François Bougoüin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
François Bougoüin
Présentation
Naissance
Décès
Nationalité Français
Activités Architecte
Œuvre
Réalisations Église Notre-Dame-de-l'Assomption d'Aigrefeuille-sur-Maine, église Saint-Léger d'Orvault, église Notre-Dame-de-Toutes-Aides à Nantes
Distinctions Chevalier dans l’ordre de Saint-Grégoire-le-Grand
Entourage familial
Famille fils : Joseph Bougoüin, Paul Bougoüin

Marie François Louis Bougoüin, né le et mort en [1], est un architecte français du XIXe siècle, élève de Viollet-le Duc.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu en 1866 de l’École des Beaux-Arts de Paris[2], il réalise notamment des ouvrages dans la région nantaise, comme l'église Notre-Dame-de-l'Assomption d'Aigrefeuille-sur-Maine, l'église Saint-Léger d'Orvault ou l'église Notre-Dame-de-Toutes-Aides à Nantes, et aussi des restaurations de bâtiments historiques comme la chapelle de l'Immaculée à Nantes dont il redessine la façade dans le style néo-gothique, ou encore l'hôtel Lelasseur à Nantes également, ainsi que le réaménagement du château de Pornic, ou aussi l'église de Sainte Cécile[3]. Il dessine en 1873 la villa Saint-Kiriec, qui est rénovée en 1938 par Paul-Henri Datessen[4]. Il réalise en 1881 la villa Ker Maria au Pouliguen[1] et, en 1909, le Grand Hôtel de La Baule-Escoublac[5]. Au début des années 1910 il dessine les plans du séminaire de Nantes[2]. En 1931, il dessine les plans de l’église Notre-Dame de La Baule-Escoublac, achevée en 1935[6].

Honoré par le Saint-Siège, il est fait chevalier dans l’ordre de Saint-Grégoire-le-Grand[2]. Il est le père de Joseph Bougoüin et Paul Bougoüin, également architectes[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Charles, La Baule et ses villas : le concept balnéaire, Paris, Massin, , 213 p. (ISBN 2-7072-0444-7, notice BnF no FRBNF38890407)
    Alain Charles est architecte DPLG et DEA en histoire de l'architecture, spécialiste du balnéaire[7],[8].
  • Laurent Delpire, « Urbanisme et architecture balnéaire : histoire d'un phénomène de société, l’exemple du Pays de Guérande », Les cahiers du Pays de Guérande, no 52,‎ (ISSN 0765-3565)
    Laurent Delpire est historien de l’art, conservateur des antiquités et objets d’art de Loire-Atlantique.
  • Jean-Louis Kerouanton, « Éléments de cartographie pour la connaissance de l’architecture balnéaire bauloise » [PDF], sur un site du ministère de la Culture, (consulté le 7 janvier 2018)
    Jean-Louis Kerouanton est chercheur au service régional de l’Inventaire, direction régionale des affaires culturelles des Pays de la Loire.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Charles 2002, p. 200.
  2. a, b et c « Personnalités de La Baule », sur Labaule-sepia (consulté le 6 janvier 2018).
  3. « Église paroissiale de Sainte-Cécile », notice no PA85000030, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  4. Charles 2002, p. 101.
  5. « Le Grand Hôtel de La Baule », sur Labaule-sepia (consulté le 6 janvier 2018).
  6. « Les lieux de culte », sur Labaule-sepia (consulté le 6 janvier 2018).
  7. Anne Vidalie, « La Baule: le bonheur est dans les pins », sur un site du magazine L'Express, (consulté le 7 janvier 2018).
  8. Alain Charles, « Panorama Le Pouliguen - La Baule - Pornichet », sur panorama-labaule.com (consulté le 7 janvier 2018).