en 1955, la librairie spécialisée dans le cinéma, Contacts (rue du Colisée, Paris).

À la fin des années 1950, Pierre Seghers lui confie la direction d'une anthologie sur le 7ème art, L'Art du cinéma (Seghers, 1962). Le succès critique et public de cette anthologie conduit Pierre Lherminier à proposer, toujours aux éditions Seghers[2], "Cinéma d'aujourd'hui", une collection de monographies sur le cinéma consacrée aux grands réalisateurs du cinéma mondial.[3]. Elle est lancée le en présence de nombreux critiques et réalisateurs[4]. Le Film français note qu'elle connaît dès ses débuts un « exceptionnel succès »[4]. Recordman absolu, le Jean-Luc Godard de Jean Collet se vend ainsi à plus de 20 000 exemplaires[5].

En 1973, à la suite d'un différend qui l'oppose à Robert Laffont, nouveau propriétaire des éditions Seghers, Pierre Lherminier quitte la maison. Il devient éditeur indépendant en 1975, initialement sous l'enseigne « Filméditions » (1975-1981), puis sous celle d'Éditions Pierre Lherminier[6]; il reprend le nom « Cinéma d'aujourd'hui » et le transforme en une revue trimestrielle, puis créé plusieurs collections de livres de cinéma ("Cinéma permanent", "Cinéma université", "Cinéma classique", etc.).

En 1979-1980, il publie l'édition en fac simile, saluée par la critique[6], qui réunit l'ensemble des numéros de la Revue du cinéma [7] de Jean George Auriol (1928-1932, 1946-1949). Après des résultats décevants, la société dépose le bilan en novembre 1987.

Pierre Lherminier continue néanmoins l'aventure de l'édition en prenant la direction de « Spectacle Poche » aux éditions des Quatre-Vents[6]. Il signe plusieurs ouvrages et édite les écrits de Louis Delluc[8] et Jean Vigo. De 2003 à 2009, il prend aussi la direction, chez L'Harmattan, de la collection "Le Temps de l'image".

En 2012, il publie ainsi un premier tome d'Annales du cinéma français[9],[10],[11], projet « modeste et ambitieux » qui constitue une « somme d’intelligente érudition » pour Philippe Roger[12], ou un « ouvrage de référence de tout premier ordre » pour Laurent Aknin[13].

Il a été rédacteur en chef de la revue Présence du cinéma français à compter de 1986[6], ainsi que de Cinéma d'aujourd'hui (1976-1979).

En 1973, il fonde le Comité de liaison de l'édition cinématographique, qui organise un premier salon du livre du cinéma en 1985 — forme reprise par la suite par la Cinémathèque française[5].

Il a déposé une partie de ses archives à l'Institut mémoires de l'édition contemporaine en 1996[14].

Pierre Lherminier meurt le à l'âge de 90 ans, des suites de la Covid-19[15].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • L'Art du cinéma (préf. André Malraux), Paris, Seghers, 1960 (notice BnF no FRBNF33079155).
  • Avec Ado Kyrou, Luis Buñuel, Paris, Seghers, 1964 (notice BnF no FRBNF33067298).
  • Jean Vigo, Paris, Seghers, 1967 (notice BnF no FRBNF33079156). Rééd. Éditions Pierre Lherminier, 1984.
  • Ed. Le Cinéma en 100 000 pages, Paris, Comité de liaison de l'édition cinématographique / Cinéma d'aujourd'hui, 1980.
  • Éd. de Jean Vigo. Œuvre de cinéma, Paris, La Cinémathèque française / Lherminier, 1985.
  • Éd. Louis Delluc, Écrits cinématographiques, Paris, La Cinémathèque française / Cahiers du cinéma, 1985-1990, 4 vol.
  • Dir., Cinéma pleine page : l'édition cinématographique de langue française, Paris, Flammarion, 1985 (ISBN 2-86244-042-6).
  • Dir. avec Laurent Mannoni et Jacques Legrand, Chronique du cinéma, Boulogne-Billancourt, Chronique, 1992 (ISBN 2-905969-55-5).
  • Signoret, Montand : deux vies dans le siècle, Paris, Ramsay, 2005 (ISBN 2-84114-740-1).
  • Ed. de Charles Pathé, Écrits autobiograohiques, Paris, L'Harmattan, 2006 (coll. Le Temps de l'image).
  • Jean Vigo, un cinéma singulier, Paris, Ramsay, 2007 (coll. Ramsay poche cinéma) (ISBN 978-2-84114-871-4).
  • Louis Delluc et le cinéma français, Paris, Ramsay, 2008 (coll. Ramsay poche cinéma) (ISBN 978-2-84114-985-8).
  • Annales du cinéma français : les voies du silence (1895-1929), Paris, Nouveau monde éditions, 2012 (ISBN 978-2-36583-328-8).


