Pierre de Saint-Priest d'Épinac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Pierre IV d'Épinac)
Aller à : navigation, rechercher
Pierre de Saint-Priest d'Épinac
Espinac.jpg

Pierre d'Épinac, archevêque de Lyon.
Paris, BnF, département des estampes, vers 1570.

Fonction
Archevêque
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 58 ans)
LyonVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité

Pierre de Saint-Priest, né le 10 mai 1540 à Apinac, mort le 10 mai 1599 à Lyon. Il est archevêque de Lyon, diplomate et chef du parti ligueur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierre est le troisième fils et quatrième enfant de Pierre de Saint-Priest (+1556), seigneur d'Espinac et lieutenant général du Roi pour la Bourgogne, et de Guicharde d'Albon, fille de Guillaume III et sœur de monseigneur Antoine d'Albon, archevêque de Lyon.

Nommé chanoine-comte de Lyon à 10 ans en 1552, il fait des études à Toulouse où il est reçu "docteur en l'un et l'autre droit" (c'est-à-dire en droit civil et en droit canon). Il est chamarier en 1559 et doyen du chapitre de la primatiale Saint-Jean de Lyon en 1569 ; à plusieurs reprises il est désigné par ses confrères pour les représenter. Il est aussi abbé de l'Île Barbe, abbé d'Ainay et prieur de Saint-Rambert.

En 1573, Antoine d'Albon résigne la dignité épiscopale en sa faveur, et sur les instances du pape Grégoire XIII, le roi accepte ce choix. Pierre d'Espinac prend possession de son siège le 2 octobre 1574. Il est le premier titulaire noble de cet évêché à avoir fait figurer une couronne sur ses armes ecclésiastiques.

Homme de talent, zélé dans l'exercice de sa charge, on le voit prêcher dans sa cathédrale, administrer les sacrements et participer aux processions. En 1577, il publie de nouveaux statuts synodaux en y incluant les prescriptions du Concile de Trente. Il s'efforçe de remettre un peu de tenue dans ses abbayes où la règle et l'office divin étaient quelque peu délaissés.

Il ne reste pas longtemps dans son diocèse : député aux États de Blois en 1577, il préside, en tant que Primat des Gaules, l'assemblée du clergé tenue à Melun en 1579. Il est aussi envoyé en ambassade en Angleterre par le roi Henri III, avant son retour définitif en 1590.

Ayant été ligueur, d'ailleurs modéré, il s'attire l'inimitié du roi Henri IV, ce qui explique que l'avènement de ce roi coïncide avec la fin de son temps d'ambassade.

Le château d'Ombreval, aujourd'hui mairie de Neuville-sur-Saône

Pendant les neuf années qui lui restent, il réside souvent dans le château d'Ombreval à Vimy. Ce château avait été construit en 1458 par Monsieur d'Ombreval ; il fut ensuite en la possession de la famille Buatier, jusqu'à ce qu'il fut acquis par Mgr d'Espinac en communauté avec sa sœur Madame de Gresolles en 1586. Cette acquisition fut réalisée pour la somme de 7 500 écus versés à Symphorien Buatier seigneur de Montjoli. À la mort de Mgr d'Espinac, sa sœur fut contrainte de vendre le château pour payer les dettes de son frère. Il fut acquis par Jean Livet, secrétaire de l'archevêque de Lyon, qui s'était enrichi aux dépens de son maître.

Mgr d'Espinac meurt à Lyon le 9 janvier 1599, et est inhumé dans la chapelle Sainte-Madeleine de la Primatiale Saint-Jean de Lyon.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Pierre d'Épinac, archevêque de Lyon.
Estampe du graveur Léonard Gaultier, Pourtraictz de plusieurs hommes illustres qui ont flory en France depuis l'an 1500 jusques à présent.
  • Harengue prononcée devant le Roy, séant en ses Estats-généraulx à Bloys [le 17 janvier 1577], par... Pierre d'Épinac,... au nom de l'estat ecclésiastique de France. Paris : P. L'Huillier, 1577. 8°, 131 p. Rééditée en 1588. [Sur Gallica]
  • Ordonnances contenant le reiglement provisionnal, pour l'exercice de la justice spirituelle et ecclesiastique, des Cours de la Primace, et autres de l'Archevesché et diocese de Lyon, fait par Pierre de Pinac, archevesque et comte de Lyon. Lyon : Jacques Roussin, 1581. 8°, 28 p. [Sur Gallica]
  • Response de par Messieurs de Guyse, à un advertissement. [S.l.] : 1585. 8°, 24 p. [Sur Gallica]
  • Lettres du Roy, escrites à ... Messire Pierre d'Épinac, archevesque & comte de Lyon, primat des Gaules, & conseiller du Roy en son Conseil d'Estat, ensemble l'exhortation faicte par mondit seigneur le révérendissime, au peuple de son diocèse, pour rendre graces à Dieu de l'heureuse bénédiction donnee par nostre S. Père le Pape Clément VIII au Roy tres-chrestien Henry, IIII. Roy de France & de Navarre. Lyon : Thibaud Ancelin et Guichard Jullieron, 1595. 8°, 14 p. [Sur Gallica]
  • Mandement de Monseigneur l'archevesque, comte de Lyon pour le faict de la paix, avec la lettre du Roy (Saint-Germain-en-Laye ; 10 juin 1598). Lyon : Jacques Roussin, 1598. 8°, 10 p. [Sur Gallica]
  • Chansons spirituelles. Elles ont été citées par Du Verdier[1] comme ayant été mises en musique par Gilles Maillard, et sont restées manuscrites (et maintenant perdues).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Du Verdier 1585.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Antoine Du Verdier. La Bibliothèque... Lyon : 1585. Rééd. Paris, 1772, éd. Rigoley de Juvigny.
  • François Grudé de La Croix Du Maine. La Bibliothèque... Paris : 1584. Rééd. Paris, 1772, éd. Rigoley de Juvigny.
  • Pierre Richard (abbé), Pierre d'Épinac, archevêque de Lyon (1573-1599) : la Papauté et la Ligue française, Paris / Lyon, Alphonse Picard et fils / A. Effantin, , XXXVII-672 p. (présentation en ligne, lire en ligne), [présentation en ligne].