Pierre Delfortrie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pierre Delfortrie
Fonctions
Sénateur du Nord
Prédécesseur Lui-même
Conseiller de la République
Prédécesseur -
Successeur Lui-même
Conseiller général du Nord
(élu pour le Canton d'Haubourdin)
Prédécesseur Auguste Potié (Gauche démocratique)
Successeur Eugène Dereuse (SFIO)
Adjoint au maire d' Haubourdin
Biographie
Nom de naissance Pierre Delfortrie
Date de naissance
Lieu de naissance Haubourdin (Nord)
Date de décès (à 73 ans)
Lieu de décès La Madeleine (Nord)
Nationalité Drapeau de France Français
Parti politique Républicains indépendants
Profession Directeur général

Pierre Delfortrie, né le à Haubourdin (Nord) et mort le à La Madeleine (Nord) est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après l'obtention de son brevet d'études supérieures, Pierre Delfortrie entre aux établissements Gillet-Thaon, importante entreprise de blanchisserie-teinturerie ; il y fera toute sa carrière et accèdera, après la Libération, aux fonctions de directeur général. Son entrée dans la vie politique s'opère lors des municipales de 1929, qui lui permettent de devenir adjoint au maire d' Haubourdin, sa ville natale ; il y siège jusqu'en 1935. De 1928 à 1934, il est également conseiller général du Nord. Très actif et dynamique, Pierre Delfortrie est amené, durant l'entre-deux-guerres, à diriger de nombreuses sociétés professionnelles ou locales.

Il accède, après guerre, à son premier mandat national, avec son élection par l'Assemblée nationale au Conseil de la République le 19 décembre 1946, pour y représenter les Républicains indépendants. Il siège à la Commission de la presse, et à celle de la production industrielle

En novembre 1944, président du Club de football de l'Olympique lillois, il signe avec Louis Henno, président du Fives Sporting Club, la Charte de création du LOSC, fusion des deux clubs..

Aux élections du 7 novembre 1948 au Conseil de la République, il est en deuxième place sur la liste présentée, dans le Nord, par les Indépendants et le RPF, qui remporte trois des neuf sièges à pourvoir, avec 1 183 foix sur 3 949 suffrages exprimés.

Tête de la liste de la Fédération républicaine indépendante et radicale aux élections sénatoriales du 19 mai 1952, il échoue alors à conserver son siège . Pierre Delfortrie se retire alors de la vie politique; il meurt l'année suivante à son domicile de La Madeleine, près de Lille[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]