Outscale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Outscale
logo de Outscale

Création 2010
Fondateurs Laurent Seror
Forme juridique SAS
Slogan « Excellence as a Service »
Siège social Saint-Cloud
Drapeau de France France
Direction Laurent Seror
Activité Cloud computing
Produits IaaS, cloud computing
Effectif 170 personnes
Site web outscale.com

Outscale est une entreprise française spécialisée dans le domaine du cloud computing qui propose des services d'infrastructure en tant que service (IaaS). Fondée en 2010 en France pour répondre au problème de la souveraineté des données, avec le soutien de Dassault Systèmes, Outscale s’étend à l’international et s’implante en Asie, en Europe et aux États-Unis, où il fait face aux géants américains engagées sur le même marché.

Historique[modifier | modifier le code]

Centre de données d'Outscale.

En 2010, la France fait face à des problèmes nouveaux : assurer la sécurité des données des ressortissants français après les révélations d'Edward Snowden et le scandale de l’affaire PRISM, refuser aux instances américaines un droit de regard sur tous les échanges de données malgré les droits donnés par le Patriot Act. Une initiative est poussée pour faire face entre autres à l'hégémonie de certains géants américains en matière de cloud[1].

En , Bernard Charlès, président-directeur général de Dassault Systèmes, alerte les pouvoirs publics sur les problèmes liées à la gouvernance des données pour les entreprises françaises, et donc sur la nécessité pour la France de se doter d'un cloud français[2]. François Fillon, Premier ministre en 2010, veut apporter une réponse en lançant le projet Andromède. À l’initiative de ce projet[3], Dassault Systèmes se désiste du programme public[4] formé finalement par Thales et Orange d'une part, qui lanceront Cloudwatt[5], et par SFR et Bull d'autre part, qui lanceront Numergy[5].

Dans ce contexte, la société Outscale est créée en , avec à sa tête Laurent Seror, ex-directeur Cloud computing de Dassault Systèmes et fondateur d'Agarik (qui deviendra une filiale de Bull, à son tour acheté par le groupe Atos)[réf. nécessaire]. Afin de conserver la souveraineté des données[6][réf. non conforme], Outscale est divisé immédiatement en trois entités : Outscale SAS en France, Outscale Inc. aux États-Unis et Outscale Limited en Asie[réf. nécessaire].

Trois mois plus tard, en , Outscale reçoit un premier financement en capitaux privés pour un montant total de 16 millions d’euros. Grâce à ce premier apport en capital, la société se penche pendant deux ans sur le développement d’un logiciel d’administration et d’automatisation de cloud computing, construit sur des briques open source et compatible avec les standards du marché, baptisé TINA OS.

Durant ces années de développement, Outscale ouvre un centre de données à Boston aux États-Unis en et affiche un chiffre d’affaires de 7,5 millions d’euros en [réf. nécessaire].

2014[modifier | modifier le code]

En , la société Outscale est le deuxième acteur mondial du cloud computing de type infrastructure as a service (IaaS) à s’installer en Chine[7],[8],[9] avec l’ouverture d’un centre de données à Hong Kong. Outscale a été précédée par Rackspace (en), qui a lancé son service à Hong Kong en [10],[11].

L’année 2014 compte une autre nouveauté pour l’entreprise, qui organise en juillet les premiers « Cloud Days », qui deviendront par la suite son événement annuel. Ils sont l’occasion pour Outscale de rencontrer son écosystème de clients et de prospects, et d’échanger autour de tous les sujets techniques du moment. L’événement sert aussi à l’entreprise, au travers de son CEO et fondateur Laurent Seror, pour annoncer ses nouveaux produits et les objectifs définis pour l’année à venir. L’événement attire un nombre croissant de personnes averties d’année en année et rassemblait près de 300 personnes en .[réf. nécessaire]

En , Outscale lance son programme partenaire, qui vise à fédérer les acteurs clé de l’innovation et de l’infogérance[réf. nécessaire].

En , la société reçoit la certification ISO/IEC 27001:2013 en matière de sécurité des données dans le cloud[12].

2015[modifier | modifier le code]

marque un nouveau tournant pour l’entreprise, qui décide de conquérir le marché des startups et crée une solution à destination de celles-ci. C’est ce mois-ci qu’Outscale lance son programme d’accélération de startup : Scaledome, qui deviendra par le suite Outscale for Entrepreneurs.

