Rue Madame

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
6e arrt
Rue Madame
Rue Madame vue de la rue d'Assas.
Rue Madame vue de la rue d'Assas.
Situation
Arrondissement 6e
Quartier Odéon et Notre-Dame-des-Champs
Début 55 rue de Rennes
Fin 49 rue d'Assas
Morphologie
Longueur 710 m
Largeur 12 m
Historique
Création 1547, 1790, 1824 et 1866
Dénomination
Ancien nom Rue du Joindre
Rue du Gindre
Rue des Citoyennes
Géocodification
Ville de Paris 5813
DGI 5886

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Madame
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Madame est une voie située à cheval sur le quartier de l'Odéon et le quartier Notre-Dame-des-Champs dans le 6e arrondissement de Paris.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

La rue Madame tient son nom de Marie-Joséphine de Savoie, princesse de Sardaigne, qui était appelée « Madame » car elle était l'épouse de « Monsieur » le frère du roi Louis XVI, c'est-à-dire le comte de Provence, futur Louis XVIII[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Plaque dans la galerie d'inspection se trouvant sous la rue dans les carrières souterraines de Paris « Rue de Madame, côté du Levant » (Rue Madame, côté est).

La rue est le résultat de l'amalgame en 1877 de deux rues ouvertes à différentes époques :

  • la rue du Gindre, ouverte en 1547 entre la rue de Mézières et la rue du Vieux-Colombier, et en 1866 entre la rue du Vieux-Colombier et la rue de Rennes ;
  • la rue Madame, ouverte en 1790 entre la rue d'Assas et la rue de Vaugirard, et en 1824 entre la rue de Vaugirard et la rue de Mézières.

La « rue du Joindre » puis « du Gindre » a été ouverte en 1547[2].

En 1790, la rue Madame à proprement parler est ouverte entre la rue de Vaugirard et la rue d'Assas, sur les terrains du jardin du Luxembourg. De 1793 à 1806, durant la période de la Révolution française, la rue Madame est rebaptisée « rue des Citoyennes », période à l'issue de laquelle elle reprendra son nom initial.

La rue Madame est ensuite prolongée en 1824 entre la rue de Vaugirard et la rue de Mézières. La nouvelle voie est ouverte sur les terrains de deux institutions religieuses dont les propriétés étaient devenus biens nationaux en 1794 :

  • entre la rue de Vaugirard et la rue Honoré-Chevalier, le couvent des religieuses du Précieux-Sang, installé dans les années 1650 rue de Vaugirard ;
  • entre la rue Honoré-Chevalier et la rue de Mézières, l'ancien noviciat des Jésuites, installé en 1612 dans l'ancien hôtel de Mézières et qui rapidement fini par occuper un vaste terrain délimité par les rues du Pot-de-Fer (actuelle rue Bonaparte), Mézière, Cassette et Honoré-Chevalier[1],[3].

En 1866, dans le cadre du prolongement de la rue de Rennes au-delà de la rue de Vaugirard, il est décidé d'élargir la rue du Gindre et de la prolonger jusqu'à la nouvelle rue de Rennes (entrainant la suppression de la rue Neuve-Guillemin situé entre la rue du Vieux-Colombier et la rue du Four)[4]. Le dessin original[5] n'est cependant réalisée qu'en partie car la partie située à proximité de la rue du Vieux-Colombier n'est pas élargie ; la partie nouvelle (entre la rue de Rennes et la rue du Vieux-Colombier) n'est donc pas dans le prolongement direct de la partie ancienne de la rue.

La rue du Gindre est réunie à la rue Madame en 1877[6].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

La rue Madame est desservie à proximité par la ligne (M)(4) à la station Saint-Sulpice, par la ligne (M)(12) à la station Notre-Dame-des-Champs, ainsi que par les lignes de bus RATP 58 84 89.

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, éditions Maisonneuve & Larose, 1855, p. 398
  2. Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, éditions Maisonneuve & Larose, 1855, p. 260
  3. Le vieux Paris. Plan topographique de la montagne Ste-Geneviève à Paris du XVIe au XIXe siècle avec texte explicatif, 1874 [lire en ligne]
  4. Décret du 28 juillet 1866
  5. Plan des expropriations de 1867
  6. Arrêté du 1er février 1877
  7. Histoire de la Mairie du 6e, sur Mairie du 6e [site web], page consultée le 16 décembre 2011.
  8. Selon la plaque commémorative apposée sur la façade de l'immeuble.
  9. « Site internet de la paroisse Pentemont-Luxembourg »
  10. Mathilde Dion, Louis Süe, dans : Notices biographiques d'architectes français, Paris, 1991, Ifa/Archives d'architecture du XXe siècle, 2. vol.