Outlaw (Les Tuniques bleues)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Outlaw
4e album de la série Les Tuniques bleues
Scénario Raoul Cauvin
Dessin Salvérius
Lambil
Couleurs Vittorio Léonardo
Genre(s) Franco-Belge
Historique

Personnages principaux Sergent Chesterfield
Caporal Blutch
Lieu de l’action Drapeau des États-Unis États-Unis

Éditeur Dupuis
Première publication 1973
ISBN 2-8001-0333-7
Nb. de pages 44

Prépublication Le Journal de Spirou
Albums de la série

Outlaw, anciennement connu sous le nom des Hors-la-loi avant la sortie en album, est le 4e album de la série de bande dessinée Les Tuniques bleues de Raoul Cauvin et Louis Salvérius. L'œuvre est publiée dans les numéros 1800 à 1813 du journal Spirou puis en 1973 en album.

Le dessinateur Salvérius étant décédé avant d'avoir terminé l'album, c'est Lambil qui prit le relais pour illustrer les huit dernières planches[1].

Résumé[modifier | modifier le code]

En 1863, la guerre fait rage entre les Nordistes et les Sudistes. Sous l'artillerie de l'ennemi, les troupes du général Küstler se replient prudemment vers des positions plus sûres, quand ils sont attaqués par des bandes de Comanches et de bandits mexicains. Ceux-ci harcèlent les deux campements par leurs assauts, les Indiens occupant les troupes tandis que les Mexicains volent des chariots. Irrités, Nordistes et Sudistes concluent une trêve exceptionnelle le temps de résoudre le problème de ces outlaws. La stratégie de Küstler consiste à utiliser des agents infiltrés pour trouver le repaire des bandits, et éliminer l'organisation. À cet effet, il rétrograde le sergent Chesterfield et le caporal Blutch, Blutch ayant fait preuve d'insubordination à l'égard du général en l'accusant d'être un lâche, provoquant un léger vent de mécontentement. Quant à Chesterfield, Kürstler trouve aussi le moyen de le retirer de l'armée.

Ils sont ainsi embauchés par des cow-boys dirigeant un ranch, et qui remettent de la viande à partir d'un troupeau aux Indiens alliés, tout comme aux Nordistes et aux Sudistes. Ce ranch est dirigé par Mac Coy, un forban sans scrupule, et est sous l'autorité directe des Mexicains. Quand les agents infiltrés découvriront que Mac Coy revend de la viande avariée aux Indiens, ils essaieront de déclencher une guerre entre les Mexicains, dirigés par l'irascible et vindicatif Gonzales. Leur initiative échouera. Trouvant Mac Coy peu fiable, Gonzales l'abattra, avant de capturer Blutch et Chesterfield, démasqués, pour les emmener dans son repaire. Il a en effet mis la main sur une gatling, mais ignore son fonctionnement. Les deux soldats ne se contenteront pas uniquement de lui montrer son fonctionnement, mais l'utiliseront contre les Mexicains. Gonzales, qui était alors en discussion avec les Comanches, finira par amener bien malgré lui un conflit ouvert entre les Indiens. Quant à Blutch et à Chesterfield, ils seront capturés, et dans une bien périlleuse situation. Fort heureusement, ils seront sauvés par l'arrivée de la cavalerie, appelée grâce à un autre espion, mais sudiste. L'organisation de Gonzales sera démantelée, ses hommes arrêtés, le conflit entre Nordistes et Sudistes pouvant donc reprendre normalement, au grand plaisir des généraux.

