Outscale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Outscale
logo de Outscale

Création 2010
Fondateurs Laurent Seror
Forme juridique SAS
Slogan « Excellence as a Service »
Siège social Saint-Cloud
Drapeau de France France
Direction Laurent Seror
Activité Cloud computing
Produits IaaS, cloud computing
Effectif 120 personnes
Site web outscale.com

Outscale est une société française spécialisée dans le cloud computing, qui propose un service d'infrastructure en tant que service (IaaS). Présente en Asie, en Europe et aux États-Unis, elle est poussée par Dassault Systèmes[1], pour faire face à l'hégémonie d'Amazon en matière de cloud[2], et répondre aux problématiques de souveraineté de la donnée observées à l’époque[3]. Une initiative encouragée par l'existence du Patriot Act américain et des scandales comme l'affaire PRISM, ou les révélations d'Edward Snowden sur l'espionnage des internautes et des entreprises françaises et étrangères.

Historique[modifier | modifier le code]

Datacenter Outscale

En mars 2010, Bernard Charlès, président-directeur général de Dassault Systèmes, alerte les pouvoirs publics sur les problématiques liées à la gouvernance des données pour les entreprises françaises, et donc sur la nécessité pour la France de se doter d'un cloud français[4]. François Fillon veut apporter une réponse en lançant le projet Andromède. À l’initiative de ce projet, Dassault Systèmes se désiste du programme public[5] formé finalement par Thales et Orange, qui lanceront respectivement Numergy et Cloudwatt.

Dans ce contexte, la société Outscale est créée en octobre 2010, avec à sa tête Laurent Seror, ex-directeur cloud computing de Dassault Systèmes et fondateur d'Agarik (Bull). Trois mois plus tard, en janvier 2011, Outscale reçoit un premier financement en capitaux privés pour un montant total de 16 millions d’euros. Grâce à ce premier apport en capital, la société se penche pendant deux ans, jusqu’en 2013, sur le développement d’un logiciel d’administration et d’automatisation de Cloud Computing, basé sur des briques open source, et compatible avec les API EC2 d’Amazon, et baptisé TINA OS.


À l’automne 2012, Outscale s’implante aux États-Unis avec l’ouverture d’un datacenter à Boston. En avril 2014, la société est le premier acteur du cloud computing en IaaS à s’installer en Chine[6], avec l’ouverture d’un datacenter à Hong Kong.

Afin de conserver la souveraineté de la donnée, la société Outscale est divisé en 3 entités : Outscale SAS en France, Outscale Inc aux États-Unis, et Oustcale Limited pour l'Asie.

En octobre 2014, la société reçoit la certification ISO/IEC 27001:2013 en matière de sécurité des données dans le Cloud[7].

En mars 2017, Outscale crée un quatrième data center dans la Silicon Valley, devenant ainsi le premier cloud français à s'implanter dans cette région des Etats-Unis. Cela permet à Outscale d'améliorer sa place sur le marché américain[8].

Scaledome[modifier | modifier le code]

Logo-officiel scaledome (1).png

Scaledome est un accélérateur de startups[9], lancé par Outscale en mai 2015. Issus du Big Data, de l’Internet des objets, ou bien encore de l'apprentissage automatique, des groupes de quatre startups sont accueillis pendant une période de trois mois dans les locaux de la société, et se voient offrir un accompagnement ainsi que des formations techniques, juridiques, financières et marketing, afin de développer leur projet pour aller vers un niveau d’industrialisation de leur produit ou service. Le but est de pouvoir présenter le projet à des investisseurs au bout de ces trois mois.

Partenariats[modifier | modifier le code]

Outscale a noué des partenariats stratégiques avec certains acteurs technologiques de dimension internationale :

  • Intel et Nvidia pour la partie processeur, puissance de calcul et GPU
  • NetApp et Cisco pour la partie infrastructure stockage et réseau

La société est également partenaire du cabinet d’études Markess, avec lequel elle produit des études baptisées Cloud Insights[10] autour du domaine du cloud computing.

Notes & Références[modifier | modifier le code]