Philippe Kemel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Philippe Kemel
Illustration.
Philippe Kemel en .
Fonctions
Député français

(5 ans)
Élection 17 juin 2012
Circonscription 11e du Pas-de-Calais
Législature XIVe
Groupe politique SRC puis SER
Prédécesseur Odette Duriez (PS)
Successeur Marine Le Pen (FN)
Maire de Carvin
En fonction depuis le
(17 ans, 7 mois et 28 jours)
Élection 18 mars 2001
Réélection 9 mars 2008
30 mars 2014
Prédécesseur Odette Dauchet
Biographie
Date de naissance (70 ans)
Lieu de naissance Emmerin (Nord)
Nationalité Française
Parti politique PS
Profession Enseignant-chercheur

Philippe Kemel, né le à Emmerin (Nord), est un homme politique français, membre du Parti socialiste.

Il est maire de Carvin depuis 2001 et député pour la onzième circonscription du Pas-de-Calais de 2012 à 2017, où il a été élu face à Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon. Il est battu en 2017 par Marine Le Pen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et carrière[modifier | modifier le code]

Philippe Kemel a effectué son cycle de secondaire au lycée de Gondecourt et effectué des études de sciences économiques, sociologie et expertise comptable à Lille. Économiste et sociologue de formation, il enseigne l’économie logistique à l’Université de Lille 3 et exerce une activité d'expertise comptable pour les entreprises.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Il adhère au Parti socialiste en 1974, « au moment de la première candidature de François Mitterrand. Je venais du PSU, j'avais 26 ans, c'était le début de l'Union de la gauche. Dès 1977, j'ai été candidat sur la liste municipale à Carvin. J'ai été élu sur la liste d'union de la gauche pour la première fois en 1983 et depuis j'ai toujours été élu dans cette ville »[1].

Philippe Kemel durant la campagne des élections législatives de 2012.

Il devient maire de Carvin en 2001.

Conseiller régional du Nord-Pas-de-Calais de 2000 à 2012, il est vice-président délégué aux lycées à partir de 2004 et à l’apprentissage à partir de 2010, sous la présidence de Daniel Percheron.

Par ailleurs, il est responsable de Delta 3 en 2009, la plateforme logistique de Dourges, d'envergure européenne[2]. Le conseil d'administration de Delta 3 l'a élu président, le 21 janvier 2009, il succède à Albert Facon. Il a été président d’une association d’économie solidaire pendant 15 ans (création de 1500 entreprises).[réf. nécessaire]

Il est élu député le 17 juin 2012 dans la onzième circonscription du Pas-de-Calais, après une campagne très médiatisée où il aura battu Jean-Luc Mélenchon dès le premier tour et emporté une très courte victoire sur Marine Le Pen au second tour. Son suppléant est Christian Musial. Il est membre de la commission des Affaires économiques et occupe la place no 265 dans l’hémicycle de l'Assemblée nationale[3].

Candidat à sa réélection aux élections législatives de 2017 dans le Pas-de-Calais, il arrive en troisième au premier tour, derrière Marine Le Pen et Anne Roquet, la candidate de La République en marche.

Suite à l'élection de Jean-Pierre Corbisez au Sénat, il est désigné comme candidat pour lui succéder à la tête de l'agglomération, à la suite d'un vote interne au groupe majoritaire[4], mais est battu par Christophe Pilch[5].

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Déclaration de candidature de Philippe Kemel

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Philippe Kemel, « Philippe Kemel, Député Du Pas-De-Calais », sur https://www.philippekemel.fr, (consulté le 29 avril 2017)
  2. Sylviane Tabarly, « Un exemple de plate-forme trimodale : Delta 3 (Pas-de-Calais) », sur http://geoconfluences.ens-lyon.fr, (consulté le 6 mars 2013)
  3. Assemblée nationale ~ Les députés : M. Philippe Kemel
  4. Christophe Le Couteux, « Élection à la CAHC : Philippe Kemel s’avance en grand favori : Élu sénateur, Jean-Pierre Corbisez a démissionné de la présidence de l’agglo pour se conformer à la loi sur le cumul des mandats. Son successeur sera désigné vendredi soir. Le groupe majoritaire Socialistes, Verts, Républicains a désigné son candidat : ce sera Philippe Kemel, qui a coiffé Christophe Pilch au poteau », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne)
  5. Christophe Le Couteux, « Christophe Pilch chef d’orchestre d’une majorité plurielle : Le nouveau président n’annonce pas de révolution sur la politique menée par la communauté d’agglomération Hénin-Carvin. Mais il la veut plus attentive aux petites communes et à la majorité politique qui l’a élu : des Républicains aux communistes », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]