Peine de mort en Arkansas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Article principal : Peine de mort aux États-Unis.

L'Arkansas utilisa la pendaison comme mode d'exécution jusqu'en 1930, tandis que la chaise électrique fut introduite dans l'État dès 1913 et resta en usage jusqu'en 1964. Suspendue durant neuf ans, la peine capitale fut rétablie en 1973, et en 1983, l'injection létale se substitua à l'électrocution, si l'injection létale est la première méthode d'exécution, l’état peut avoir recours à la chaise électrique si l'injection létale est déclarée inconstitutionnelle.

L’Arkansas a exécuté trente-et-une personnes depuis 1990, dont Christina Marie Riggs (en), une femme qui avait empoisonné ses propres enfants et n'avait pas fait appel préférant mourir. Les exécutions ont eu lieu sous les gouvernances respectives de Bill Clinton, de Jim Guy Tucker, de Mike Huckabee et d'Asa Hutchinson, la toute première ayant été la seule à avoir été exécutée par électrocution comme la loi le permettait pour les crimes commis avant 1983. En 1992 Bill Clinton, alors candidat à l’élection présidentielle, avait interrompu sa campagne pour assister personnellement à une exécution (tirant les conséquences de l'échec de Michael Dukakis)[1].

La condamnation à mort est prononcée par le jury. Le gouverneur fixe la date d'exécution, il reçoit un avis consultatif du comité des grâces.

Exécutions depuis 1973[modifier | modifier le code]

Les exécutions ont lieu à Cummins, à la Cummins Unit.

Exécutions depuis 1973
N* Criminel Date Méthode(s) Victime(s) Gouverneur
1 John Swindler 18 juin 1990 Chaise électrique Randy Basnett. Bill Clinton
2 Ronald Simmons 25 juin 1990 Injection létale Ronald, Bersabe, Barbara, Loretta, Eddy, Marianne Simmons et 10 autres.
3 Ricky Rector 24 janvier 1992 Robert Martin.
4 Steven Hill 7 mai 1992 Robert Klein.
5 Edward Pickens 11 mai 1994 Wesley Noble. Jim Tucker
6 Jonas Whitmore Essie Black.
7 Hoyt Clines 3 août 1994 Donald Lehman.
8 Daryl Richley
9 James Holmes
10 Richard Snell 19 avril 1995 William Stumpp.
11 Barry Fairchild 31 août 1995 Marjorie Mason.
12 William Parker 8 août 1996 James et Sandra Warren. Mike Huckabee
13 Paul Ruiz 8 janvier 1997 Marvin Richie et Opal James.
14 Earl Van Denton
15 Kirt Wainwright Barbara Smith.
16 Eugene Perry 6 août 1997 Kenneth et Suzanne Staton.
17 Wilburn Henderson 8 juillet 1998 Willa O'Neal.
18 Johnie Cox 16 février 1999 Billy et Margaret Brown et Marie Sullens.
19 Marion Pruett 12 avril 1999 Bobbie Robertson.
20 Mark Gardner 8 septembre 1999 Joe et Martha Joyce et Sara McCurdy.
21 Alan Willett Eric et Roger Willett.
22 Christina Riggs 2 mai 2000 Justin et Shelby Riggs.
23 David Johnson 19 décembre 2000 Leon Brown.
24 Clay Smith 8 mai 2001 Sean, Taylor, Shelley Sorg, Misty Erwin et Samantha Rhodes.
25 Riley Noel 9 juillet 2003 Malak et Mustafa Hussian et Marcell Young.
26 Charles Singleton 6 janvier 2004 Mary York.
27 Eric Nance 28 novembre 2005 Julie Heath.
28 Ledell Lee 20 avril 2017 Debra Reese. Asa Hutchinson
29 Jack Jones 24 avril 2017 Mary Phillips.
30 Marcel Williams Stacy Errickson.
31 Kenneth Williams 27 avril 2017 Cecil Boren.

En décembre 2018 le couloir de la mort de l'Arkansas compte 30 condamnés[2]. Depuis 1973, trois condamnés ont été graciés dans l'Arkansas[3],[4].

Crimes capitaux[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. www.nytimes.com
  2. « Arkansas Department of Corrections », sur adc.arkansas.gov (consulté le 26 décembre 2018)
  3. « Innocence Database | Death Penalty Information Center », sur deathpenaltyinfo.org (consulté le 2 janvier 2019)
  4. « Clemency | Death Penalty Information Center », sur deathpenaltyinfo.org (consulté le 2 janvier 2019)

Sources[modifier | modifier le code]