Pierre Durand (guitariste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pierre Durand
Naissance (46 ans)
Activité principale Guitariste, musicien
Genre musical Jazz
Instruments Guitare, guitare électrique
Années actives Depuis 1998
Labels Les disques de Lily
Site officiel http://www.pierredurandmusic.com

Pierre Durand est un guitariste de jazz, compositeur et arrangeur français, né le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierre Durand est guitariste et compositeur de jazz. Dès 5 ans la guitare s’est imposée à lui. Son premier choc musical s’appelle Atahualpa Yupanqui.

À 16 ans, son professeur de musique classique, Philippe Lombardo[1], lui fait découvrir le Blues, c’est une révélation. À la majorité, c’est le Jazz qui le happe en découvrant Archie Shepp, Count Basie, Wayne Shorter, John Scofield et les Neville Brothers.

Attiré par les musiques à racines, il rentre au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, section jazz et musiques improvisées (Prix de conservatoire 2003)[2] pour tout d'abord étudier la musique traditionnelle d'Inde du Nord auprès du sitariste Patrick Moutal[3].

Il obtient plusieurs prix lors du Concours national de jazz de la Défense :

  • 2002 : prix de groupe avec Le Grand Rateau de Jérôme Rateau
  • 2003 : prix de groupe avec Rockingchair Quintet de Sylvain Rifflet (de) et Airelle Besson (Djangodor 2005 pour l'album éponyme Rockingchair))[4]
  • 2005 : prix de groupe et prix de composition avec le Pierre Durand « Roots » Quartet

État d'esprit[modifier | modifier le code]

Pour lui, le Jazz est plus un état d'esprit qu'un style musical. On y mélange toutes les musiques du monde avec l'improvisation.

Sinon, comment inclure à la fois le côté punk d'un John Zorn, l'Orient de Rabih Abou Khalil, La Nouvelle Orléans de Sidney Bechet et le Spoken Word de Tom Waits lorsqu'il interprète Diamonds on my windshield ?

Pierre Durand cherche à donner du sens aux notes, quitte à en jouer peu, afin de raconter des histoires musicales sans paroles.

Repoussant sans cesse sa zone de confort, il fait en sorte de varier ses aventures musicales, tout en gardant son identité. On peut donc tout aussi bien l'entendre au Caveau de la Huchette, dans une formation au son pop, que sur une scène de musique improvisée.

Il a prévu d'enregistrer sept albums sous son nom ; après quoi il continuera de jouer mais exclusivement pour les autres. C'est pourquoi ses albums sont tous nommés par chapitres.

Croisements, Actions Culturelles, Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Féru de cinéma, Pierre Durand propose également des ciné-concertsen solo ou en duo sans préférence de genres (Murnau, Dreyer, Keaton, Lang, Renoir…)
  • Amoureux de la littérature, il se produit également avec le metteur en scène Joël Jouanneaudans le cadre de concerts-lectures(Faulkner, Michaux, Cendrars…)
  • Très attaché à la transmission et au rôle émancipateur de la culture, Pierre Durand enseigne au conservatoire du XXe arrondissement de Paris dans le cadre d’un dispositif singulier : il enseigne le jazz à des enfants et adolescents issus dans des établissements issus du réseau d’éducation prioritaire (REP).
  • Aux côtés de Marine Bercot, il anime des ateliers d’écriture et de composition en Seine Saint-Denis au sein de classes relais dans le cadre du programme « Art et Culture au Collège » de l’association Zebrock.
  • Il se produit également en prison ou en milieu hospitalier.
  • Il est enfin professeur de guitare au Pôle Supérieur Paris Boulogne-Billancourt

Projets Personnels[modifier | modifier le code]

  • SOLO "AROUND NOLA"
  • Pierre Durand "ROOTS" 4tet avec Hugues Mayot (sax tenor), Guido Zorn (cb), Joe Quitzke (dr).

Bientôt une nouvelle formation et un "Chapter three" à paraître.

Co-lead[modifier | modifier le code]

  • Ravi(e)s avec Marine Bercot (Duo chanson urbaine, entre chant et Spoken Word).
  • Un Jour de Blues à Bamako / Portrait d'Ali Farka Touré avec Joce Mienniel.

Collaborations[modifier | modifier le code]

Archie Shepp[5], Yasiin Bey (Mos Def), Daniel Humair, Daniel Zimmermann, Sébastien Texier, François Jeanneau[6], Anne Paceo, Raphael Imbert, Didier Ithursarry, Émile Parisien, Vincent Lê Quang,Vincent Peirani, Sylvain Cathala[7], Franck Vaillant[7], David Patrois, Orchestre national de jazz direction artistique Frédéric Maurin, Richard Turegano, François Cotinaud[8], Sébastien Llado, Vincent Boisseau, Fred Chiffoleau, Daniel Beaussier, Bruno Chevillon[8], Denis Charolles, François Merville[8],dans l’Orchestre national de jazz de Daniel Yvinec avec John Hollenbeck[9] notamment, dans l’orchestre de Soundpainting de François Jeanneau, le X'tet de Bruno Régnier, et également avec Giovanni Mirabassi[10], Jean-Jacques Milteau[11], l'Orchestre National de Jazz de Paolo Damiani, Richard Bonnet, Jocelyn Mienniel[9], Airelle Besson[12], Jérôme Regard...

