Emmanuel Mouret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mouret.
Emmanuel Mouret
Description de cette image, également commentée ci-après
Emmanuel Mouret en 2016 au festival du film de Cabourg
Naissance (48 ans)
Marseille, Bouches-du-Rhône, France
Nationalité Drapeau de la France Français
Profession Réalisateur et acteur
Films notables Laissons Lucie faire !
Vénus et Fleur
Changement d'adresse
Un baiser, s'il vous plaît !
Fais-moi plaisir !
L'Art d'aimer

Emmanuel Mouret est un réalisateur et acteur français né le à Marseille.

Biographie[modifier | modifier le code]

Emmanuel Mouret réalise un premier court métrage[1] à l'âge de 19 ans, alors qu'il vit encore à Marseille[2].

Ayant déménagé à Paris, il suit pendant quatre ans des études d’art dramatique, puis intègre la Fémis en section « réalisation ». Il en sort diplômé en 1998 et son film de fin d'études Promène-toi donc tout nu ! a l'honneur d'une sortie en salle en 1999[3].

À l'instar de Sacha Guitry, Woody Allen, ou Dany Boon, le cinéaste joue fréquemment le rôle principal de ses films, interprétant un jeune homme candide et maladroit. Il signe chaque fois le scénario.

Il écrit et réalise son premier long métrage en 2000, Laissons Lucie faire !, dans lequel il joue et dirige Marie Gillain. Il enchaîne quatre ans plus tard avec son deuxième long métrage, Vénus et Fleur, porté par des actrices inconnues dans les rôles-titres. Le film est sélectionné pour La Quinzaine des réalisateurs en 2004 à Cannes[4].

Il en va de même pour Changement d'adresse, qui sort en 2006. Il y offre son premier rôle au cinéma à Frédérique Bel, à qui il donne aussi la réplique. La comédienne devient « sa muse » et jouera dans quatre autres de ses films.

Elle le suit ainsi pour une seconde comédie douce-amère, Un baiser, s'il vous plaît !, son quatrième film, où il tient le premier rôle masculin, entouré d'une large distribution comportant Virginie Ledoyen et Julie Gayet[5].

En 2008, en tant qu'acteur, il se laisse diriger par Claire Simon pour le film franco-belge, Les Bureaux de Dieu, où il tient un second rôle, au sein d'un casting français soigné.

Il revient en 2009 avec son cinquième film, Fais-moi plaisir !, une nouvelle comédie à la large distribution : il retrouve une troisième fois Frédérique Bel mais dirige aussi Judith Godrèche et Déborah François.

Emmanuel Mouret tourne à l'automne 2010 son sixième long-métrage, L'Art d'aimer, qui sort en 2011[6]. Ce film choral lui permet de retrouver une flopée de ses acteurs fétiches, dont Bel. Pour la première fois, il ne tient pas le premier rôle masculin, mais le confie à François Cluzet. Ce long-métrage semble aussi boucler une trilogie.

Ainsi, fin 2013, il passe pour la première fois au drame pour son septième long-métrage, Une autre vie, mais ne s'éloigne pas pour autant de la romance, formant un triangle amoureux entre Jasmine Trinca, JoeyStarr et Virginie Ledoyen, qu'il retrouve pour une seconde fois.

Et en 2015, il revient à la comédie de mœurs et au rôle principal masculin pour Caprice[7]. Il s'entoure cette fois d'Anaïs Demoustier dans le rôle-titre, Virginie Efira dans le premier rôle féminin et Laurent Stocker de la Comédie Française dans le rôle du meilleur ami du héros. Le film est récompensé par au Festival du film de Cabourg 2015 par un Swann d’Or du meilleur long-métrage.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ce court métrage a pour titre Il n'y a pas de mal
  2. Entretien avec Nicolas Chemin et Richard Dalla Rosa sur le site www.objectif-cinema.com
  3. Sabrina Champenois, « La carte du tendre », Libération,‎ (lire en ligne)
  4. « Emmanuel Mouret : biographie, news, photos et videos », Télé Loisirs (consulté le 13 septembre 2018)
  5. « Emmanuel Mouret - La biographie de Emmanuel Mouret avec Gala.fr », sur Gala.fr, Prisma Media (consulté le 13 septembre 2018)
  6. Olivier Delcroix, « Emmanuel Mouret et ses comédies sur canapés », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  7. Aurélien Ferenczi, « Caprice de Emmanuel Mouret - (2015) - Film - Comédie » (consulté le 13 septembre 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]