Personnages principaux[modifier | modifier le code]

  • Sergent Chesterfield : dans cet album, le sergent s'oppose encore une fois à Blutch, mais ne lui donnera pas toutefois autant de coups que dans d'autres albums antérieurs, comme dans Et pour quinze cents dollars en plus. Ridiculisé devant Kürstler, Chesterfield, s'il fait preuve de bonne volonté et d'un certain talent stratégique, notamment en parvenant à subtiliser la gatling ennemie, montrera en même temps sa célèbre malchance, quand l'arme s'enrayera. Effondré quand il a été renvoyé de l'armée par Kürstler, on réalise que rien d'autre ne compte pour Chesterfield que l'armée et son sens du devoir. Il est incapable de lutter contre un ordre direct d'un supérieur, ce qu'on pouvait déjà constater dès le second album, Du Nord au Sud, mais le constat est ici encore plus marquant. Les origines d'une telle motivation sont précisées dans une bande dessinée postérieure, Blue rétro.
  • Caporal Blutch : lâche dans les précédents albums, Blutch commence ici à acquérir son côté forte tête et indiscipliné, notamment en s'opposant avec obstination au général Kürstler, ce qui lui vaut d'être mis aux arrêts, et donne au général un motif tout trouvé pour cette mission secrète. Beaucoup moins lâche que dans l'album précédent, Et pour quinze cents dollars en plus, Blutch commence ici à apparaître comme l'image classique que l'on a de lui : un soldat, non pas lâche, mais avant tout fortement pacifiste, amoureux absolu de la liberté, et dont la présence dans un corps militaire ne cesse d'étonner. Il risque même de déclencher une mutinerie en clamant violemment ses positions, recevant le soutien discret de plusieurs soldats. Plusieurs albums postérieurs expliqueront notamment comment Blutch a été enrôlé dans l'armée, l'album Blue rétro, et aussi d'où lui vient son goût pour la liberté, ce qui est indiqué dans l'album Vertes Années.
  • Plume d'Argent : première apparition de ce fameux personnage, un éclaireur indien au service des Tuniques Bleues. Outre servir d'intermédiaire entre les tribus indiennes et l'armée de l'Union, Plume d'Argent sert aussi d'agent infiltré, de guide, et fait preuve d'un acerbe sens de l'humour. C'est néanmoins un camarade de valeur, qui essaiera dans cet album tant bien que mal d'aider Blutch et Chesterfield à provoquer une discorde entre les Comanches et les Indiens... avec un succès mitigé. Dans les albums postérieurs, Plume d'Argent sera affecté à Fort Bow.
  • Général Kürstler : Kürstler est un vieil officier, qui dirige les forces nordistes dans la région. Irascible, il n'est visiblement guère apprécié des soldats, qui le respectent pour son grade. Toutefois, Kürstler est un commandant habile, qui sait exploiter au mieux les faiblesses de certains de ses soldats pour arriver à ses fins. Il se soucie peu de la mise en forme et du respect des procédures, n'hésitant pas par exemple à organiser une fausse cérémonie de destitution pour tromper la prudence des criminels sévissant dans la région.
  • Mathias : ce personnage rieur est l'un des hommes de Mac Coy. Il œuvre en réalité pour le camp des Sudistes, mais est relativement plus malin que Blutch et Chesterfield, puisqu'il ne se fera pas découvrir. Mathias manquera toutefois de se faire tuer, et fait preuve d'un trait caractéristique, qui irritera rapidement les agents nordistes : il ne peut s'empêcher de rire pour un oui ou pour un non, même quand il est grièvement blessé.
  • Gonzalés : le cruel chef des bandits mexicains est un homme sadique et pervers, qui vend de la viande avariée à ses alliés sans raison. Raciste et immoral, il n'hésite pas à abattre ses propres hommes pour négligence, utilisant des sanctions largement disproportionnées. Sa propension naturelle à la fureur est d'ailleurs la véritable raison de sa chute, et pas tant les agents infiltrés que sont Blutch et Chesterfield. En insultant le chef des Comanches, il provoquera sans véritablement le vouloir un conflit entre ses troupes et les Indiens, ce qui sonnera sa chute.

Erreur dans l'album[modifier | modifier le code]

À la deuxième vignette de la troisième planche de la septième page, on peut apercevoir, quand Blutch est assis sur un rocher en train de discuter avec Chesterfield, qu'il a trois galons, et non deux. Or, le grade de caporal ne comporte que deux galons, les trois galons étant réservés pour le sergent[2].

Source[modifier | modifier le code]