Directeur de collections

- Cinéma d'aujourd'hui, éditions Seghers, 1962-1973. 80 titres.

- Cinéma club, éditions Seghers, 1967-1974. 10 titres.

- Cinéma 2000, éditions Seghers, 1973-1974. 12 titres.

- Cinéma d'aujourd'hui (revue), Filméditions, 1975-1980. 15 numéros.

- Le cinéma et son histoire, Filméditions, 1978-1986. 4 titres.

- Le cinéma en mémoire, Filméditions, 1979-1984. 4 titres.

- Cinéma université, Fiméditions, 1977-1982. 3 titres.

- Cinéma présent, Editions Pierre Lherminier

- Cinéma futur, Éditions Pierre Lherminier

- Cinéma permament, Éditions Pierre Lherminier, 1977-1985. 7 titres.

- Cinéma classique, Éditions Pierre Lherminier, 1984-1985.

- Cinéma classique / Les cinéastes, Éditions Pierre Lherminier, 1984. 4 titres.

- Le cinéma et ses hommes, Éditions Pierre Lherminier, 1985. 4 titres.

- Le Champ de la caméra, Éditions Pierre Lherminier, 1980. 1 titre.

- Le cinéma même, Éditions Pierre Lherminier

- Bibliothèque du spectacle, Éditions Pierre Lherminier, 1986. 4 titres.

Références[modifier | modifier le code]

  1. État civil sur le fichier des personnes décédées en France depuis 1970
  2. https://www.franceculture.fr/personne-pierre-lherminier.html
  3. JACQUES SICLIER., « LE GUIDE DU CHERCHEUR D'OR », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  4. a et b « Cinéma d'aujourd'hui », Le Film français, no 932, 6 avril 1962.
  5. a et b Fiamma 2006.
  6. a b c et d Bauvy 1989.
  7. JACQUES SICLIER., « POUR LA PLUS GRANDE JOIE DES CINÉPHILES », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  8. « Louis Delluc aurait cent ans Pour célébrer le centenaire du cinéaste également essayiste et critique l'intégrale de ses écrits », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  9. https://bibliobs.nouvelobs.com/de-l-ecrit-a-l-ecran/20130517.OBS9605/quand-la-france-avait-le-premier-cinema-du-monde.html
  10. Thomas Sotinel, « Quand la France était reine du cinéma », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  11. https://www.humanite.fr/culture/aux-premiers-ages-du-cinema-511962
  12. Recension de Philippe Roger dans Études, no 5, 2013 (lire en ligne).
  13. Recension de Laurent Aknin dans L'Avant-scène cinéma, 2013, p. 160 (lire en ligne).
  14. https://portail-collections.imec-archives.com/ark:/29414/a011454586378wd3iYW
  15. Dahlia Girgis, « Décès de Pierre Lherminier, éditeur et historien du cinéma », sur Livres Hebdo, (consulté le 4 février 2021)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Bauvy, « Pierre Lherminier : le danseur de corde dans un bain de jouvence », Script, no 4, été 1989, p. 11-13.
  • Mémoire de master de Caroline Fiamma consacré à Pierre Lherminier, soutenu en 2006. Entretien avec lui.
  • Alain Masson, "Pierre Lherminier 1931-2021 : la sobriété de l'historien", Positif n°722, avril 2021.
  • Bernard Bastide, "In memoriam Pierre Lherminier(1931-2021), 1895 : revue d'histoire du cinéma n°93, printemps 2021.

Liens externes[modifier | modifier le code]