Paul Yonnet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Yonnet.
Paul Yonnet
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Domaines
Directeur de thèse

Paul Yonnet, né en 1948 dans la Manche et mort le [1] à Villejuif, est un sociologue et essayiste français, spécialiste du sport, des loisirs et de la mode.

Il a travaillé également au sein de l'Union nationale des associations familiales (UNAF).

Biographie[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

Il fait des études de sociologie à l'université de Caen et appartient à cette génération qui s’est partiellement engagée en faveur du mouvement contestataire de Mai 68. À Caen, il rencontre Alain Caillé, alors jeune maître assistant, et surtout Marcel Gauchet[2] et Jean-Pierre Le Goff[3], avec lesquels il constitue un petit cercle d'étudiants critiques marqué à la fois par l'anarcho-situationnisme et l'enseignement de Claude Lefort[2]. Il est cependant l'un des premiers à comprendre que cette révolte allait engendrer un nouveau conformisme[4].

À l'âge de 20 ans, il survit à un cancer[4].

Travaux[modifier | modifier le code]

Bien que possédant de nombreux titres académiques, il se méfie du milieu parisien et universitaire et de son entre-soi[4]. Pratiquant le sport, spécialiste du rock, il rassemble ses premiers écrits dans Jeux, modes et masses. La société française et le moderne 1945-1985, publié dans Le Débat, qui reçoit un bon accueil[4].

En 1993, son Voyage au centre du malaise français : l'antiracisme et le roman national lui vaut des critiques, notamment du journaliste Laurent Joffrin du Nouvel Observateur, qui l'accuse d'être « l'allié objectif de Le Pen ». Il y analyse les risques de fractures engendrées par l'antiracisme des années 1980, à force d'exacerbation des identités. Il déplore également la réduction du roman national à la Seconde Guerre mondiale et aux problèmes d'intégration que cela peut poser.

Il a écrit de nombreux articles dans la revue Le Débat. Connu pour ses interventions critiques sur les idéologies politiques contemporaines, ses propos sur certains sujets (notamment la dégradation de l'école, l'invasion du marché, l'hypocrisie des discours « droits de l'homme-istes ») ont parfois suscité la controverse.

Les travaux de Yonnet articulent des savoirs appartenant à de nombreuses disciplines (psychologie, sociologie, anthropologie, histoire) tout en gardant l'esprit critique vis-à-vis de la méthode sociologique et du réductionnisme anthropologique qui la sous-tend.

Il meurt des suites d'une longue maladie en 2011[4]. Au cimetière d' Agon-Coutainville, cette épitaphe figure sur sa tombe : Gaudium veritatis (« La joie de la vérité »)[5].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Jeux, modes et masses (1985). Le jogging, l'endurance, le "look". Voir la fiche de lecture préparée par l’École normale supérieure (Ulm).
  • Voyage au centre du malaise français. L'antiracisme et le roman national (Paris : Gallimard, 1993, coll. "Le Débat").
    • Analyse du mouvement "anti-raciste", en particulier du groupe "SOS Racisme".
  • Systèmes des sports (1998).
  • Travail, loisir, Temps libre et lien social (1999).
  • François Mitterrand le phénix (2003).
    • Ce livre est écrit en juillet 1996, mais Yonnet le garde sous main plus de six ans avant de le sortir (certains fragments seront publiés dans la revue Le Débat). Il s'agit d'un portrait de Mitterrand sans complaisance.
  • La montagne et la mort, Paris, éditions de Fallois (2003).
    • L'histoire de l'alpinisme à partir de la question du risque de la mort.
  • Huit leçons sur le sport (2004).
    • Yonnet constate la place grandissante du sport dans une société des loisirs où la télévision occupe de plus en plus de temps. Il tente ensuite de répondre à de nombreuses questions. (« Le sport joue un rôle autrefois tenu par l'Église, l'armée et le travail »)
  • Famille Tome I : Le recul de la mort ; l'avènement de l'individu contemporain. Gallimard, Paris 2006. (ISBN 2-07-075399-9)
    • C'est le premier volume d'un ensemble intitulé «Famille». Yonnet y analyse la place de l'enfant et de l'adolescent, et annonce, pour le deuxième volume, une étude des changements intervenus dans l'existence des femmes.
  • Le Testament de Céline (2009) chez les Éditions de Fallois. (ISBN 978-2-87706-678-5)
  • Une main en trop : Mesures et démesure : un état du football suivi de Football, les paradoxes de l'identité et de Sport et sacré (2010).
  • Regards sur le sport, collectif, dirigé par Benjamin Pichery et François L'Yvonnet, Le Pommier/INSEP, 2010, 256 p. (ISBN 9782746504844)
  • Zone de mort, Stock, 2017, 200 p. (posthume)

Adventus[modifier | modifier le code]

Sous le pseudonyme de Jean-Michel Adventus il a publié deux ouvrages aux éditions Bartillat :

  • L.D.T. (leçons des ténèbres pour le repos des petites souris) (2001)
  • Adulesco ou la maladie de la vie (2002).

Bien qu’ils soient étiquetés « romans », ces livres sont plutôt des autobiographies intellectuelles et morales qui permettent de mieux comprendre leur auteur : « Toutes les autobiographies sont du roman et c’est pourquoi on écrit des romans. » L.D.T. (leçons des ténèbres pour le repos des petites souris), page 232.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Regards sur le sport : Paul Yonnet, sociologue, en compagnie de François L'Yvonnet, film réalisé par Benjamin Pichery, INSEP, Paris, 2009, 135 min

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Paul Yonnet, l’itinéraire d’une génération », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne)
  2. a et b Éric Aeschimann, « Marcel Gauchet, invité spécial de Libération ce mardi 28 avril », sur Libération,
  3. Marcel Jaeger, « Paul Yonnet : la mort d’un sociologue en short », Libération,‎ (lire en ligne)
  4. a, b, c, d et e « Paul Yonnet, mémoires d'outre-tombe », FIGARO,‎ (lire en ligne)
  5. Paul Yonnet, Zone de mort, Stock, (ISBN 9782234082939, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]