La Rose de Bantry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la bande dessinée
Cet article est une ébauche concernant la bande dessinée.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

La Rose de Bantry
42e histoire de la série Les Tuniques bleues
Scénario Raoul Cauvin
Dessin Lambil
Couleurs Vittorio Leonardo
Genre(s) Franco-Belge
Historique

Personnages principaux Sergent Chesterfield
Caporal Blutch
Lieu de l’action Drapeau des États-Unis États-Unis

Éditeur Dupuis
Première publication 1989
ISBN 2-8001-1699-4
Nb. de pages 48

Prépublication Spirou
Albums de la série Les Tuniques bleues
Précédent En avant l'amnésique Drummer boy Suivant

La Rose de Bantry est la trentième histoire de la série Les Tuniques bleues de Lambil et Raoul Cauvin. Elle est publiée pour la première fois du no 2673 au no 2681 du journal Spirou, puis en album en 1989.

Univers[modifier | modifier le code]

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans cet album, Chesterfield et Blutch sont condamnés à la peine capitale.Donc, ils vont être fusillés pour cause de désertion.

Mais un officier supérieur venu tout droit de Washington, le général "Goosberry", les fait libérer sur-le-champ et les enrôle pour une mission secrète.Le but sera d'embarquer à bord d'un bateau irlandais, le "Rose of Bantry", pour y éliminer l'un de ses passagers: un politicien sudiste, Jos Hogan. Celui-ci est envoyé par le gouvernement confédéré afin de solliciter l'aide, financière et politique, de la Grande-Bretagne et de la France. Dans la mission qui leur est confiée, Blutch jouera le rôle du fils et Chesterfield jouera le rôle du père qui est "décédé". Le caporal devra convaincre avec de l'argent le capitaine du bateau pour que le cercueil soit emmené jusqu'en Irlande . Ensuite, la prochaine étape sera d'identifier la cible sudiste afin de la neutraliser : Blutch l'identifiera et le sergent, qui doit rester dans le cercueil pour ne pas se faire repérer devra le jeter à la mer. Mais malheureusement, les deux coéquipiers ont été repérés par le politicien sudiste. Par conséquent, ils seront jetés à la mer.

Après leur repêchage, l'officier supérieur leur a annoncé que la cible a été arrêtée mais en fait, il ne s'agissait pas de la bonne personne .

Finalement, les deux hommes de l'armée se sont enfuis pour éviter à nouveau la peine capitale.

Personnages[modifier | modifier le code]

Autour de l'album[modifier | modifier le code]

Le scénario de l'album est sans doute inspiré de l'affaire du Trent, dans laquelle une frégate unioniste arraisonna un paquebot anglais, afin d'arrêter deux émissaires du gouvernement confédéré, allant prendre leur poste respectivement en France et en Grande-Bretagne.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

La bande dessinée,« The Rose of Bantry » de la collection des Tuniques Bleues, relate des faits qui sont inspirés de la réalité. Mais quelques évènements  ont été modifiés par rapport à la véritable histoire.

L’affaire du Trent est une affaire diplomatique et navale se déroulant durant la première guerre de Sécession où deux politiciens,James Murray Mason (Français) et John Slidell (Anglais), sont envoyés  en  France et en Angleterre pour négocier l’indépendance des sudistes. Ceux-ci se trouvaient dans le Trent qui à l’origine, était  un bateau britannique.Ce navire fut ensuite intercepté par le capitaine du San Jacinto, qui a appris après une embuscade à Cuba qu’il y avait ces deux commissaires confédérés. Mais dans la bande dessinée, l’incident naval n’est pas présent. Ici, on ne retrouve qu’un seul bateau « The Rose of Bantry », d’origine irlandaise. De plus, il y a un personnage, Jos Hogan, qui représente un des deux diplomates se rendant en Europe pour soutenir les confédérés. Donc, celui-ci  joue le double rôle. En plus de cela, Chesterfield et Blutch, qui ont été enrôlés dans une mission, avaient pour objectif de tuer la cible, Jos Hogan.

Par ailleurs, quand le capitaine Wilkes, responsable du San Jacinto eu arrêté Mason et Slidell, il fut acclamé par les unionistes. Cependant, quand le capitaine du navire britannique fut revenu à Southampton pour relater les faits qui se sont produits lors de cette arrestation, Charles Wilkes fut par la suite menacé par les anglais via deux lettres envoyées au gouvernement des États-Unis. Celles-ci exigeaient  la libération immédiate des deux hommes sudistes. Au bout du compte, ceux-ci furent libérés pour éviter la guerre.  Dans l’album, un certain « KAVANAGH » fut arrêté mais il ne s’agissait pas de la bonne personne. La personne qui aurait dû être arrêtée se nomme Jos HOGAN. De plus, il n’y a pas eu d’acclamations pour les deux soldats et il n’y a eu aucunes lettres demandant la libération du prisonnier comme dans la véritable histoire.

Publication[modifier | modifier le code]

Revues[modifier | modifier le code]

Album[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]