En , Outscale reçoit la certification Cloud and Managed Services Provider (CMSP) Advanced par Cisco, qui récompense l’expertise de l’entreprise[13].

Une nouvelle certification est fournie au mois d’octobre par Intel, et la société reçoit le label Intel Cloud Technology (ICT) qui atteste de la performance et de la fiabilité sur 100 % du cloud Outscale[réf. nécessaire].

La fin de l’année 2015 est ponctuée de deux événements marquants : en novembre, l’application O2S, qui permet de gérer ses ressources cloud directement depuis mobile, devient disponible sur Google Play ; en Décembre, Outscale lance son programme Cloud Sprint d'accompagnement des éditeurs de logiciels, dont le but est de favoriser et de faciliter l’adoption du cloud.

2016[modifier | modifier le code]

Peu de temps après la mise à disponibilité de l’application O2S pour le système d’application Android[14], l’entreprise propose la compatibilité avec le système d’exploitation iOS sur l'App Store en [15].

En mars de la même année, Outscale est élu « Cloud and Managed Services Program (CMSP) France of the Year 2016 » par Cisco[réf. nécessaire].

En , étant la première entreprise à proposer ce service en France, Outscale devient un précepteur dans le domaine du Cloud Computing français en lançant la facturation à la seconde[16]. Le principe est simple : l’entreprise ne facture à ses clients que l’exact temps d’utilisation des ressources cloud, s’affranchissant ainsi des tarifs à l’heure ou à la demi-heure.

Au mois de décembre, Outscale ouvre son 3e centre de données. Il est implanté dans le New Jersey, renforçant la présence de l’entreprise aux États-Unis.

2017[modifier | modifier le code]

En , Outscale crée un quatrième centre de données dans la Silicon Valley, devenant ainsi le premier cloud français à s'implanter dans cette région des États-Unis. Cela permet à l'entreprise d'améliorer une nouvelle fois sa place sur le marché américain[17].

Afin d’aider ses clients à acquérir des compétences dans le domaine du Cloud Computing, Outscale lance son offre Outscale Professional Services en [18]. Celle-ci a pour vocation de faciliter le déploiement des solutions cloud proposées par Outscale formant les clients qui les utilisent.

Le , Laurent Seror annonce lors des Cloud Days que l’entreprise est désormais majoritairement détenue par la société Dassault Systèmes[19].

En , la certification ISO 27001:2013 précédemment acquise est auditée de manière périodique comme convenu dans les exigences de la norme. En plus de renouveler la certification et d’être entièrement conforme aux normes exigées, Outscale étend le périmètre de la certification sur la totalité de l’infrastructure qui inclut désormais son service de recherche et développement[20].

Durant le mois de , Outscale remporte le Cisco Excellence Award EMEA pour la qualité et l'avance technologique de son architecture cloud[21].

2018[modifier | modifier le code]

En , Outscale est le premier acteur cloud français à devenir « Partenaire Preferred » au sein du programme Nvidia Partner Network (NPN)[22]. Cette reconnaissance souligne la qualité des services Cloud proposés par Outscale, en matière de performances et de fiabilité.

Annoncée le , lors de l’édition 2018 des Cloud Days, Outscale lance sa nouvelle offre, Cloud Secteur Public[23]. Le service vise à répondre aux besoins de tous les acteurs publics et parapublics (collectivités, administrations, etc.) en leur proposant un cloud souverain de droit français qui répond à toutes les exigences en matière de sécurité, dans un contexte où le traitement des données devient un enjeu crucial, après l’adoption du RGPD.

Également annoncé par Laurent Seror lors des Cloud Days, en plus de sa certification ISO 27001:2013, Outscale est en cours de qualification des certifications ISO 27017 et ISO 27018 qui visent respectivement à attester des bonnes pratiques entre clients et fournisseurs (en plus d’apporter de la transparence à leur relation) et à apporter des bonnes pratiques en matière de sécurité dans le contexte du traitement des données personnelles[réf. nécessaire].

