Du Nord au Sud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Du Nord au Sud
2e histoire de la série Les Tuniques bleues
Scénario Raoul Cauvin
Dessin Salvérius
Couleurs Vittorio Leonardo
Genre(s) Franco-Belge
Historique

Personnages principaux Sergent Chesterfield
Caporal Blutch
Capitaine Stark
Lieu de l’action Drapeau des États-Unis États-Unis

Éditeur Dupuis
Première publication 1971
ISBN 2-8001-0256-X
Nb. de pages 44

Prépublication Spirou
Albums de la série

Du Nord au Sud est la deuxième histoire de la série Les Tuniques bleues de Salvérius et Raoul Cauvin. Elle est publiée pour la première fois du no 1710 au no 1725 du journal Spirou, puis sous forme d'album en 1972.

Elle a valu à Cauvin le prix Saint-Michel 1972 du meilleur scénariste humoristique.

Univers[modifier | modifier le code]

Synopsis[modifier | modifier le code]

La guerre de Sécession a éclaté. L'Union mobilise ses troupes pour combattre au plus vite les Confédérés. C'est dans cet état d'esprit que le sergent Chesterfield et le caporal Blutch, accompagnés de Tripps et de Bryan, quittent leur poste à Fort Bow pour rejoindre les troupes du général Grant. Ce dernier affronte les troupes de Lee, cherchant à prendre le contrôle d'un pont pour les vaincre. Malheureusement, ce pont est imprenable, et les assauts désespérés de la cavalerie nordiste se brisent à chaque fois contre les puissants canons protégeant le pont. Ceci est toutefois loin de décourager le capitaine Stark, qui dirige le 22e régiment de cavalerie, et qui revient à chaque fois bredouille de ces charges, massacrant tout son régiment. Avec l'aide de Chesterfield et de ses acolytes, ils combattront pour prendre ce pont, rencontrant plusieurs désillusions à chaque tentative, jusqu'à ce qu'un orage violent finisse par détruire le pont. La bataille se soldera toutefois par la « victoire » des Yankees sur les Sudistes, les premiers parvenant à repousser les seconds, mais perdant les deux tiers de leur effectif contre un tiers pour les Confédérés.

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Sergent Chesterfield : présent dans cette aventure comme dans tant d'autres, Chesterfield est ici le plus brave de tous, à tel point qu'il en devient ridicule. Sa séance de torture chez les Sudistes est ainsi une véritable parodie, puisqu'il refuse de divulguer des informations qu'il ne connait pas ! Il ne pourrait en effet leur communiquer aucune information capitale, puisqu'il ne sait lui-même absolument rien du plan de Grant. Naïf et crédule, il se fait manipuler par les généraux sans le moindre problème, et fait preuve d'une remarquable soumission, n'hésitant pas à charger les ennemis sur ordre de son capitaine en sachant pertinemment qu'ils n'ont aucune chance de gagner, et une chance infinitésimale de survivre. Pour autant, Chesterfield peut parfois être un brillant tacticien, ce qu'il prouve notamment en réalisant une stratégie qui parvient à faire tomber le canon ennemi.
  • Caporal Blutch : l'antagonisme entre Blutch et Chesterfield est comme d'habitude manifeste dans cet album. Le premier passe son temps à critiquer, à gémir, et à se cacher, au contraire du second. C'est ainsi que Blutch, dès le début de cette aventure, face aux bombardements, se réfugiera dans une tranchée avec ses acolytes, provoquant l'ire de Chesterfield, et menacera à plusieurs reprises de déserter face aux assauts suicidaires de Stark. Néanmoins, il s'avère être un compagnon solide, puisque, malgré ses jérémiades, il suivra Chesterfield dans sa tentative d'opération, et tentera même de le sauver des mains des Confédérés quand il sera capturé.
  • Tripps : l'indéfectible ami de Blutch et Chesterfield accompagnera le duo dans cette aventure, chargeant avec eux.
  • Bryan : Tripps et Bryan forment un duo légèrement effacé, mais qui sont présents d'un bout à l'autre de l'aventure.
  • Capitaine Stark : première apparition de Stark dans Les Tuniques Bleues. Dès le début de la bande dessinée, Stark était déjà considéré comme un capitaine suicidaire par excellence, effectuant des dizaines de charges dans la journée, et parvenant toujours à survivre. Même un obus tombant dans sa tente ne suffit pas à tuer ce dernier, qui parviendra toujours à sortir vivant de ses assauts monstrueux. Il n'hésite pas à charger dès qu'il a un seul cavalier sous la main, et se soucie peu des pertes humaines, tant qu'il peut continuer à charger. Plus les albums passeront, plus le fanatisme de Stark sera exacerbé, à tel point qu'il restera toujours sur son cheval, refusant d'adresser la parole à un simple fantassin.
  • Général Grant : l'apparition de Grant commence de manière comique, Chesterfield le confondant avec un soldat indiscipliné et alcoolique. Grant s'avère être un général pragmatique, difficile à effrayer, qui passe son temps à boire et à échafauder des stratégies fumeuses et risquées, sans que les bombardements autour de lui le dérangent.
  • Deux vigiles Sudistes observant la rivière. L'un des deux s'appelle Raoul, et ressemble à s'y méprendre au scénariste de l'album, Raoul Cauvin[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Du Nord au Sud est la première histoire longue de la série (44 planches), qui avait été testée auparavant sur des histoires courtes, compilées dans les tomes 1, 9 et 10 de la série, puis reprises en ordre chronologique dans les tomes 1 et 2 de l'édition Intégrale en 2014.

Les personnages quittent pour la première fois Fort Bow où ils traitaient des affaires indiennes pour se trouver plongés dans la guerre de sécession qu'ils ne quitteront plus. La série commence à trouver le ton qu'elle conservera par la suite, quittant le burlesque pour un savant équilibre entre comédie et drame dans le contexte de guerre.

La série se recentre sur le duo Blutch - Chesterfield : c'est ici la dernière apparition des personnages de Bryan et Tripps qui disparaîtront dès l'album suivant.

Publication[modifier | modifier le code]

Revues[modifier | modifier le code]

journal Spirou : du no  1710 () au no  1725 ()[2]

Album[modifier | modifier le code]

Dupuis (44 planches, soit 46 pages)[3]

  1. Première édition : album broché couverture souple,
  2. Première édition cartonnée : [4]
  3. Reprise dans Les Tuniques Bleues Intégrale 1, [5]

Source[modifier | modifier le code]