The Register

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2015).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Logo de The Register

Adresse http://www.theregister.co.uk/
Slogan Biting the hand that feeds IT
Commercial oui
Type de site Technologie
Langue Anglais
Propriétaire Situation Publishing
Créé par Mike Magee,
John Lettice
Lancement 1994
État actuel actif

The Register (surnommé « el reg ») est un magazine en ligne britannique d'actualité technologique fondé en 1994, qui traite principalement de l'industrie du logiciel avec un ton caustique. En 2001, Mike Magee, l'un des fondateurs (avec John Lettice), a quitté le magazine pour fonder The Inquirer (en) après quelques controverses.

Contenu[modifier | modifier le code]

Le magazine publie régulièrement des commentaires de lecteurs ainsi que les « Critiques incendiaires de la semaine »[T 1]. Depuis 2000, Simon Travaglia rédige une colonne intitulé Bastard Operator From Hell, série d'articles qui s'étend sur les vicissitudes de la vie d'administrateur réseau. Le magazine publie également des articles provenant d'autres sources Web dans le but d'augmenter son exposition. Le magazine déclare tendre vers une information objective et se targue d'étiqueter les articles d'opinion comme tels.

Certains lecteurs ont l'impression que les sarcasmes sont plus appréciés que l'information objective[réf. nécessaire]. Le style est plus proche de celui des tabloïd (magazines à sensation britanniques) que des sites Web dédiés à la technologie.

Pour le plus grand plaisir de son lectorat, le magazine publie à l'occasion des attaques personnelles (par exemple, un article visait Kevin Warwick, surnommé Captain Cyborg[1]). The Register s'est aussi attaqué à Wikipédia, affirmant que ce serait une « encyclopédie qui n'en est pas une »[T 2], ce qui lui a valu plusieurs réponses enflammées de Wikipédiens[2], que le magazine surnomme maintenant les « wiki-traficoteurs »[T 3].

Exemples de la manière de traiter l'information par The Register[modifier | modifier le code]

  • Le titre des articles qui discutent de Yahoo! contiennent souvent des points d'exclamation : « Yahoo! Is! A! Search! Engine! »
  • Lorsqu'il discute du RIAA, l'abréviation est toujours remplacée par « Recording Industry Ass. of America », où « Ass. » signifie « Association » et renvoie aussi au terme âne ou cul en anglais.
  • Les articles qui présentent des développements dans le domaine de l'intelligence artificielle sont souvent rédigés avec un ton alarmiste et sont regroupés sous la section « les machines prennent le pouvoir »[T 4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes de traduction[modifier | modifier le code]

  1. traduction libre de Flames of the Week
  2. traduction libre de « encyclopaedia that isn't an encyclopaedia »
  3. en anglais, « wiki-fiddlers »
  4. traduction libre de « Rise of the Machines »

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Andrew Orlowski, « 'CAPTAIN CYBORG': The wild-eyed prof behind 'machines have become human' claims », The Register,‎ (lire en ligne).
  2. (en) Andrew Orlowski, « Wiki-fiddlers defend Clever Big Book », The Register,‎ (lire en ligne).

Lien externe[modifier | modifier le code]