Pascal Boulanger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pascal Boulanger est un poète et critique littéraire français né en 1957 à Maisons-Laffitte (Yvelines).

Pascal Boulanger
Description de cette image, également commentée ci-après
Pascal Boulanger
Nom de naissance Boulanger
Naissance
Maisons-Laffitte.
Auteur
Langue d’écriture français
Genres
Poésie, critique, essai.

Œuvres principales

  • Faire la vie : entretien avec Jacques Henric, 2013.
  • Au commencement des douleurs, 2013.
  • Confiteor. Essai, 2015.
  • Mourir ne me suffit pas, 2016.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Pascal Boulanger naît en 1957 d'un père ouvrier, devenu dessinateur industriel, et d'une mère femme au foyer. Il grandit à Sartrouville (Yvelines).

Bibliothécaire et poète[modifier | modifier le code]

Après son baccalauréat, il devient bibliothécaire à Bezons et commence à écrire des poèmes en 1985-1986[1]. Il devient, par la suite, bibliothécaire à Montreuil (Seine-Saint-Denis).

Depuis , Pascal Boulanger vit à Bazouges-la-Pérouse, près de Combourg (Ille-et-Vilaine, Bretagne)[2]. Il est le père de deux filles.

Livres[modifier | modifier le code]

  • Septembre, déjà, éd. Messidor, 1991[3].
  • Martingale, éd. Flammarion, 1995.
  • Une Action poétique de 1950 à aujourd’hui, éd. Flammarion, 1998.
  • Le bel aujourd’hui, éd. Tarabuste, 1999.
  • Tacite, éd. Flammarion, 2001[4].
  • Le corps certain, éd. Comp'Act, 2001.
  • L’émotion l’émeute, éd. Tarabuste, 2003[5].
  • Jongleur, éd. Comp'Act, 2005.
  • Suspendu au récit... la question du nihilisme, éd. Comp'Act, 2006.
  • Fusées et paperoles, L'Act Mem, 2008.
  • Jamais ne dors, le corridor bleu, 2008.
  • Cherchant ce que je sais déjà, Éditions de l’Amandier, 2009.
  • L’échappée belle, Wigwam, 2009.
  • Un ciel ouvert en toute saison, Le corridor bleu, 2010.
  • Le lierre la foudre, éd. de Corlevour, 2011.
  • Faire la vie : entretien avec Jacques Henric, éd. de Corlevour, 2013.
  • Au commencement des douleurs, éd. de Corlevour, 2013.
  • Dans les fleurs du souci, éd. du Petit Flou, 2014[6].
  • Confiteor. Essai, éd. Tituli, [7].
  • Guerre perdue, éd. Passage d'encre, coll. "Trait court", .
  • Mourir ne me suffit pas, préface de Jean-Pierre Lemaire, éd. de Corlevour, revue Nunc, .
  • Trame : anthologie, 1991-2018, suivi de L'amour là, Tinbad, 2018.
  • Jusqu'à présent, je suis en chemin - Carnets : 2016-2018, éd. Tituli, 2019
  • L'intime dense, éditions du Cygne, [8].

Publications dans des anthologies[modifier | modifier le code]

  • « Histoires », in Le poète d’aujourd’hui, 7 ans de poésie dans L’Humanité par Dominique Grandmont, Maison de la Poésie Rhône-Alpes, 1994.
  • "L’age d’or", in Poèmes dans le métro, Le Temps des cerises, 1995.
  • "Grève argentée", in Une anthologie immédiate par Henri Deluy, Fourbis, 1996.
  • "En point du cœur", in Cent ans passent comme un jour, cinquante-six poètes pour Aragon, édition établie et présentée par Marie Étienne, Dumerchez, 1997.
  • "Ça", in 101 poèmes et quelques contre le racisme, Le Temps des cerises, 1998.
  • "Le bel aujourd’hui : chroniques", in L’anniversaire, in’hui/le cri et Jacques Darras, 1998.
  • "L’intime formule", in Mars poetica, Skud (Croatie) et Le Temps des cerises, 2003.
  • "Dans l’oubli chanté", in Les sembles, La Polygraphe no 33/35, 2004.
  • "Jongleur" (extraits), in 49 poètes un collectif, réunis et présentés par Yves di Manno, Flammarion, 2004.
  • "Miracle", in Voix vives de méditerranée en méditerranée, anthologie Sète 2011, éd. Bruno Doucey, 2011.
  • "Ivresse", in Poètes Français et Marocains, anthologie, éd. Plyglotte-C.i.c.c.a.t, 2013.
  • "Famine", in Ouvrir le XXIe siècle : 80 poètes québécois et français, Moebius et Les Cahiers du sens, 2013.
  • "Chronique d'une belle aujourd'hui", in La Colère, Les Cahiers du sens, 2013.
  • "Le paradis des orages", in Les inédits de Rimbaud, c'est nous !, éd. Douro, 2022.

Publications en revues[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]