Paul Follot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Paul Frédéric Follot, né le à Paris 12e[1], et mort en 1941 à Sainte-Maxime, est un ébéniste et décorateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1877, Paul Follot est le fils du fabricant de papier peint Félix Follot. Après des études auprès d'Eugène Grasset, il se consacre aux arts décoratifs. En 1901, il se retrouve travailler pour la galerie La Maison Moderne (de Julius Meier-Graefe), pour laquelle il réalise des dessins de bijoux et de tapisseries. Paul Follot rencontre alors Maurice Dufrêne qui travaille lui aussi pour le compte de Julius Meier-Graefe. Cette rencontre influencera fortement Paul Follot, dans la suite artistique de sa carrière.

Après avoir cofondé le groupe d'artistes L'Art dans Tout en 1903, sa carrière de décorateur prend de l'ampleur lorsqu'il se met à son compte en 1904. Il est membre fondateur de la Société des artistes décorateurs, et participe aux salons de 1908 et de 1909 en ouvrant une nouvelle voie à l'art décoratif français.

En 1911, il dessine des céramiques pour Wedgwood, textiles pour Cornille et Cie, et des objets en argent pour Christofle. En 1920, il démarre un cours d'art appliqué à l'école de la rue Madame, avant de se retrouver en 1923 à diriger l'atelier Pomone (Au Bon Marché).

Pour l'Exposition internationale de 1925, il réalise plusieurs pavillons dont celui de Pomone. À partir de 1928, Paul Follot fait partie du comité directeur de la compagnie anglaise Waring & Gillow, où il travaille avec Serge Chermayeff pour le design d'ameublement et les intérieurs du département de l'art moderne.

Après 1931, il se remet à son compte et, en 1935, il est chargé d'une commande d'une suite pour le paquebot Normandie qui sera présentée à l'Exposition de Bruxelles. Le design de la suite est somptueux et en opposition avec l'austérité du modernisme de l'Art déco. Pour le même paquebot et sous commande Pleyel, il réalise le design d'un piano en palissandre sur pied unique. Ce piano sera présenté à l’Exposition universelle de 1937 à Paris.

Paul Follot se retire dans le Midi de la France en 1939, où il meurt en 1941[2].

L'ensemble du mobilier, dessiné par lui-même, de la villa[3] de Paul Follot située à Montparnasse[4] est vendu aux enchères en mars 2011, sortant de l'ombre ce décorateur dont les meubles presque baroques s'opposent aux formes épurées de ceux de ses contemporains Jean-Michel Frank ou Pierre Chareau.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de l’état civil de Paris en ligne, acte de naissance no 12/1627/1877
  2. Béatrice de Rochebouët, Figaro, 17 mars 2011, p. 30.
  3. Construite par l'architecte Pierre Selmerstein en 1914, d'après les dessins de Follot
  4. no 5 rue Victor-Schœlcher.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Intérieurs français au Salon des artistes décorateurs, présentés par Paul Follot, éd. Charles Moreau, 1927 (OCLC 35987937)

Liens externes[modifier | modifier le code]