Petit Suchet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Suchet.
Petit Suchet
Le Petit Suchet, vu au bas des marches du Pariou
Le Petit Suchet, vu au bas des marches du Pariou
Géographie
Altitude 1 198 m[1],[2]
Massif Chaîne des Puys (Massif central)
Coordonnées 45° 47′ 24″ N 2° 57′ 41″ E / 45.79, 2.96139 ()45° 47′ 24″ Nord 2° 57′ 41″ Est / 45.79, 2.96139 ()  [3],[2]
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Ascension
Voie la plus facile Sentier
Géologie
Type Volcan gris
Activité Endormi
Dernière éruption Inconnue
Code 0100-02-
Observatoire Aucun

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

(Voir situation sur carte : Puy-de-Dôme)
Petit Suchet

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Petit Suchet

Le Petit Suchet, aussi appelé puy de l'Aumône[4],[2], est un sommet de la chaîne des Puys culminant à 1 198 mètres d'altitude, dans le département du Puy-de-Dôme de la région Auvergne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Petit Suchet est situé dans le centre de la France, dans le centre de la chaîne des Puys, au sud-ouest de Clermont-Ferrand[1]. Il est immédiatement entouré par le Cliersou au nord, le puy Pariou au nord-est, le puy de Dôme au sud et le Grand Suchet auquel il est accolé à l'ouest[1]. Administrativement, le Petit Suchet se trouve sur la commune d'Orcines dont le bourg se trouve à l'est[1].

Il culmine à 1 198 mètres d'altitude[1],[2] ; ses pentes régulières sont couvertes de végétation boisée jusqu'à mi-hauteur, à une altitude approximative de 1 150 mètres au nord et au sud et vers 1 000 mètres à l'est où elle forme le bois de Fontmagnie[1]. Les GR 4 et 441 passent au pied du Petit Suchet au sud[1]. Plusieurs autres sentiers relié à ces deux GR en partent et permettent d'atteindre le sommet du Petit Suchet ou encore le petit col séparant le Grand du Petit Suchet[1]. Depuis ce col, un sentier en cul de sac permet d'accéder au sommet du Grand Suchet par sa face est[1].

Le Petit Suchet est un dôme de lave, une extrusion de magma très visqueux accumulé à son point de sortie[5], de type péléen[6]. Il est composé de domite, une trachyte caractéristique de la chaîne des Puys[7]. Cette domite contient plus de feldspath et d'amphibole que celle du puy de Dôme[8]. Elle est, par endroit, recouverte de pouzzolanes, de scories provenant du Grand Suchet[8] et de ponces expulsées par le Pariou lors de sa dernière éruption[7]. En quelques endroits sont présentes des traces d'une couche alluviale très peu dense et composée de basalte, de granite, de feldspath, de quartz et de ponce friable[7]. Des grottes s'ouvrent sur ses flancs au sud et au sud-est de son sommet[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Aucune éruption n'est répertoriée sur le Petit Suchet[9]. Des carrières de trachyte ont été exploitées sur le Petit Suchet au cours de l'époque gallo-romaine et du Haut Moyen Âge[10].

Grotte, en réalité, carrière d'exploitation de domite, datant de l'époque gallo-romaine et du Haut Moyen Âge.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (fr) Institut national de l'information géographique et forestière, 2531ET Chaîne des Puys : PNR des volcans d'Auvergne, Institut national de l'information géographique et forestière, coll. « TOP25 »,‎ mars 2007, 3e éd. (ISBN 978-2-7585-0439-9)
  2. a, b, c et d (en) « Global Volcanism Program - Synonymes et sous-éléments » (consulté le 18 juin 2011)
  3. (fr) D. Miallier, P. Boivin, T. Pilleyre, L. Choupin, D. Malterre et S. Sanzelle, Les Téphras du Pariou (Chaine des Puys, France) : Nouvelles observations sur la dispersion proximale, apports téphrostratigraphiques, vol. 19, coll. « Quaternaire »,‎ 2008, p. 87-96
  4. [PDF] Didier Miallier, Thierry Pilleyre et Serge Sanzelle, Volcans de la Chaîne des Puys (Massif-Central, France) : Les produits du Pariou comme repère chronostratigraphique, Laboratoire de Physique Corpusculaire de Clermont-Ferrand (lire en ligne)
  5. (fr) « La chaîne des Puys (France) » (consulté le 18 juin 2011)
  6. (fr) « Le puy du Petit Suchet » (consulté le 18 juin 2011)
  7. a, b et c (fr) Henri Lecoq, Recherches sur l'origine et la constitution des puys felspathiques des Monts Dômes,‎ février 1828, 33 p. (lire en ligne lire en ligne), p. 74
  8. a et b (fr) Henri Lecoq, Recherches sur l'origine et la constitution des puys felspathiques des Monts Dômes,‎ février 1828, 33 p. (lire en ligne lire en ligne), p. 76-77
  9. (en) « Global Volcanism Program - Histoire éruptive » (consulté le 18 juin 2011)
  10. (fr) D. Miallier et al., Rapport de sondages et d'analyses, Le Kilian et les carrières anciennes de trachyte dans la Chaîne des Puys (Puy-de-Dôme), Institut National des Sciences de l'Univers,‎ 20 septembre 2010, 63 p. (lire en ligne, présentation en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • P. Arbos, « XVIe excursion géographique interuniversitaire », Annales de Géographie, vol. 33, no 185, p. 479 et 480, 1924.
  • Guy Camus, « La chaîne des Puys (Massif central Français), étude structurale et volcanologique », Annales universitaires de Clermont-Ferrand, vol. 28, no 56, 1975.
  • Pierre Lavina, Hervé Monestier, La chaîne des Puys, itinéraires de découvertes géologiques, éd. Aedis, 1996.
  • Alain de Goër de Herve, Volcans d’Auvergne : la menace d’une éruption ?, éd. Ouest-France, 1997.
  • Hubert Brill, Volcans de France, éd. Loubatières, 1998.
  • Pierre Lavina, Dominique Decobecq, Les Volcans, éd. Aedis, 1998.
  • Maurice Krafft, François Dominique de Larouzière, Guide des volcans d’Europe et des Canaries, éd. Delachaux et Niestlé, 1999.
  • Pierre Lavina, Le volcanisme en Auvergne, éd. Artis, 2001.
  • Guy Camus, Alain de Goër de Herve, Alain Gourgaud, Guy Kieffer, Jean Mergoil, Pierre-Marie Vincent, Volcanologie de la Chaîne des Puys, éd. Parc des Volcans.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :