Paul Hillemacher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Paul Hillemacher
Description de l'image Paul Hillemacher.jpg.
Nom de naissance Paul Joseph Wilhelm Hillemacher
Naissance
Paris, France
Décès (à 80 ans)
Versailles, France
Activité principale Compositeur
Style Musique classique
Lieux d'activité Paris
Années d'activité 1882-1907
Formation Conservatoire de Paris
Maîtres François Bazin

Paul Hillemacher est un compositeur et pianiste français né le à Paris et mort à Versailles le [1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul Joseph Wilhelm Hillemacher naît le 25 novembre 1852 dans l'ancien 3e arrondissement de Paris[2],[3].

Fils du peintre académique Eugène-Ernest Hillemacher et frère aîné du compositeur Lucien Hillemacher, Paul Hillemacher étudie au Conservatoire de Paris dans la classe de François Bazin[4]. Second accessit d'harmonie et accompagnement en 1870, premier accessit en contrepoint et fugue deux ans plus tard[5], il remporte en 1873 un second Prix de Rome puis, en 1876, le Premier Grand Prix de Rome avec sa cantate Judith[4].

La plupart de ses œuvres ont été composées en collaboration avec son frère Lucien (Paris,  ; Paris, ). Leur première collaboration débute en 1879 avec deux mélodies, Le dernier banquet et Barcarolle, et prend sa pleine mesure à compter de 1881, date à laquelle ils signent leurs œuvres P.L. Hillemacher en adoptant le nom de plume de Paul-Lucien Hillemacher[4],[6]. En 1882, ils publient ensemble un recueil de Vingt mélodies, et leur légende symphonique Loreley remporte le prix de la Ville de Paris[4]. L'une de leurs mélodies, Ici-bas, fut publiée par erreur sous le nom de Debussy[4], témoignant de leur renommée.

Leurs autres compositions comprennent des oratorios, des œuvres chorales et orchestrales, des musiques de scènes, de la musique de chambre et des pièces pour clavier. Après la mort de Lucien, Paul produit peu, hormis le tableau musical Fra Angelico et quelques œuvres instrumentales[4],[6].

En 1903, les deux frères Hillemacher sont nommés chevaliers dans l'ordre de la Légion d'honneur[7],[8]. Paul Hillemacher est promu officier en 1925[9]. Il meurt à Versailles le 13 août 1933[4],[10] et est inhumé au cimetière de Montmartre[11].

Œuvres en collaboration avec Lucien Hillemacher[modifier | modifier le code]

Les frères Hillemacher.

Œuvres de Paul Hillemacher[modifier | modifier le code]

  • Judith, cantate d'après Pierre Alexandre, 1876.
  • Villanelle XVIIIe siècle, 1876.
  • 15 pièces, 1876.
  • Trois pièces caractéristiques, 1879.
  • Deux motets pour chœur et orgue 1881.
  • 5 romances sans paroles de Mendelssohn arrangées pour orchestre, 1882.
  • 20 pièces nouvelles pour piano, 1884.
  • Trois valses pour piano à 4 mains, 1884.
  • Retraite pour orchestre, 1885.
  • Esquisses musicales pour piano, 1886.
  • Élégie pour violon, violoncelle et piano, 1889.
  • Trois pièces pour violoncelle et piano, 1910.
  • Deux pièces nouvelles pour violoncelle et orchestre, 1913.
  • Poème de la nuit, six chansons pour une voix 1881.
  • Suite dans le style ancien pour violoncelle et orchestre, 1919.
  • Deux pièces pittoresques, 1921.
  • Quatre mélodies sur des textes anglais (New York, 1921).
  • 40 leçons graduées de solfège, 1923.
  • Fra Angelico, tableau musical d'après Maurice Vaucaire, Paris, Opéra Comique, .
  • Villanelle archaïque pour hautbois (Paris, Bruxelles, 1926).
  • Le Mystère enchanté, ballet pantomime.
  • Midas, opéra en deux actes.

Écrits[modifier | modifier le code]

  • Charles Gounod, biographie critique illustrée de douze reproductions hors texte, Paris, Laurens, vol. 1 (1905), vol. 2 (1925)[4].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « L'invitation au voyage » sur un poème de Charles Baudelaire, « S'il est un charmant gazon » sur un poème de Victor Hugo (Les Chants du Crépuscule), « Soupir » sur un poème de René-François Sully-Prudhomme, notamment.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Janet Green, Musical Biographies, Owen Press, 2008, p. 377-378.
  2. « Archives numérisées de Paris, état civil reconstitué, acte de naissance, cote V3E/N 1154, vue 45/51 », sur archives.paris.fr (consulté le )
  3. « Extrait d'acte de naissance, 3e arrondissement de Paris, 1852 » (consulté le )
  4. a b c d e f g et h (en) John Trevitt, « Hillemacher, Paul Joseph Guillaume », sur Grove Music Online, (consulté le )
  5. Constant Pierre, Le Conservatoire national de musique et de déclamation : documents historiques et administratifs, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), p. 775
  6. a et b « HILLEMACHER Paul », sur Bru Zane Media Base (consulté le )
  7. « Le Monde artiste : théâtre, musique, beaux-arts, littérature », sur Gallica, (consulté le )
  8. « HILLEMACHER, Paul Joseph Wilhem », sur www.leonore.archives-nationales.culture.gouv.fr (consulté le )
  9. « PV de réception d'officier de la Légion d'honneur » (consulté le )
  10. « L'Œuvre », sur Gallica, (consulté le )
  11. « Le Journal », sur Gallica, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Stanley Sadie (ed.), The New Groves Dictionary of Music and Musicians, Londres, Macmillan, 1980, vol. 8, p. 562. Document utilisé pour la rédaction de l’article

Lien interne[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]