Albums[modifier | modifier le code]

En tant que leader[modifier | modifier le code]

  • 2016 : Chapter Two: ¡Libertad!, Pierre Durand "Roots" Quartet, Les disques de Lily "Choc" Jazzman, Indispensables "Jazznews", "ELU" Citizen Jazz, "Disque du Jour" Tsf, "À découvrir d'urgence" Les Inrocks...
  • 2012 : Chapter One: NOLA improvisations, Les Disques de Lily "Révélation Jazzman", Indispensable Jazznews, "ELU" Citizen Jazz, "Disque du Jour" TSF, "OUI" Culture Jazz...

Co-leader[modifier | modifier le code]

  • Marine Bercot, Ravi(e)s[13]
  • 2020 : Un Jour de Blues à Bamako / Hommage à Ali Farka Touré (en collaboration avec Joce Mienniel)

Sideman[modifier | modifier le code]

  • 2020 : ONJ, Dancing in you Head (Ornette Coleman Galaxy)
  • 2020 : Didier Ithursarry, ATEA
  • 2019 : Céline Bonacina, Fly Fly (Crystal Records)
  • 2016 : Daniel Zimmermann, Montagnes Russes (Label Bleu)
  • 2016 : Sébastien Texier, Dreamers Quartet (Cristal Records)
  • 2015 : Archie Shepp, I Hear The Sound (Archieball) / sélectionné aux Grammy Award
  • 2014 : Sylvain Cathala, Live au Sunset (Connexe Sphère)
  • 2013 : François Cotinaud, Topologie d'un manège (Musivi, Great Winds)
  • 2012 : Claudio Pallaro, Desert Dance (Pallaro Records)
  • 2012 : David Patrois, Freedom Jazz Dance (Arts et Spectacles)
  • 2012 : X'tet Bruno Régnier, Créatures (Mikrokosmos)
  • 2009 : Ciné X'tet Bruno Régnier, The Mark of Zorro (Jazz à Tout Va Productions)
  • 2008 : Ciné X'tet Bruno Régnier, Sherlock Jr. (Jazz à Tout Va Productions)
  • 2008 : Ciné X'tet Bruno Régnier, Steamboat Bill Jr. (Jazz à Tout Va Productions)
  • 2007 : Marine Bercot, Ma Langue au chat (Le Chant du Monde / Harmonia Mundi)
  • 2007 : David Patrois, Il Sogno di Diego (Cristal Records)
  • 2007 : Airelle Besson, Sylvain Rifflet, Rocking Chair (Chief Inspector) Djangodor Premier album 2007
  • 2006 : B.O du film Changement d'adresse d'Emmanuel Mouret, musique de Franck Sforza
  • 2005 : Richard Turegano Quintet, Bilan de santé (Visages)
  • 2004 : Marine Bercot, Les Amants (Chant du Monde / Harmonia Mundi)
  • 2004 : À Suivre X'tet Bruno Régnier, Variations Altérées (Yolk)
  • 2002 : Greg Szlap, La part du diable (Night and Day)
  • 1998 : Giovanni Mirabassi, Architectures (Sketch Records)

Références[modifier | modifier le code]

  1. « LOMBARDO Philippe », sur Editions Soldano, (consulté le 2 décembre 2019)
  2. Biographie sur le site de CD1D / Fédération de labels indépendants
  3. (en-GB) « Homepage », sur Patrick Moutal Site - Indian Music - Musique indienne (consulté le 2 décembre 2019)
  4. Arnaud Stefani, « Chronique : Pierre Durand Chapter One : NOLA Improvisations », citizenjazz.com, (consulté le 11 mai 2016)
  5. citedelamusique.fr
  6. Laurent Poiget, « François Jeanneau au 45° », citizenjazz.com, (consulté le 11 mai 2016)
  7. a et b Nicolas Dourlhès, « Chronique Cathala / Durand / Vaillant Live au Sunset », citizenjazz.com, (consulté le 11 mai 2016)
  8. a b et c Olivier Acosta, « François Cotinaud Trio Algèbre », citizenjazz.com, (consulté le 11 mai 2016)
  9. a et b Frank Bigotte, « ONJ Yvinec - « Shut Up and Dance » au Charlie Jazz Festival, Vitrolles », citizenjazz.com, (consulté le 11 mai 2016)
  10. Georges Benoît, « Giovanni Mirrabassi Architectures », sur www.chronicart.com, (consulté le 11 mai 2016)
  11. Bruno Pfeiffer, « Jazzmen méconnus et Jazzman connu (I) », sur jazz.blogs.liberation.fr, Libération, (consulté le 11 mai 2016)
  12. « Airelle Besson « Éternité », featuring Rhoda Scott », sur www.parisjazzfestival.fr, (consulté le 11 mai 2016)
  13. Présentation sur le site de Marine Bercot

Liens externes[modifier | modifier le code]