Jean Collet (écrivain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean Collet
Jean-Collet.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Jean Collet est un écrivain français, théoricien du cinéma et professeur des universités, né à Pau le et mort le [1],[2],[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Pau, Jean Collet poursuit ses études à Paris, à l'École technique de photographie et de cinéma de la rue de Vaugirard (devenue ENS Louis Lumière)[4], et à l’université Paris-Sorbonne, où il suit une licence de philosophie[4]. Il y découvre notamment l’œuvre de Gaston Bachelard, qui sera l’un de ses grands inspirateurs.

Il est journaliste à Télérama de 1959 à 1971, aux Cahiers du cinéma de 1961 à 1968 et, à partir de 1965, critique de films à la revue Études[2],[3]. Parallèlement, il anime des ciné-clubs dans toute la France et à l'étranger, dans le cadre de l'Alliance française[1].

Il écrit de nombreux ouvrages sur le cinéma. Il est, en particulier, le premier à consacrer, dès 1963, une monographie à Jean-Luc Godard publiée aux éditions Seghers dans la collection « Cinéma d'aujourd'hui »[3].

Il œuvra également à faire du cinéma une discipline à part entière dans les universités en créant l'enseignement du cinéma à Paris VII, en 1970, à l’université de Dijon, en 1972 et à l’université de Caen, en 1974[1]. Professeur à l'université Paris-Descartes et au Centre Sèvres, il a collaboré à l'Institut National de l'Audiovisuel (INA)[4] puis au département Fictions d’Arte[1]. Contributeur de nombreux articles de l’Encyclopædia Universalis[5], il a été conseiller pour le cinéma pour le département des dictionnaires et encyclopédies de Larousse.

Conception du cinéma[modifier | modifier le code]

La critique, avait coutume de dire Jean Collet, est l'art d'aimer, et le critique doit « défendre humblement et courageusement » ce qu'il aime[1],[6]. Il aime le cinéma « parce qu'il est depuis son origine le grand art populaire de notre temps »[6], guettant des films qui « l'arrachent » à sa « léthargie », à son « indifférence »[6].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e « Le critique et théoricien du cinéma Jean Collet est mort », sur cnc.fr (consulté le 14 novembre 2020).
  2. a et b « Les essentiels Culture », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 14 novembre 2020).
  3. a b et c Jean-Baptiste Morain, « L'historien et critique de cinéma Jean Collet est mort », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne).
  4. a b et c « Mon ami Jean Collet », Mediapart,‎ (lire en ligne).
  5. Voir sur universalis.fr.
  6. a b et c Cité sur lesechos.fr à propos du numéro de mai 2006 de la Revue des Deux Mondes : « Comment va le cinéma français ? »

Liens externes[modifier | modifier le code]