Paolo Segneri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Paolo Segneri
Paolo Segneri.jpg
Le père Paolo Segneri
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
italienne
Formation
Lettres, philosophie et théologie
Activité
Prédicateur, écrivain spirituel
Autres informations
Religion
Ordre religieux

Paolo Segneri, né le à Nettuno (Italie) et mort le à Rome est un prêtre jésuite, prédicateur, missionnaire des campagnes et écrivain ascétique italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Statue de Paolo Segneri, sur la 'piazza San Giovanni' à Nettuno.

Paolo Segneri fait ses études au Collège Romain et entre dans la Compagnie de Jésus en 1637, non sans opposition de la part de son père. Le père Oliva l'introduit à la vie religieuse et Pietro Sforza Pallavicino lui enseigne la théologie.

Après avoir enseigné les humanités durant plusieurs années, il est ordonné prêtre en 1653. Grâce à son étude assidue des Écritures, des Pères de l'Eglise et des discours de Cicéron, il réalise sa propre préparation en vue de l'enseignement magistral. Il se porte volontaire pour des missions à l'étranger, mais ce seront la Toscane, les États pontificaux, et les principales villes d'Italie qui seront le théâtre de ses activités. Il prêche d'abord dans les grandes cathédrales, puis pendant vingt-sept ans (de 1665 à 1692) fait œuvre de missionnaire auprès de la population. Son Quaresimale[1], paru à Florence en 1679 est lu par Antonio Pignatelli. Ce dernier, devenu le pape Innocent XII, le convoque pour prêcher devant lui, et fait de lui le théologien de la Penitentiaria. Selon Massei, biographe de Segneri, son ouvrage Le Prediche dette nei palazzo apostolico (Rome, 1694) lui vaut l'admiration du souverain pontife et de sa cour[2].

Avec Bernardin de Sienne et Savonarole, Segneri a été considéré comme l'un des plus grands orateurs sacrés d'Italie, et un réformateur des chaires d'enseignements italiennes. Il tombe parfois dans les travers des Seicentisti (les marinistes), ses Quaresimale, ses Prediche et le Panegyrici Sacri (Florence, 1684), révèlent ses talents d'orateur.

Il est également connu pour ses attaques et controverses contre le Quiétisme, en particulier contre le Guide (Rome, 1675) de Miguel de Molinos, et le français, théoricien de la Mystique, François Malaval [3].

Travaux[modifier | modifier le code]

Dans une discussion théologique avec son supérieur général Tirso González, un fervent défenseur du probabiliorisme, il mêle le respect et l'obéissance qu'il doit à son rang à l'indépendance d'esprit du penseur renseigné (cf. Lettere sulla Materia del Probabile dans le volume IV de ses Œuvres, Venise, 1748).

Parmi ses autres écrits figurent aussi :

  • Il Penitente istruito (Bologne, 1669)
  • Il Confessore istruit (Brescia, 1672)
  • Il Cristiano istruito (Florence, 1690).
  • Le Quiétiste, ou les illusions de la nouvelle oraison de quiétude (Paris, Dezallier 1690)
  • L'incredulo senza scusa.Opera (Florence, 1690)

Ses œuvres complètes ont été fréquemment rééditées notamment à Parme (1701), à Venise en 4 tomes (1712&1758) et à Turin (1855). Le Quaresimale a été imprimé au moins trente fois. Certaines œuvres de Segneri ont été traduites en arabe. Son livre La Concordia tra la fatica e la quiete traite de la méditation, de ses techniques et de ses objectifs. Il est considéré comme l'un des meilleurs ouvrages de l'époque sur ce sujet. Il est aussi connu pour son opposition au quiétisme.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Massei, Breve ragguaglio della Vita del Ven. Servo di Dio il Padre Paolo Segneri (Florence, Parma, 1701), tr. In no. 27 of the Oratory Series (London, 1851)
  • Tiraboschi, Storia della letteratura italiana (Modena, 1771–82); VIII:
  • Angelo Fabroni, Vita Italorum (Pisa, 1788–99)
  • Patrignani-Boero, Menologio (Rome, 1859)
  • Guglielmo Audisio (en), Lezioni di Eloquenza Sacra (Turin, 1859); I, Lecture vi, II, Lecture xxvi, xxix, III, Lecture vi, vii
  • Ford, Sermons from the Quaresimale, with a preface relating to the author (London, 1869) Protestant
  • Hallam, Introd. To the Lit. of Europe (New York, 1841), II, 26
  • De Coppier, LE p. Segneri considéré comme Orateur in Études (Dec., 1878)
  • Trebbi, Il Quaresimale, con discorso ed analisi (Turin, 1883)
  • Morris, The Lights in Prayer of the Ven. Frs. De la Puente, de la Colombiére, and the Rev. r. P. Segneri, S.J. (London, 1893)
  • Belloni, Il seicento (Milan, 1899)
  • Tacchi-Venturi, Lettere inedite di P. Segneri. . . intorno all opera segneriana "La Concordia" (Florence, 1903)
  • Bulgarelli, Il P. Segneri e la diocesi di Modigliana (Saluzzo, 1908)
  • Baugartner, Die Gestichte der Weltliteratur, VI Band, Die italienische Literatur (St. Louis, 1911); Civiltô, 3rd Series, VIII, 454; 15th Series, XII, 257; 16th Series, V, 314; 18th Series, V, 142
  • Carlos Sommervogel, Bibl. De la C. de J., VII
  • Fornaciari, Disegno storico della letteratura italiana (Florence, 1898)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) « SEGNERI, Paolo in "Enciclopedia Italiana" », sur treccani.it (consulté le 16 janvier 2020).
  2. (it) Marco Leone, « SEGNERI, Paolo in "Dizionario Biografico" », sur treccani.it, (consulté le 16 janvier 2020).
  3. (it) « Manus online - Segneri, Paolo », sur manus.iccu.sbn.it (consulté le 16 janvier 2020).

Liens externes[modifier | modifier le code]