Parti communiste d'Allemagne - opposition

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir KPO et Parti communiste en Allemagne.

Parti communiste d'Allemagne - opposition
(de) Kommunistische Partei Deutschlands-Opposition
Présentation
Président Heinrich Brandler, August Thalheimer (les principaux)
Fondation 1928-1929 par scission du KPD
Journal Gegen den strom
Idéologie Communisme, marxisme
Affiliation internationale Opposition communiste internationale
Couleurs Rouge
Gegen den Strom, le journal du Parti communiste d'Allemagne - opposition.

Le Parti communiste d'Allemagne - opposition (en allemand : Kommunistische Partei Deutschlands-Opposition ou Kommunistische Partei-Opposition, abrégé en KPD-O ou KPDO, ou KPO) était un parti politique allemand.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le KPD-Opposition est formé en 1928-1929 par des exclus du Parti communiste d'Allemagne (KPD), ce parti étant alors intégralement stalinisé.

Les principaux leaders du KPD-O sont Heinrich Brandler (on parlera ainsi de « brandlériens »), ainsi qu'August Thalheimer et Paul Frölich.

Le KPD-O publie le journal Gegen den Strom dont la devise est Lorsqu'on veut revenir aux sources, il faut nager à contre-courant[1],[2].

Avec une quinzaine de partis et groupes similaires (dont le Bloc ouvrier et paysan espagnol), le KPD-O fonde en 1930 l'Opposition communiste internationale.

En 1931, l'exclusion de l'aile gauche du Parti social-démocrate d'Allemagne (SDP) entraîne la création du Parti socialiste ouvrier d'Allemagne (SAP, ou SAPD). Une minorité du KPD-O, menée par Frolich, souhaite une fusion des deux groupes. En , cette minorité rejoint le SAP.

Après avoir défendu en vain la constitution d'un front unitaire contre le nazisme, le parti est contraint à la clandestinité à partir de l'arrivée au pouvoir d'Hitler en 1933. La direction s'installe en exil à Paris. Les militants du KPD-O participent à la résistance allemande au nazisme.

À partir de 1936, des militants exilés partent en Espagne combattre le franquisme.

Après la Seconde Guerre mondiale, une partie des militants a créé le groupe Arbeiterpolitik, qui existe toujours en 2010.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. À contre-courant.
  2. Maxim Leo, Haltet euer Herz: eine ostdeutsche Familiengeschichte, Heyne Verlag, (ISBN 978-3453408074), p. 214.

Annexe[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]