Paul Jean-Ortiz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la politique en France
Cet article est une ébauche concernant la politique en France.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Paul Jean-Ortiz
Defaut 2.svg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 57 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité

Paul Jean-Ortiz est un diplomate français né le à Casablanca au Maroc et mort le (à 57 ans) à Paris. Du à son décès, il a été le conseiller diplomatique du président François Hollande.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né d'un père républicain espagnol[1] le à Casablanca, au Maroc[2], Paul Jean-Ortiz est titulaire d'une licence ès lettres (chinois), diplômé de l'Institut d'études politiques d'Aix-en-Provence. Durant sa jeunesse, il est proche des milieux trotskistes[3].

Se lançant dans la carrière diplomatique, il est nommé successivement troisième secrétaire à Pékin (1987-1988)[4], secrétaire adjoint des affaires étrangères (Orient) au ministère de la Coopération et du Développement (1991-1992)[5], consul général à Canton (1992-1993), deuxième secrétaire à Pékin (1993-1995), premier conseiller à Hanoï (1995-1997), ministre-conseiller à Pékin (2000-2005) puis à Madrid (2005-2009)[4]. Après les Manifestations de la place Tian'anmen, il est un des acteurs de l'opération Yellow Bird qui permet l'exfiltration via Hong Kong de démocrates chinois par la France, les États-Unis et la Grande-Bretagne[1].

Conseiller du ministre Hubert Védrine de 1997 à 2000[6], il devient directeur Asie et Océanie au ministère des Affaires étrangères en [4]. Spécialiste de la Chine, il parlait couramment le mandarin[4].

Le , il est nommé conseiller diplomatique du président François Hollande[4] où il travaille à renouer les relations de la France avec Pékin[1]. Il aurait été influent dans la décision de lancer l’opération Serval au Mali et aurait anticipé la défection américaine pour le projet d'une intervention militaire en Syrie en 2013[1].

Il décède d'un cancer le [7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Paul Jean-Ortizpar Bruno Philip, Le Monde,; 2 août 2014
  2. Le guide du pouvoir, J.-F. Doumic, , p. 72.
  3. « Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de l'Élysée », lemonde.fr, 31 juillet 2014.
  4. a, b, c, d et e « Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de Hollande pour la transition », Le Point.fr,‎ (lire en ligne).
  5. Composition du gouvernement et des cabinets ministériels, La Documentation française, , p. 49.
  6. Bernard Gorce, « François Hollande jette les bases de sa diplomatie », La Croix.fr,‎ (lire en ligne).
  7. « Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de Hollande, est mort », sur Le Figaro.fr,‎ (consulté le 31 juillet 14)