Outscale for Entrepreneurs[modifier | modifier le code]

Scaledome, un accélérateur de startup lancé par Outscale en s[24], est devenu en juin 2018 Outscale for Entrepreneurs. Issus du Big Data, de l’Internet des objets et de l'apprentissage automatique, des groupes de quatre startups ont accès pendant une période de trois mois aux ressources du cloud d'Outscale et se voient offrir un accompagnement ainsi que des formations techniques, juridiques, financières et marketing, afin de développer leur projet pour atteindre un niveau d’industrialisation de leur produit ou service. Le but est de pouvoir présenter le projet à des investisseurs au bout de ces trois mois.

Partenariats[modifier | modifier le code]

Outscale a noué des partenariats stratégiques avec certains acteurs technologiques de dimension internationale :

  • Intel et Nvidia pour la partie processeur, puissance de calcul et GPU ;
  • NetApp et Cisco pour la partie infrastructure de stockage et réseau.

La société est également partenaire du cabinet d’études Markess, avec lequel elle produit des études baptisées Cloud Insights autour du domaine du cloud computing[25].

Notes & Références[modifier | modifier le code]

  1. « Cloud souverain : Outscale s’attaque à l’hégémonie d’Amazon », sur InformatiqueNews.fr, (consulté le 28 août 2020).
  2. « 285 millions d'euros pour Andromède, le cloud souverain français », sur Le Monde informatique (consulté le 28 août 2020).
  3. « Dassault Systèmes à la pointe du cloud », sur Les Echos (consulté le 31 octobre 2015).
  4. « Journal économique et financier », sur La Tribune (consulté le 28 août 2020).
  5. a et b « Une page se tourne pour le cloud souverain français », Les Échos, (consulté le 20 mai 2020).
  6. Pierre Bellanger, La Souveraineté numérique, Bluffy, Éditions Stock, , 264 p. (ISBN 978-2-918866-21-3).
  7. « Outscale ouvre le marché chinois aux européens · iTPro.fr », sur iTPro.fr, (consulté le 28 août 2020).
  8. « Outscale premier Cloud Provider européen à ouvrir le marché chinois aux entreprises occidentales », sur PowerPress (consulté le 10 avril 2019)
  9. (en) « Le Cloud OutScale part à la conquête du monde », sur gblogs.cisco.com (consulté le 10 avril 2019).
  10. (en) « Rackspace Launches Hong Kong’s First Hybrid Cloud Powered By OpenStack », sur Rackspace Technology (consulté le 30 septembre 2020).
  11. (en) « Go East! Rackspace expands public cloud to Asia », sur The Register (consulté le 30 septembre 2020).
  12. « IT Interviews Archive », sur Silicon (consulté le 28 août 2020).
  13. « Outscale reçoit la certification CMSP de Cisco », sur Global Security Mag Online
  14. « Outscale Second Screen (O2S) : enfin une appli native mobile, pour une gestion du cloud facile et sécurisée », sur Global Security Mag Online.
  15. « O2S dans l’App Store », sur App Store.
  16. « Outscale lance la facturation à la seconde », sur lalettreducloud.com.
  17. OutScale, 1er cloud français à ouvrir un datacenter dans la Silicon Valley.
  18. « Outscale lance le programme Outscale Professional Services pour accélérer la montée en compétence Cloud des professionnels », sur Global Security Mag Online
  19. « Outscale passe sous contrôle majoritaire de Dassault Systèmes », Silicon,‎ (lire en ligne).
  20. « Re-certification ISO 27001:2013 d'Outscale », sur BSI Group.
  21. « Outscale reçoit le Cisco Excellence Award EMEA pour la qualité de son architecture cloud », ChannelNews,‎ (lire en ligne).
  22. « Outscale obtient le statut de Partenaire Preferred au sein de NVIDIA Partner Network (NPN) », sur Cloud Magazine.
  23. « Outscale lance le premier Cloud français souverain, certifié et dédié au secteur public », sur ITRrnews, .
  24. Xavier Biseul, « Pourquoi Outscale lance à son tour un accélérateur de start-up », sur itespresso.fr, (consulté le 28 août 2020).
  25. « Outscale dévoile les résultats de l’étude CLOUD INSIGHTS 2015 réalisée par MARKESS », sur Global Security Mag Online (consulté le 28 août 2020).